Consultation consommation

conso

Une information donnée par La Dépêche, que je relaye bien volontiers même si je ne suis pas du tout sûre que le consommateur qui n’a pas d’autre choix que le supermarché local en tire un quelconque bénéfice… souvenir d’une prise de bec quand ils ont supprimé le référencement de leur seule boîte d’un mélange de flocons de céréales sans sucre dont j’avais épuisé leur stock, je leur ai dit que je voulais décider moi-même si je prenais ou non du sucre au petit déjeuner et j’ai eu l’impression d’être d’une autre planète !

Même si la direction du magasin peut être sensibilisée à la malbouffe, le commun des mortels semble avoir des neurones déjà bien atteints au point de ne pas pouvoir réagir et revenir à une alimentation non industrielle…

Mais je vais occuper une petite partie de ma journée hivernale à cet exercice, merci à Laetitia de nous informer enfin sur cette consultation citoyenne qui a débuté le 12 octobre et se terminera le 15 novembre !

Légumes cultivés dans le Lot, vin du château de Haute-Serre, safran des Safraniers du Quercy, lait, fromages et yaourts Cant’Avey’Lot… La table dressée par les producteurs et éleveurs lotois et les vignerons était bien garnie, jeudi, lors de la présentation de la consultation citoyenne lancée par la région Occitanie sur l’alimentation.

Vincent Labarthe, Marie Piqué, vice-présidents, et Geneviève Lasfargues, conseillère régionale, accueillaient à leurs côtés les ambassadeurs de cette terre de culture pour évoquer la grande mobilisation qui, du 15 octobre au 15 novembre, permet à tout citoyen de voter et d’exprimer ses priorités pour une alimentation durable.

«Nous avons fait de ce thème la grande cause régionale 2018, mentionnait Vincent Labarthe. L’alimentation est le sujet de tous, elle est liée à l’agriculture. Notre région compte 164 000 emplois dépendants de l’agriculture, 82 000 exploitations, mais également 1 990 entreprises de l’agroalimentaire. L’Occitanie est la première région bio de France et la première sous signe de qualité avec 262 productions identifiées», mentionnait-il.

Cette consultation vise à accompagner l’assemblée régionale dans ses actions, comme les élus l’ont précisé : «La finalité est de définir une politique la plus proche des attentes de nos populations, par de nouvelles mesures à prendre, par des dispositifs à revoir ou à ajuster.» En parallèle, c’est bien sûr toute la filière économique agricole qui est concernée. Marie Piqué faisait remarquer en effet : «L’enjeu fondamental est de casser cette image que manger local est plus cher que ce qui vient d’ailleurs. Il faut permettre aux gens de s’emparer de cette qualité alimentaire d’Occitanie, car c’est un enjeu de santé publique mais c’est aussi permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail.»

Autour de la table, les principaux intéressés justement étaient là. Tandis que Bertrand Vigouroux insistait sur l’importance de la qualité de nos produits, Jean-Philippe Vayre rappelait les difficultés qu’avait connues Cant’Avey’Lot pour commercialiser sa marque et garantir le transport, évoquant une réflexion à conduire sur des mutualisations de logistique et autres.

L’entretien des paysages était un autre point mis en avant par Henri Bonnaud de L’Oustal, magasin de 85 producteurs. Il évoquait aussi l‘idée d’une marque régionale pour différencier les produits du territoire des autres, ou encore la tromperie faite aux consommateurs sur la qualité des produits commercialisés par de grandes enseignes mais importés de l’étranger, où le cahier des charges agricoles est bien moins contraignant.

Bio46 qui compte 400 producteurs et les Jeunes Agriculteurs du Lot sont intervenus aussi pour parler du soutien aux filières et de la déprise agricole.

Tous suivront les mesures intégrées dans ce «Pacte régional pour une alimentation durable en Occitanie», adopté lors de l’assemblée plénière régionale, en décembre prochain.

Pour voter

Des bulletins de vote sont à disposition à la Maison de la région, à Cahors, dans de très nombreuses mairies et collectivités du Lot et sur internet :

laregion.fr/alimentation

La région Occitanie et ses élus seront également mobilisés samedi 3 novembre sur le marché de Cahors et le 10 novembre sur celui de Figeac.

Dans ce questionnaire, quatre thèmes ont été retenus : l’environnement et la santé, la consommation de produits d’Occitanie, l’éducation à l’alimentation et enfin l’innovation et le juste prix.

