Le brame du cerf

… c’est la pleine saison des amours et le lieu où est installé la webcam était fin prêt pour que nous profitions d’un spectacle rare… mais malgré la pierre à sel toute neuve, les vaporisations de phéromones pour les attirer, il faudra attendre la fin du travail des bûcherons sur leur voie de passage pour que le cerf et son harem vienne se montrer dans ce nid douillet régulièrement ravitaillé en carottes dont ils raffolent.

hirv1063

Le brouillard vient de tomber sur la zone éclairée aux infra-rouges que les animaux de passage ne perçoivent pas, pourtant ils restent juste à côté et l’on peut nettement entendre, outre le brame, le bruit des bois lors des combats des mâles en âge d’assurer leur descendance.

Fréquentent aussi le coin, des sangliers isolés ou en famille, des chiens viverrins, blaireaux, renards, oiseaux divers dont la chouette hulotte, et même un chat…

Le lien pour les curieux est => ici 😉

Patrimoine : Le jour le plus long…

film réalisé conjointement par le britannique Ken Annakin, le hongrois (naturalisé américain) Andrew Marton, le suisse Bernhard Wicki et les américains Gerd Oswald et Darryl F. Zanuck, d’après le livre éponyme du journaliste irlando-américain Cornelius Ryan, sorti sur les écrans français en 1962…

… est à l’origine d’une part de la célébrité de la remarquable (par sa construction de style roman débutée au XIème siècle et achevée en style gothique quatre siècles plus tard) église Notre-Dame de l’Assomption (aussi connue sous le nom de N-D de la Paix), classée monument historique dès 1840, à Sainte-Mère Église dans la Manche.

Des photos en sont visibles => par ici et d’autres sur le blog de => lylytop 😆

amont

Trop tard…

Le nid des balbuzards pêcheurs est vide, mais pour le plaisir voici une des dernières vidéos de la saison (son et images ne sont pas synchrones) 😆

Un des deux jeunes de l’année est perché sur la caméra et le papa arrive avec son poisson… hésitation de l’un des rejetons… et oui, la maman déjà partie en migration a bien fait son travail (ils savent voler, manger seuls un poisson et attendre leur tour), le second en est réduit à demander haut et fort un prochain passage paternel.

Quinzième festival

… international de dentelle aux fuseaux à Bobowa (Pologne)

bobowa

… avec les participations de la Slovaquie, la République Tchèque, la Belgique, la Russie, la Hollande, l’Allemagne, la Hongrie et bien sûr les dentellières polonaises. L’affiche du programme détaillé est => ici, et les renseignements complémentaires ou les photos de l’an dernier par => là !

… et vingtième concours national de cette même dentelle (voir le règlement)

La France ne se déplacera pas… pourtant certaine dentellière du dessus de la Loire revendiquait haut et fort une amitié indéfectible 😉

Blonde de Catalogne

… une feuille d’éventail en cours de réalisation selon la technique de la dentelle blonde (non pas de Caen) mais de Catalogne, travaillée en un seul morceau depuis ce qui sera collé sur le premier panache jusqu’au second avec, entre les deux, les motifs qui eux, seront collés sur les brins… ajout obligatoire de fuseaux en cours de travail pour obtenir la densité des mats dans les motifs et leur retrait (ou leur dissimulation) jusqu’au prochain, je n’ose imaginer la complexité de ce magnifique modèle 😆

barbe

Beau livre

brugal1

Michèle-Elisabeth Schmidt, en grand-mère avisée et en illustratrice renommée raconte pour ses petits-enfants, à l’aquarelle et avec des mots simples, la nature d’un lieu-dit du Boulvé (au sud du Lot) qui l’entoure et ce d’un premier janvier à un 31 décembre.

Rien de la faune ou de la flore n’échappe à son oeil averti et précis lors de cette valse lente des saisons, le tout agrémenté de dictons et anecdotes, suivi de l’histoire de Sophie la souris et d’un index des noms français, anglais et latins des plantes et animaux présents.

Imprimé en juillet 2007, numéro I.S.B.N. : 2-905163-16-1

Les coordonnées de l’auteur sont sur cette page.

brugal2

Amitiés virtuelles

Le sept août dernier, un très joli coquelicot sur le blog d’Elisabeth nous annonçait qu’elle faisait une pause, pause qui devenait effective le 11 août, jour dans la soirée duquel a été validé un dernier commentaire… depuis pas de nouvelles. Espérant que le simple et vital besoin de se reconnecter à la vraie vie soit à l’origine de ce silence virtuel, et qu’elle soit partie observer dans une cache en Estonie les ours faisant le plein de miel pour déclencher leur diabète pré-hibernatoire,  je lui offre cette très belle chanson française qui devrait parler à son âme slave 😉

Silence prolongé aussi, sur le blog d’Annette… qui n’a jamais caché sa maladie, mais qui peut aussi avoir perdu un être cher… car nul ne sait ni l’heure ni le jour, j’ai toujours une pensée pour eux quand je viens passer un moment sur cet espace…

autumn