Cousinade

Faut-il y voir un signe ? Mystère ! Alors que mon seul stress ne devrait être que quelques rêves de pannes de réveil ou d’oublis de quelque chose d’important dans feu l’exercice de mes fonctions, réminiscences de mon subconscient non encore nettoyé de ce qui fut longtemps mon quotidien, curieusement, cette nuit j’ai mal dormi.

Comme tous les soirs, vaisselle qui sèche dans le panier, ablutions faites, j’ai pris le gros roman de 800 pages (1100 en édition de poche sans les remerciements), réputé sublime, sur ma table de chevet pour en lire quelques pages, j’ai éteint, me suis retournée et normalement, je dors en 5 minutes…

Mais il faisait vraiment trop chaud, puis l’orage a grondé et je me suis levée pour aller débrancher la box, la grosse mouche d’en bas m’a suivie à l’étage et a réveillé les instincts de prédateur du chat, j’ai donc pris, en attendant que la chasse soit terminée, le second livre présent à ma portée, celui qui amorti le tic-tac du réveil, mais s’il est plus léger pour mes mains…

… il s’est avéré que les quelques 140 pages qui reprennent  l’histoire tragique du charismatique  Père Jerzy Popieluszko, aumônier historique de Solidarność (aux aciéries de Huta Warszawa), en poste à l’église Saint Stanislas Kostka de Varsovie (Kościół św. Stanisława Kostki) sauvagement assassiné en 1984 par la police communiste et jeté dans les eaux de la Vistule sous le pont du lac de Włocławek, ne sont pas soporifiques, et m’ont ramenée, entre autres, au 15 août 2006, où nous avions terminé notre tout premier tour de Pologne, avions quitté les cousins paternels tout juste découverts, avions testé notre capacité à trouver un endroit pour dormir, et nous étions offert un bain de pieds dans la Baltique. Pas de souci pour les repas ou les courses, nous avions déjà une petite expérience et nous nous apprêtions à regagner la France à l’aide d’une carte de l’Allemagne achetée à la dernière station-service polonaise trouvée sur le chemin du retour de cette escapade imprévue…

En ce jour de l’Assomption de Marie j’ai donc eu envie d’entendre un des chants entonnés par les ouvriers lors des Messes pour la Patrie qu’il célébrait, en voici une avec des images de la répression de 1981  😉

 

Une réflexion sur “Cousinade


  1. Jerzy Popieluszko (1947-1984) repose près de l’église Stanislas Kostka de Varsovie où sa chambre au presbytère, gardée en l’état, se visite.
    Un musée reprenant son histoire a été ouvert le 18 octobre 2014 à Włocławek

    Béatifié en tant que martyr le 6 juin 2010 Varsovie par le cardinal Angelo Amato, prêtre salésien italien, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, les conclusions de l’enquête du diocèse de Créteil concernant une guérison attribuée à l’intercession du Bienheureux ont été envoyées à Rome en septembre 2015

    J'aime

Les commentaires sont fermés.