Miracle en novembre

Alors que je visionnais hier soir L’enfant de Buchenwald, la sirène annonçant un bombardement imminent sur le camp a fait réagir (il a horreur de celle du village et rentre illico) mon chat qui dormait paisiblement. Je me suis donc posé la question de savoir si notre sirène au village fonctionnait toujours et depuis combien de temps je ne l’avais pas entendue (elle sonne longuement, depuis l’arrivée au conseil municipal d’un retraité des pompiers de Paris, tous les premiers mercredis du mois, à midi) puis j’ai repensé à nos cloches dont je vous ai déjà parlé

Ce matin, le chat est venu me miauler à l’oreille un peu avant 8 heures, et je n’ai pas entendu notre Angélus en retard, mais bel et bien la sonnerie égrainant les heures qui rythmait autrefois mon quotidien : la programmation du clocher est enfin réparée, ce qui a été confirmé par la sonnerie suivante du premier 1/4 d’heure puis celles de la 1/2 et des 3/4… un vrai miracle ? La question du jour est donc : sirène à midi ou pas ?

cloches

Aucun intérêt me direz-vous, et je vous l’accorde bien volontiers… sachez aussi que je n’ai entendu la crécelle d’à côté de chez moi qu’une seule fois en dix ans, un jour de tempête 😉

cloche

9 réflexions sur “Miracle en novembre

    1. Merci Lou 😉
      Il me semblait faire partie de la région Occitanie et non de l’hypothétique région Centre… soit il y a une coquille dans le journal, soit l’information n’était pas encore arrivée à la mairie, soit le technicien qui a remis les cloches en service n’était pas mandaté pour toucher à l’alarme… dommage ça fera 2 fois des frais de déplacement pour le budget de la commune, le prochain conseil municipal sera un peu plus houleux que d’habitude 😉
      Le problème c’est que quand elle sonne dans une campagne pour appeler les pompiers volontaires, personne d’autre ne sait pourquoi, ce n’est pas la radio nationale qui nous informera…

      Aimé par 1 personne

    1. Est-ce que ta sirène a sonné à midi (ou a midi 1/4) ce mercredi ?
      Ce qui m’énerve, c’est qu’on a un carillon, rare dans le sud de la France, qui a coûté cher à la commune pour son électrification (plus de clavier depuis ces travaux mais une dizaine -?- de mélodies programmées), et qu’on ne l’entend plus que quand il est en révision, on n’a pas d’argent mais on jette le peu qu’on a par les fenêtres à chaque changement d’équipe municipale… mais bon, le presbytère est devenu maison d’hôte, le nouveau curé ne sait même pas qu’il y a un carillon, quant au maire, il ne supporte pas le bruit des cloches et pour une fois son opposition est d’accord 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Ici aussi le presbytère est une maison de ….. tout. Il n’y a qu’un seul curé pour les trois villages. Mais le clocher rythme nos journées face à la mairie. De toute façon, la municipalité est toujours la même et il n’y a pas de volontaire pour s’opposer 😉

        Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.