La danse du Bodhisattva à mille mains

… de cette vidéo, (re ?)mise en ligne en août 2017, avec 21 danseuses (chinoises ?) sourdes et muettes alors que les musiciens seraient aveugles selon les commentaires, de vagues souvenirs (une vidéo de 2010) et une impression de déjà vu

… aurait-elle inspiré le chorégraphe des Mayyas, Nadim Cherfan pour la performance de sa troupe lors du championnat d’Asie de basket-ball qui se tenait au Liban du 8 août au 20 août 2017 ? C’est une version très proche qui lui a permis de remporter le Golden Buzzer qui lui a ouvert les portes de la finale ainsi que le premier prix (qu’il a généreusement partagé avec le duo marocain Acrobat) du ArabsGot Talent 2019.

Forte de ce succès, la compagnie de danse a présenté un plaisant remaniement en version pyramide égyptienne antique, sur quelques mots de la chanson Enta Omri  d’Oum Kalthoum (dont il n’y avait que la musique dans la version précédente) au jury du Britain’s Got Talent 2019 The Champions en septembre 2019.

Quelques clichés, absents en février, ne sont pas d’époque pharaonique, mais, même si la troupe ne s’est pas qualifiée pour la finale, gageons que le public en manque d’exotisme n’y aura vu que du feu 😉

Mes respects à Fairuz, et ce, même si j’adore tout autant l’Astre d’Orient, qui a refusé en bloc, les sirènes des rives du Nil ainsi que les dictats de l’époque qui voulaient qu’il n’y ait pas de carrière musicale (ou même artistique) possible si l’on n’adoptait pas, entre autres, le dialecte égyptien…