Une cabane au Canada

Envie de jouer au Robinson ? Il est trop tard pour cette année, mais en vous y mettant dès le printemps l’an prochain…

Shawn James vous montre (en vidéos) tout de sa vie au grand air, si vous voulez en savoir plus, ce Monsieur fréquente les réseaux sociaux et tient un blog : My Self Reliance.

J’aime beaucoup sa cuisine extérieure (du fond de mon fauteuil) même si j’imagine qu’en hiver, dans la neige, l’expérience doit être plutôt rude.

En Russie, la cabane en rondins est aussi un sport national… une vidéo parmi d’autres 😉

 

Gênes (Italie)… et après ?

Un certain Andy Barréjot, que je ne connais pas, a publié ce matin sur La Dépêche un article qui me fait furieusement douter…

genesit

La suite de l’article de La Dépêche.

Ce qui me gêne vraiment, c’est que le journal fait état d’une publication datant de mercredi (soit du 26 septembre) et donne le lien vers une page que le commun des mortels aura des difficultés à trouver tout seul, page dont les données (deux pages en .pdf : Etat des ponts du RRN concédé et Etat des ponts du RRN non concédé) datent de fin 2017… on peut certainement faire mieux !

Certes, pour comprendre comment nos ouvrages sont classés en fonction de leur état, il vaut mieux la lire cette page, mais le lien qui nous intéresse est bien caché ailleurs et on n’y arrive pas sans insister lourdement tellement le site est opaque pour un béotien.

Voici donc la vraie source d’information (onglet presse) que ne donne pas mon journal régional => État 2018 de nos ouvrages d’art, avec un document en .pdf que l’on ne pourra pas comparer aux 2 autres pour savoir où en sont les éventuels travaux… c’est, à mon humble avis que personne ne demande, plus qu’inquiétant car l’entretien des 3/4 de nos ouvrages d’art a été concédé à des entreprises privées (à voir => ici avec la carte) !!!

À savoir, 1 seul pont, le viaduc de St André sur l’A43 (en dehors des 4 dits hors catégorie -viaduc de Millau sur l’A75, viaduc du Grand Canal sur l’A29, pont de Normandie sur la même autoroute, pont de Tancarville sur la RN182- surveillés plus régulièrement) est classé 1 (ouvrage en bon état apparent), 2 classés 3U (ceux cités dans la publication du 26 septembre, : viaduc de Caronte sur l’A55 et viaduc d’Echinghen sur l’A16) ont vraiment besoin de travaux urgents, 21 sont classés 3 (structure altérée) et tous les autres sont en catégorie 2E (désordres pouvant affecter la structure) ou 2 (présence de défauts mineurs), et je n’ai pas mis un mois pour en faire le tour…

Automne et vendanges

La Confrérie du vin de Cahors tenait cette année son ban des vendanges le samedi 15 septembre à Labastide-Marnhac comme en témoignent les vendangeuses que j’entends tourner à plein régime et l’article de La Dépêche du mardi 18 (il leur a fallu un certain temps de récupération), ne me cherchez pas sur la photo, je ne fais pas partie des nouveaux chevaliers, pas plus que des anciens, chose qui n’arrivera pas parce que je n’approuve ouvertement pas l’exploitation détournée de l’esprit vendanges par l’opération touriste = gogo baptisée Opération Vendangeur d’un jour  😉

gogo

Bien qu’infidèle par nature, l’inventaire récent consécutif au rangement de ma cave personnelle a tout de même révélé que les bouteilles qui la composent restaient strictement régionales (pas même un Bordeaux) que seules quatre d’entre elles n’avaient pas été achetées directement au producteur, qu’il me reste trois bouteilles d’appellation Cahors provenant d’un viticulteur vivant, les autres étant issues d’une vigne de ma commune (au cœur du vignoble de Cahors) arrachée juste avant le décès de son propriétaire et, que pour ne vexer aucun d’entre eux, de plus en plus le goût de mes convives et ma consommation s’orientaient vers un petit vignoble (vidéo) presque confidentiel (que je traversais quotidiennement pour aller au collège) dont j’aime le discours fédérateur des membres producteurs de l’IGP qui ont bien amélioré le contenu des bouteilles par rapport à la réputation de l’époque.

Publicité gratuite et bien sûr, à consommer avec modération autour d’une bonne table dont les enfants seront exclus si leurs parents sont responsables.

Le baobab

Très à la mode en nouvelle cuisine, il est aussi tendance en décoration d’intérieur… exemple avec l’œuvre d’Amaury Gallon pour les Jardins de Babylone (6 rue des Jeûneurs, Paris 75002), réalisée avec quelques 4400 tiges de bambou 😉

Esthétisme réussi, je suis moins fan de la lampe…

Les cornets de Murat

Chaque troisième dimanche de septembre se tient la traditionnelle Fête du Cornet, à Murat, dans le Cantal.

Tradition gourmande ménagère, ce fleuron du patrimoine local repris par les boulangers et pâtissiers a été mis à l’honneur par la municipalité en 2004 avant de devenir un rendez-vous recherché.

Les garnitures sont étudiées et restent secrètes jusqu’au dimanche fatidique, sucrés au départ, des petits malins ont réussi à concocter la version salée du cornet.

Présomption ou galéjade ?

À quoi bon faire des études d’horticulture pour finir par aller faire la plonge dans un restaurant ? Défaut d’orientation ? Divergence flagrante entre les besoins d’une société devenue de service et les aspirations de l’individu ?

emploi

La suite dans => La Dépêche.

Ma question du jour, est-ce que notre président a un problème d’oreille ou de compréhension… Le message, lui est clair : Lève-toi et marche ! (Luc 5, 22-25)

Sur leurs terres

Les voisins de la Corrèze, partie intégrante du Grand Sud-Ouest depuis la récente découpe des régions de France, Trois Cafés Gourmands dans À nos souvenirs dont voici le clip officiel :

… après avoir été longtemps de l’autre côté de la frontière du Sud-Ouest de mon enfance, étaient à la Fête de la Musique 2018 de Biars-sur-Cère, village du nord du Lot qui marquait cette limite par des panneaux en bordure de la route qui menait à Beaulieu-sur-Dordogne.

Côté Lot on pouvait y lire : Le Lot, terre des merveilles, pas un arbre au bord de la route et des champs grillés par le soleil, et côté Corrèze : La Corrèze, le pays vert… et les platanes donnaient une ombre généreuse aux cyclistes de passage… mais à l’époque on ne photographiait pas n’importe quoi 😉

Lecture policière

… plus vraie que nature avec l’interminable (879 pages) pavé de Don Winslow, un auteur américain atypique, intitulé Cartel (Prix mystère de la critique en 2017), la suite de La griffe du chien, paru dix ans plus tôt, que je n’ai pas lu.

Guerre des clans, corruption, alliances rompues et trahisons diverses, exécutions, tortures, politique, violence gratuite tout y est… mais si je veux bien savoir qui d’Adán Barrera, le plus puissant des chefs de cartel, et d’Art Keller, représentant de l’ordre aux méthodes peu orthodoxes, va gagner ce duel sans merci, je ne peux oublier que ce roman policier dépeint exactement le quotidien des Mexicains (du moins d’une certaine partie de la population), le titre suivant le prouve…

mexique