Place des Enfants de tous les Saints

… plac Wszystkich Świętych, en français dans le texte, est un endroit de la bonne ville de Cracovie, où je peux, grâce à une webcam judicieusement placée, suivre les ébats des pigeons mouvements des cracoviens, dans leur vie de tous les jours.

Comme hier soir j’étais privée de mes caméras magiques, ce matin je rattrape le temps perdu… je vous ai concocté une carte de voeux (voir le billet précédent) avec le lever du soleil, un moment très fugace, sur le Wawel et la Vistule, et depuis la disparition de l’astre solaire derrière les nuages, je jetais un oeil interrogateur sur cette place…

Ainsi, un bon moment avant le passage des éboueurs, j’ai observé un individu qui traversait la rue, sans trop regarder ni à droite, ni à gauche… manifestement il n’avait pas bu et se hâtait dans la froidure du petit matin… d’une poubelle à l’autre… point de voeux échangés entre les rares passants, il n’avait sûrement pas assisté aux festivités de la veille… au mieux, au chaud dans son lit, peut-être dans une maison froide… quelqu’un pour qui 2011 sera au moins, aussi difficile que 2010 !

8 heures 49 : un très joli camion-poubelle… différence avec ceux de Paris, le camion fait une station prolongée (j’ai vu passer 3 tramways et je suis partie ouvrir mes volets) devant la même porte… motif : les éboueurs vont chercher les bacs bleus… à l’intérieur ce qui permet d’avoir des trottoirs impeccables… ah si les piétons parisiens savaient cela… eux qui doivent emprunter la chaussée pour se déplacer à l’heure des éboueurs ! 😉

10 heures 02 : une camionnette blanche vient de livrer 2 cartons à la dame qui ouvre le kiosque bleu à toit blanc, devant la pharmacie… bonbons, pâtisserie ? le mystère est entier, ça se vend en cornet de papier.

Un heureux hasard m’a donné la réponse à ma question… ce sont ces couronnes de pain brioché… la spécialité de la ville, que nous avions partagée en son temps 😉

Juste derrière, des policiers en plein travail font leurs courses,  les 2 passagers avant reviennent chacun avec un cornet (de frites ? provenant du magasin dont on voit un bout de la bâche rouge), le troisième avec un sac plastique de petites courses d’un commerce plus lointain… mystère pour le dernier de l’équipe !

Sur le trottoir d’en face des touristes prêts à embarquer pour une visite motorisée de la ville 😉

Plus loin, sur le Rynek, la caméra qui vient d’être réactivée m’indique que le démontage de la scène (du crime) a commencé…

Le carrosse de Madame étant avancé, c’est sur ces différences minimes entre deux cultures européennes, que je vais vous quitter…  je vous souhaite une excellente journée !

rose trémière