11 réflexions sur “Consultation consommation

    1. Pour l’idée, elle n’est pas nouvelle… il y a déjà eu des programmes évolutifs (en fonction des avis d’internautes) aux 2 dernières présidentielles… et la consultation proposée par Mme Delga est (à mon humble avis) assez décevante (juste 4 questions pour lesquelles il te faut classer 5 propositions selon tes préférences alors que j’ai le souvenir d’une ancienne consultation papier -quand j’étais parisienne- beaucoup plus conséquente, limite fastidieuse)…

      Aimé par 1 personne

  1. Récemment, après avoir envoyé une demande au service consommateurs d’une grande marque de produits laitiers (Y… etc.) quant à l’amertume en bouche, une fois le pot terminé. Pas de réponse bien claire. Mais en recherchant sur leur site de marques, j’ai pu découvrir que cela était dû à la présence de carraghénane. Permettant au yaourt une certaine onctuosité !
    « Nous revenons vers vous suite à votre demande qui a retenu toute notre attention et nous vous remercions vivement de l’intérêt que vous portez à nos marques.

    Nous tenons à vous informer que nous retravaillons actuellement nos emballages afin de clarifier nos étiquetages auprès de nos consommateurs . Cependant vous pouvez déjà retrouver la liste des ingrédients et les valeurs nutritionnelles de nos produits sur les emballages de l’ensemble nos produits (taux de sucre, taux de lipides …etc.).

    Nous vous invitons à consulter un nutritionniste avant de consommer les produits. »

    Nous espérons que nous avons répondu à votre requête et que vous continuerez à l’avenir à utiliser et apprécier nos produits. »
    Super, une réponse permettant d’éluder une explication claire. Donc, depuis, terminer d’acheter ce produit, et je piste la présence de ce composant dans d’autres aliments.
    Pourquoi, j’achetais cette marque, parce la présence de fruits rendait appétant les desserts de ma maman… Donc, depuis, que des yaourts de brebis et de la confiture maison… 😉

    Aimé par 1 personne

    1. 😉 Ils t’ont répondu, c’est bien… parce que chez D ils ne l’auraient peut-être pas fait.
      Les yaourts aux fruits c’est fini depuis longtemps chez moi… trop sucrés à mon goût, je fais mes yaourts nature et je mets (on non) si envie du sirop de rose fait maison avec les pétales de mes rosiers.
      Je me souviens avoir jeté une bouteille de sirop de pêche (non visiblement indiqué « sans sucre ») à cause de l’amertume de l’aspartame écrit en plus que « tout petit »… j’avais cherché longtemps !
      Je te mets le lien (très intéressant) vers le dernier papier de « Que choisir ? » sur les 300 additifs alimentaires autorisés en UE => https://www.quechoisir.org/comparatif-additifs-alimentaires-n56877/

      J'aime

      1. Merci pour le lien. Edifiant !!!!
        Donc cette marque (qui n’a pas avoué la raison réelle du changement d’emballage) est dans l’obligation, désormais, de mentionner tous les ingrédients insérés dans leur produit. Oui, c’est ça en change l’emballage pour « faire plusss beau » : pipeau, ah que pipeau. Dans mes recherches, j’ai appris que ce E407 était fortement déconseillé aux femmes enceintes !? Et la personne qui m’a répondue me conseille de consulter une diététicienne. Ah que je rigole, on se défausse pour ne pas dire la réalité. Bof. Je vais continuer à éplucher la liste des ingrédients des aliments que j’achète : rien de tel pour faire un régime alimentaire adapté en reposant dans le rayon les dits-aliments suspects ! 🙂
        Je devrais être testeur en produits à base de tomate. Dès qu’il y a un certain ingrédient (je ne sais pas lequel) dans les tomates en pulpe, au jus ou sauce tomates élaborée : je rends à la nature ce qu’elle m’a si généreusement donnée. Comment veux-tu que je me tienne bien à table ? 🙂

        Aimé par 1 personne

          1. Oui, mais ça c’était avant : nous avions alors un jardin riche et généreux. Tomates : une cinquantaine de plants, des courges, du raisin, des fruits, et autres. Mais là, mon jardin est à l’abandon. Je ne peux plus être au four et au moulin, comme il se dit. J’ai baissé les bras. Chaque chose en son temps, pour l’instant je suis « aidante familiale ».

            Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.