Portrait

Arrivé en France à l’âge de 24 ans pour des études, titulaire d’un doctorat en sciences de l’histoire des religions obtenu à la Sorbonne en 1985, musicien accompli, traducteur et calligraphe, expert en écriture cunéiforme sur tablette d’argile, il a enseigné les civilisations anciennes à l’université de Bordeaux.

Le dernier projet de ce natif de l’antique Ninive sur le Tigre (traduire le Houdra, patrimoine culturel universel de l’humanité, un bréviaire chaldéen millénaire de plus de 2000 pages en trois volumes, rédigé en araméen) restera inachevé.

Behnam Keryo n’animera plus les vêpres mensuelles en araméen à la cathédrale de Cahors et les habitants du village traditionnel de Valprionde, canton de Montcuq-en-Quercy-Blanc, ont soudainement perdu, le 7 novembre dernier, leur chaleureux érudit de la Maison du Scribe, toujours courtois plein de joie et de savoir-vivre.

Prière d’enterrement et cérémonie de condoléances se dérouleront à l’église chaldéenne de Paris ( 13-15 rue Pajol, 75018) ce dimanche 12 novembre, et j’ai une pensée attristée pour son épouse Tania, leurs enfants, famille et proches.