Du jour…

sauvée

C’est un des titres accrocheurs du journal d’aujourd’hui et, ma mauvaise foi me permet d’ajouter que, par chance, il ne désigne que les messieurs concernés… la preuve s’il en est que ce n’est qu’une fête purement commerciale qui donne l’illusion de sauver les apparences un jour par an (peut-être 2 avec Noël), quand, tous les autres jours on s’autorisera à maltraiter sa moitié…

Quand on aime réellement, il n’y a pas de jour dédié au cadeau… mais (presque) tous les jours en sont un, et, quand il y a crise (personne n’est à l’abri), on essaie de réagir positivement et avec bienveillance 😉

helleb