À la recherche du chacal doré

Canis aureus aurait grandement étendu son aire de répartition, puisque parti du nord de l’Afrique, du Moyen-Orient et jusque dans le sud de l’Asie, il serait présent depuis au moins 2013 dans les républiques baltes. On le soupçonnerait d’être, cette année, le prédateur de 25 moutons et d’avoir attaqué 2 veaux près de la plage de Metsküla, en Estonie.

mi50

Une caméra de surveillance, dont le son sera amélioré, a été installée.

La webcam => kulgur

Pour l’instant je n’y ai vu que des pies, entendu de petits oiseaux, un chien et des corbeaux, mais qui sait, peut-être qu’un jour, ou plutôt une nuit,  avec un peu de chance et beaucoup de patience…

 

 

 

Demain…

… ou après-demain, il neigera, ici ou ailleurs, ou tout simplement sur votre écran.

Ce qui tombait ce matin chez moi m’a fait penser à ce poème de Yukikazu Sakurazawa, plus connu chez nous sous le patronyme Georges Ohsawa, le pape de la macrobiotiqueune philosophie de vie, fondée sur le principe taoïste de la complémentarité yin et yang :

 

Il neige

Il neige sans aucun bruit
La neige tombe
Couvrant les toits qui protestent
La tour arrogante de l’église et l’humble forêt
Je contemple
La neige qui tombe
Les yeux grands ouverts
Comme Alice au pays des merveilles
La neige blanche tombe du ciel gris
Sans cesse Infiniment
La neige est belle
Quelle merveille la neige qui tombe sans arrêt
Je contemple la neige
Qui tombe du ciel
Comme un primitif
Qui voit la neige
Pour la première fois
Je ne pense pas
Je contemple
La neige qui tombe
Je la suis
Je tombe avec la neige
La neige qui danse
Furieusement
Gracieusement
La neige qui saute
Vers le ciel
La neige qui traverse l’horizon
La neige qui faufile le ciel
En grande spirale
En petite spirale

La neige

J’entends la chanson que je chantais
Dans mon enfance
Lorsqu’il neigeait
Regarde la neige
La neige qui tombe
Sans rien dire
Non
Elle parle
De beaucoup de choses Blancheur du visage de la fille morte
Sa vie éphémère
Vie misérable de l’homme
Le temps
Oui passe
Vie sanglante des héros
Vie solitaire des penseurs
Rêve des braves aventuriers
Oui ont failli
Tragiquement

Amour flamboyant des jeunes
Malheur bonheur
Joie tristesse
Mensonges et traitrises
Des découvertes scientifiques

Ponce Pilate
Jésus
Grandeur et chute des Romains
Savants emprisonnés
Et brulés vifs par l’Inquisition
Napoléon défait à Moscou
Verdun et ses champs de morts
Mille et milliers d’hommes tués journellement
Sur des tables d’opérations
Tout était illusion
Sur l’écran blanc de la vie

La neige raconte
Silencieusement
Froidement
Sur son écran blanc
Toutes les histoires de l’homme

Au mot fin d’un film
L’écran blanc
N’intéresse personne
Personne ne s’intéresse
A de la neige blanche
La neige qui couvre
Toute saleté
Toute tristesse
Tous les crimes
Toutes les ruines
Horribles de la guerre
Toute la bêtise de l’homme

La neige est l’écran blanc
Triste et silencieux
Qui nous fait voir
Toutes les scènes
Des tragédies
Des comédies
De l’homme

Il neige
Regarde bien
La neige est l’écran blanc
De l’infini
Ou s’entrevoit
L’Expansion
L’expansion infinie

La neige est belle
Silencieuse
Extraordinairement
Éloquente
La neige
La merveille

Celui qui ne contemple pas la neige
Avec la joie d’un enfant qui écoute
Sa mère raconter une histoire passionnante
Est aveugle de neige
Il ne voit toute sa vie
Que mauvais rêves et cauchemars

Car au-delà du monde où il neige
Au-dessus des nuages de neige
Il y a un autre monde où le soleil brille
Et au-delà encore
Il y a un autre monde
Où ni lumière ni ténèbre
Ni chaud ni froid ni blanc ni noir
Ni vie ni mort
N’existent

C’est là l’éternité L’expansion infinie
Qui crée la neige de la vie Des étoiles
Des galaxies
Toujours
Encore et toujours

Le sel rose de l’Himalaya

Ma vieille lampe aux nébuleuses vertus magiques, achetée dans une boutique bio qui fut réputée avant de tomber dans un pur mercantilisme, fonctionne toujours et j’ai même une petite boîte ronde de sel rose, avec sa cuillère doseuse en bois, au fond d’un placard de cuisine (ma façon de l’économiser). minesel0Mon imagination galopante en situait la mine quelque part entre le Tibet, le Népal et l’Inde… mais l’excellent article sur le sujet est beaucoup plus précis : la mine exploitée depuis l’époque de l’Empire moghol (1526 – 1857) est à Khewra, dans le Pendjab pakistanais…

Khewra Salt Mine and Origin of Pink Himalayan Salt – A natural asthma treatment (à visionner sur YouTube)

Mine de sel de Khewra et origine du sel rose de l’Himalaya – Un traitement naturel contre l’asthme

Si j’ai visité en 2006 la mine de Wieliczka, près de Cracovie (Pologne), je me contenterai de la vidéo en l’absence d’un projet de tourisme au Pakistan.

