Eloge du balai en genêt

Il est sûr que le doux bruit du balayeur à l’oeuvre, muni de son outil autrefois en branches d’authentique genêt, au caractéristique parfbalai3um âcre sous le soleil de certaines de nos campagnes abandonnées et redevenues sauvages, avant qu’il se soit remplacé par du plastique, combiné à celui de l’eau coulant dans le caniveau de la ville avait un petit effet hypnotique, mais combien plus agréable que celui de la balayeuse mécanique que l’on ne sort balai4(chez nous) fort heureusement que pour les très grandes occasions.

Pour l’entretien courant, notre petit homme vert préposé à la propreté est équipé d’un casque pour protéger ses oreilles et d’un « pseudo-aspirateur portable » qui fait un bruit d’enfer tout en laissant une adorable odeur de propre d’hydrocarbure, n’aspire rien du tout puisqu’il n’a pas de réceptacle apparent, et donc, au mieux n’est qu’une souffleuse qui déplace feuilles et gravillons d’un caniveau à l’autre, m’obligeant…

… les jours de ménage dans ma rue, à sortir mon balai en paille de riz pour nettoyer devant chez moi si je ne veux pas qu’un gravillon coincé sous la porte ne grince désagréablement sur le carrelage ou ne le raye.

echinacée

 

 

La Liberté éclairant le Monde

Le chef-d’œuvre d’Auguste Bartholdi, monté en plein Paris en 1885, fut démonté pour être remonté en 1886 aux Etats-Unis, sa destination finale 😉 un de mes grands-oncles a eu la chance de passer à Ellis Island en 1905 avec 45 dollars en poche une fois le billet du bateau réglé…

Le Doodle du jour me fait penser à ces cousins éloignés que je ne connais pas 😆

La cave à Lulu

Celles et ceux qui suivent mes aventures trépidantes à la campagne ont entendu parler de Lulu (c’était => par ici), la question était d’ailleurs : Est-il revenu ?

Si chez Lulu il y avait bien une cave voûtée, ce n’est pas celle de la vidéo, qui elle, est en Provence, et puis le patois auvergnat ne ressemble pas du tout au créole de Leyla Mc Calla ici présente…

Le restaurant a bien ouvert le week-end dernier, pour notre fête de la musique avortée, mais est-ce réellement Lulu, puisqu’il y a une référence à Lou Brocantou, encore un illustre inconnu… la réponse est oui, Lulu est revenu, je l’ai de mes yeux vu… mais met-il aussi en vente les meubles ? Mystère !

lulu1

Caprices de la météo

… nous avons régulièrement la fête de la musique une semaine avant tous les autres… mais catastrophe, si la fanfare locale qui ouvrait les festivités a eu le temps de défiler dans les rues, un superbe coup de vent suivi d’un bel orage et d’une pluie qui a duré un certain temps ont envoyé musiciens et public, si ce n’est au lit avant l’heure, mais du moins aux abris 😆

Pas de chance !

Les cadurciens (lire => ici) eux, ont renoncé, pour les mêmes raisons, au spectacle d’Asaf Avidan prévu dans le cadre du festival Visages du monde, avec avarie de la scène, instruments noyés et un probable remboursement des places à prévoir… 😦

Gageons que cela ne consolera pas ceux dont l’orage à gâché la soirée, mais que ceux qui ne connaissent pas cette voix surprenante ne manquent pas d’assister à un de ses concerts si d’aventure ils le croisent sur leur chemin…

Orthographe et grammaire

… ne sont plus les bases de notre langue nationale, c’est le triste constat que l’on peut faire au vu des résultats des tests du Projet Voltaire publiés hier dans La Dépêche (lire la suite => ici).

voltaire

… et même si nos aînés affiliés à la Famar (dossier dictée 2015) ou à Générations Mouvement se défendent généralement bien, le département n’est pas le plus brillant de la région, loin s’en faut !

Si vous voulez vraiment combler vos lacunes (et moi les miennes 😉 ) sachez que le Certificat Voltaire est éligible au Compte Personnel de Formation (qui a remplacé le DIF le 1er janvier dernier).

Le site du projet comprend aussi un blog accessible par => ici.

Bon courage !

Du temps qui passe

Interpelée par le nom de Rawa-Ruska, j’ai lu l’article qui en fait mention et ne concerne pas que le département voisin…

rawa

… lire la suite dans La Dépêche.

Je dois avouer que je n’avais jamais entendu parler de ce camp d’internement actuellement situé en Ukraine, ou plutôt que son nom n’avait pas retenu mon attention avant mon voyage en Pologne orientale en 2006.

rawacMais  quand je lis la liste de ses sous-camps, je connais pour y être passée (ou même m’y être arrêtée) le nom de certaines des localités polonaises citées.

La ville est limitrophe avec la Pologne et comporte un point de passage entre les deux pays.

rawam

Si l’on se réfère à ce qu’écrit le journal, personne n’oubliera jamais, mais le site Ceux de Rawa-Ruska (et leurs descendants) fait malheureusement état de la fonte régulière de ses effectifs liée au grand âge de ses membres et au peu d’enthousiasme des jeunes générations à perpétuer le souvenir de ces sinistres années.

Lors de leurs réunions, les anciens entonnent l’hymne propre à leur camp que certains pourront entendre => par ici, je me contenterai de ses paroles et de l’interprétation de la variante devenue depuis chant national des évadés de guerre par le baryton Michel Dens.

Je vous propose donc le Chant des marais, commun à tous les déportés, plus connu, composé en 1933 par des prisonniers du camp de concentration de Börgermoor, dans le Pays de l’Ems, en Basse-Saxe.