Deuxième pilier…

… à l’entrée du chœur à droite du côté de la sacristie, c’est celui de Paul Claudel (le jeune frère de Camille) le 25 décembre 1886, le jour dit de sa conversion.

Ce texte introduisait les Nocturnes estivales de Notre-Dame de Paris, présentant l’opéra d’images de Jean-Michel Mahenc projeté sur un écran de tulle transparent de plus de 100 mètres carrés accroché dans la nef, retraçant la vie de Marie illustrée par les oeuvres d’art de la cathédrale.

La bande-son de ce spectacle que j’ai eu la chance d’aller voir avant mon retour en province (et que l’on peut retrouver, découpé en vidéos un, deux, trois, quatre, cinq, et six) a révélé au grand public une merveille de la spiritualité orthodoxe sous la forme d’un grand poème byzantin du VI ème siècle, l’hymne acathiste, magistralement interprété en français par le foyer de Charité d’Ottrot, en Alsace, sous la direction de Jean-Claude Reichert.

Passés totalement inaperçus, à mon grand regret, les chants de Soeur Marie Keyrouz, une religieuse libanaise à la voix d’ange que je vous propose d’écouter dans le Magnificat…

Publicité