Chirurgie esthétique

Refusant de vieillir, elle l’a sollicitée plus que de raison et grassement rétribuée…

… au point que dans ses dernières interviews, elle faisait presque peur…

La pétillante diva libanaise Jeannette Féghali plus connue sous le nom de Sabah (et le surnom de Chahroura, le merle chanteur) partie dans la nuit de mardi à mercredi, à l’âge de 87 ans, est retournée ce dimanche, avec les honneurs, à sa terre natale (lire => Sabah retourne à son village) en réconciliant pour un hommage quasi-national ses concitoyens : ceux qui l’ont aimée comme leur rayon de soleil matinal, ceux qui la jalousaient ou la trouvaient vulgaire, ceux qui critiquaient sa vie sentimentale plutôt dissolue et son goût pour les jeunes maris…

Au paradis des artistes son arrivée ne passera pas inaperçue, puisqu’elle y rejoint pour d’autres duos enjoués le grand Wadi As-Safi un autre champion du mawal décédé à l’automne 2013…

… et l’on y dansera sûrement le dabké encore longtemps !

Les chansons en français de la reine de la robe à paillettes sont assez rares…

… et presque parfaitement audibles pour une oreille occidentale.

Son testament, sa fortune ayant été dilapidée depuis quelques temps, peut se résumer, tout comme sa vie… en cette chanson :