Des plantes sauvages

Celle-ci est très à la mode depuis quelques années, mais comme il y a un risque de confusion dangereux, voici comment reconnaître l’ail des ours et le muguet.

Dans le pissenlit, tout est bon !

D’autres sauvageonnes comestibles… je vais tester la primevère spontanée à fleurs roses qui s’est installée dans mon jardin et j’ai divisée et déplacée pour utiliser sa vigueur au mieux, alors que celles que j’avais plantées continuent de végéter.

… et dire que j’ai arraché une touffe du joli mouron des oiseaux ce matin !

Ne cueillez pas n’importe où… renards et ragondins ne fréquentent pas vos coins de jardin où rien d’autre ne pousse à part quelques mauvaises herbes, alors rendez-leur un peu de liberté à bon escient 😉