Défaut de communication

Le résultat d’un sondage bidon, initié par mon journal local, est tombé et il est atterrant…

fessee

Il est sûr que la question telle qu’elle a été formulée ne sert absolument pas l’éventuel projet de loi contre les violences éducatives ordinaires, ces châtiments corporels utilisés comme seul moyen d’éducation de nos chérubins et qui deviennent rapidement de la maltraitance… on se souvient du cadavre d’une fillette inconnue découvert le 11 août 1987 au bord de l’autoroute A10 au nord de Blois dont on vient de retrouver et le nom Inass Touloub et les parents, quelques 30 ans plus tard, qui, eux… ont oublié !

Une interview de la députée Maud Petit avant le vote de ses collègues le 29 novembre prochain.

4 réflexions sur “Défaut de communication

    1. 😉 C’est tout vu, les sondages sont en général dans la marge droite du journal électronique, sous la forme de la copie d’écran du billet, sans les résultats, bien sûr.
      Deux questions brutes, tu es d’accord ou pas, il y a rarement une troisième possibilité, et quand elle existe souvent elle ne me permet pas d’envisager répondre au sondage, ce n’est que quand ils en donnent le résultat que tu as accès à un semblant d’explication…
      Ce sondage précis, j’ai vu, j’ai lu… et j’ai passé mon chemin, parce que trop de sensationnel, la fesse fait vendre, aucune nuance.
      Même à un très haut niveau, les explications du projet de loi ne sont arrivées qu’une semaine environ avant ma publication, et sûrement uniquement parce que tous les médias titraient sur fond de dérision depuis pas mal de temps… et donc il fallait un peu rectifier le tir avant le vote.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.