Un jour ordinaire

Il n’y a rien à dire, l’image publiée sur les réseaux sociaux parle d’elle-même…

kai

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,

Seigneur, écoute mon appel ! Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera ?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne.

J’espère le Seigneur de toute mon âme ;  je l’espère, et j’attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore,

attends le Seigneur, Israël. Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat.

C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Cette prière a sûrement été dite un nombre incalculable de fois à Auschwitz… seul l’indicible s’est généralement produit, pour quelques rares miracles (un père de famille sauvé par le sacrifice de Rajmund Kolbe) et nul n’a la bonne réponse à toutes les questions que nous nous poserons toujours.