Dim sum

Mes bouchées préférées à la vapeur ont toujours été celles aux crevettes, voici la recette et le tour de main de Morgane 😉

Merci à elle, son blog est ici => Cooking with Morgane.

Je pense m’y essayer quand j’aurai tous les ingrédients, au menu je n’ai que de banals makis chou, écrasée de pomme de terre qui décoiffe et hareng fumé… 😉

Une phrase assassine

politique

Lire => la suite.

Ferais-je, alors que je ne suis ni belge, ni bretonne, partie des taiseux ? Là, à sa place, je l’aurais bouclée.

Ma grand-mère me disait toujours qu’il fallait tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler et, après une bourde pareille, j’irais immédiatement me cacher terrer dans un minuscule trou de souris… mais en politique (au service de la Nation ?), le pire seul n’est pas possible, il semble obligatoirement de rigueur.

Le langage des arbres

… documentaire réalisé à partir des observations de l’ingénieur-forestier Peter Wohlleben présentées dans son livre La Vie Secrète des Arbres, qui ont été confirmées par les travaux des scientifiques de l’Université du « British Columbia » au Canada.

Pour information, il a aussi écrit un guide illustré qui raconte 250 espèces d’animaux et plantes intitulé La vie au cœur de la forêt.

Gourmandise : le chocolat

chocolat

Lire => la suite.

Les doses préconisées seraient faibles puisque consommer 3 ou 4 carrés de chocolat à 70% de cacao suffirait pour disposer des bonnes doses de polyphénols nécessaires à la protection de notre foie, exit donc chocolats au lait, fantaisies ou blanc…

Certes l’information un mois avant les fêtes est louable, mais ce que je trouve curieux, c’est qu’elle soit accompagnée d’une vidéo annonçant l’ouverture du Musco, un musée-manufacture Sève à Limonest, près de Lyon, avec boutique et même vente en ligne (je ne suis pas contre l’envoi d’un petit colis dégustation) ! Bon, il faut bien rentabiliser l’acquisition des machines anciennes restaurées…

Ceci dit, j’ai un fabricant de pralines artisanales pas très loin de chez moi 😆

pralines

 

 

 

1950, aux eaux de Bordjomi (Géorgie)

Située en Samtskhé-Djavakhétie, la Vichy du Caucase abrite, sept kilomètres vers l’ouest, au bout d’une mauvaise route étroite qui serpente dans la forêt, le palais Likani, au bord de la rivière Kura, résidence d’été du grand-duc Nicolas Mikhaïlovitch de Russie, devenue, à sa mort, propriété d’état fréquentée par les divanprincipaux responsables soviétiques, dont le Père des peuples Iossif Djougachvili, appelé Koba après son premier exil en Sibérie, puis Joseph Vissarionovitch dit Staline.

Lors d’un des réaménagements de la datcha, la salle de bal a été transformée en salle de cinéma pour l’amateur de cognac et de films américains qu’est l’homme d’acier, qui, sur la fin de sa vie, semble hanté par le suicide de Nadejda Allilouïeva, ne fume, dans sa pipe Dunhill qu’il ne nettoie jamais, que du tabac de Géorgie prélevé de la blague que lui a offerte Winston Churchill, et un mystérieux divan a fait son apparition dans le bureau, identique à celui de Freud, le charlatan décadent viennois, à Londres, recouvert des mêmes kilims aux motifs géométriques (sur le canapé et) sur le mur…

Ce qu’il a réclamé, ce sont des livres interdits : L’interprétation des rêves, Histoires de malades et le Conte du Tsar Saltan de Pouchkine…

Sur fond de guerre de Corée, que deviendra le projet de monument d’éternité du camarade-artiste Danilov ? Vous saurez tout en lisant le livre, je n’ai pas vu le film, pas sorti en salle dans ma campagne 😉

La vibration du roitelet

Alors que je viens d’achever la lecture des plus de mille pages (en version poche) du prix Pulitzer 2014, qu’il m’a fallu attendre plus de la moitié du conséquent pavé pour retrouver le chardonneret de Carel Fabritius, sujet évadé, malgré sa chaîne, de la fiction, que mésanges, moineaux et rouge-gorge volètent dans le jardin autour d’une boule de graines, je ne quitte pas la gent ailée puisque la saison des amours du plus petit des passereaux d’Europe a inspiré les paroles de cette chanson…

… que Wacław Zimpel et Jakub Ziołek ont enregistrée au Tonn Studio de Łódź, fin janvier 2017.

Wrens have been gorging on

Meadows blindly

Following the bride

We have failed to be

Much more distant than

The real is to night

All I ever knew is

How misguiding is

Hanging on to words

Under aspen tree

We will vibrate

Wiping out the birds