La vodka « au bison »

Ma lecture du soir est le deuxième tome des aventures du procureur Teodor Szacki (le 4ème volume : Inavouable, est sorti), dont j’ai déjà lu le troisième (La rage) et vu le film tiré du premier (Les Impliqués)… preuve, s’il en faut, que l’on peut souvent aborder une œuvre littéraire dans le sens qui vous conviendra le mieux 😉

zyg2Pour expliquer à mes copines de forum quel était mon livre de chevet du moment, je leur ai mis un lien vers la présentation (sans la lire) qu’en a fait Marc Ossorguine et ô, stupeur, en vérifiant ce matin, ce qu’il en avait dit, quelle surprise de me rendre compte qu’il n’hésite pas à véhiculer une grossière erreur ( 😉 ) concernant les buveurs de vodka… il n’y a jamais de bison (juste sur l’étiquette) dans la petite eau, dans ce cas précis du seigle distillé 7 fois, oui, et simplement un brin d’une herbe, dont le nom latin est Hierochloe odorata, famille des Poacées, dite herbe à bison, au délicieux parfum de foin coupé et de vanille qu’elle doit à la présence de la coumarine (principe aromatique que l’on trouve aussi dans la fève tonka à la mode en cuisine chez les chefs)

Petite visite de la ville où se situe Un fond de vérité (Ziarno prawdy), le roman policier de Zygmunt Miłoszewski, écrivain, scénariste et journaliste, dans une traduction de Kamil Barbarski 😉

J’y suis passée un soir d’août 2006 et avais fait une pause le temps d’un repas dont j’ai oublié le menu, il faudrait que je retrouve mon carnet de voyage 😆

Extrait du film Ziarno prawdy, sorti en 2015

Pour la petite histoire, l’herbe à bison entre dans le mélange des plantes fumées dans le calumet de la paix des Amérindiens, elle y est connue sous le nom de Sweet grass et fait partie des quatre médecines sacrées chez certains Indiens des plaines.

Le foin d’odeur est tressé (en bâtonnets) pour être brûlé lors de fumigations purificatrices.

Tressées ou non, les feuilles d’Hierochloe odorata deviennent une matière première pour l’élaboration d’objets décoratifs ou utilitaires dans d’autres traditions

 

2 réflexions sur “La vodka « au bison »

  1. Nous en avons une bouteille à la maison, rapportée par un copain de retour d’un de ses nombreux voyages (il est enseignant-chercheur et donc cherche beaucoup et parfois très loin!). Nous n’avons jamais osé l’ouvrir, d’une part car nous ne buvons pas de vodka (on préfère le ratafia local, voire artisanal) et d’autre part car une bonne âme nous a présenté la chose comme devant son goût particulier au fait que les fameux bisons urinaient abondamment sur l’herbe qu’on retrouvait dans la bouteille… les rumeurs ont la vie dure hein?

    Aimé par 1 personne

    1. 😉 Meuh… j’ai une bouteille au congélateur, l’herbe en terme de goût y est très discrète (l’alcool à 40° y est peut être pour quelque chose) et j’ai de l’herbe à bison dans mon jardin… sur laquelle jamais un bison ne s’est lâché.
      Coupée elle a un superbe parfum, mon chat adore jouer avec les tresses que je lui donne après qu’elles aient fini de parfumer le contenu des tiroirs de ma commode 😆
      Tu peux utiliser le contenu (la valeur d’une cuillère à soupe) de ta bouteille dans la pâte à beignets pour éviter qu’ils n’absorbent trop d’huile de friture, dans de la salade de fruits, pour flamber un dessert, des crêpes ou autre…

      J'aime

Les commentaires sont fermés.