Citations

Nelson Mandela aurait eu 96 ans aujourd’hui et notre moteur de recherche préféré a eu une petite pensée pour lui

… avec quelques morceaux bien choisis :

« No one is born hating another person because of the colour of his skin, or his background, or his religion. »

Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion.

« People must learn to hate, and if they can learn to hate, they can be taught to love, for love comes more naturally to the human heart than its opposite. »

Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire.

« What counts in life is not the mere fact that we have lived. It is what difference we have made to the lives of others that will determine the significance of the life we lead. »

Ce qui importe le plus n’est pas tant le fait que nous ayons vécu. C’est la différence que nous avons faite dans la vie des autres qui déterminera le sens de la vie que nous avons menée.

« Education is the most powerful weapon we can use to change the world. »

L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde.

« For to be free is not merely to cast off one’s chains, but to live in a way that respects and enhances the freedom of others. »

Car être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres.

« The greatest glory in living lies not in never falling, but in rising every time you fall. »

La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute.

.o.0.o.

Ceci m’amène à penser à mes recherches d’hier, consacrées aux 12 travaux, non pas d’Héraclès ni d’Hercule, selon que l’on fait référence aux Grecs ou aux Romains, mais du fils spirituel d’un camarade non moins célèbre… le petit père des peuples, jusqu’au bout du monde, en Kolyma, que je ne savais pas comment vous présenter 😦

… l’un de ces travaux fut le creusement entre 1932 et 1937 du canal de 128 km, avec 8 écluses, entre Moscou et la Volga par des prisonniers du Dmitlag, l’un des camps de travail forcé du sinistre Goulag, dont la seule faute avait été de déplaire au régime 😦 Pire encore, tout geste de compassion de la part de la population envers les travailleurs était sévèrement réprimé par une même peine avec ou sans déportation…

Des vidéos similaires sont disponibles, la suite de ce reportage, pour une raison inconnue, n’ayant pas été publiée, il se trouve néanmoins une version longue de 3h => ici.

La chanson Le port de Vanino interprétée par Mikhaïl Gulko est devenue l’hymne du Goulag de la Kolyma.