Littérature lotoise

Lotois par intermittence depuis 1987, résident permanent depuis 2002, Peter May sortira, début 2021, un nouveau polar dont l’action concernera le nord du département à l’époque de la seconde guerre mondiale.

Entretien, en version longue, c’est un bon conteur 😉

Une parution à surveiller donc… et, s’il est connu à la bibliothèque locale, peut-être tenter le voyage avec ce qui sera disponible ???

Et comme c’est une fête de la musique bien calme cette année, voici un titre parmi d’autres de Mànran, groupe écossais bien sûr, cela va de soi 😉

 

 

Patrimoine à Retournac

En Haute-Loire, la dentelle du Puy-en-Velay sous la houlette de Mme Fouriscot était la référence, fortement concurrencée par celle de Brioude où officiait Mme Arpin (†), les querelles incessantes entre ces deux personnalités fortes, heureusement géographiquement séparées par la largeur du département, alimentaient d’ailleurs les discussions dans toutes les réunions de dentellières. À ces deux centres réputés il faut adjoindre le petit dernier qui s’est fait sa place au soleil avec son Musée des Manufactures 😉

Voici les explications sur une résurrection par Magali Delorme qui fait le lien entre la vraie dentelle manuelle défendue par ses aînées, au Puy et à Brioude, et la dentelle mécanique à l’origine du déclin de la production manuelle.

En France, la dentelle mécanique a connu de très beaux jours (vidéo) à Calais et Caudry après l’importation (pour la petite histoire, en fraude) d’un premier métier à tulle, inventé en 1809 par John Heathcoat et perfectionné par John Leavers.

ricin2020

 

Mick Fouriscot a passé la main

Sans nouvelles du Centre d’enseignement de la dentelle aux fuseaux au sujet de leur exposition annuelle pour laquelle j’avais été sollicitée, une recherche dans la presse m’informe du départ à la retraite, début mars, après 46 ans de bons et loyaux services, de Mme Fouriscot => Mick Fouriscot quitte la présidence du Centre d’enseignement.

dentelleUne nouvelle qui, en raison du coronavirus, était passée inaperçue et me conforte dans le bienfondé de mon peu d’empressement à expédier au Puy-en-Velay ce qui me restait de l’œuvre tout droit sortie de mes neurones et réalisée par mes petites mimines qui fut primée (il est vrai que je les avais brossés dans le sens du poil) une année lors du concours traditionnel du Grand Couvige International d’octobre 😉

dentelle2

L’information est aussi donnée de manière laconique sur le site, juste au-dessous de l’annonce de l’Institut de Recherche Innovation Développement des Arts Textiles au Puy-en-Velay concernant une autre exposition (de remplacement) à l’entrée payante (1 place achetée, 1 place offerte), et des consignes de sécurité pour y accéder…

Le XXXIème Grand Couvige de dentelle et broderie, avec pour thème « Les rosaces de ND de Paris » (diamètre demandé : 30cm), prévu pour le 3 octobre 2020, à Blavozy (43), semble maintenu. Le bulletin d’inscription pour y participer est à retourner avant le 19 septembre avec un petit chèque de 25€.

craponne0

 

 

 

Au pays du canard

Nous avons été confinés, puis déconfinés par étapes… avec plus ou moins de bonheur selon les situations, certains ont compris le pourquoi du comment, d’autres doutent toujours, bref, les langues vont bon train et il ne nous manquait que l’avis éclairé énoncé avec la gouaille qu’on lui connaît, d’un poète d’origine locale : voici Les confinis selon Pierre Perret 😉

Comprenne qui voudra et restez prudents !

rtrémière2020

 

Climat social perturbé

Comme la météo ces derniers jours, il est passablement agité et le coronavirus ne peut rien faire contre l’explosion de toutes les frustrations lourdement sanctionnées par des violences policières (je ne voudrais pas être à leur place, humains pour la plupart dotés d’un idéal mais coincés entre une hiérarchie exigeante et une société fracturée par des inégalités plus que criantes et dont la grande part lésée demande légitimement plus de justice)…

Outre-Atlantique c’est la mort de George Floyd à Minneapolis le 25 mai dernier qui a mis le feu aux poudres, en réaction, ici c’est aussi celle d’Adama Traoré, le 19 juillet 2016, qui est revenue sur le devant de la scène lors de manifestations de soutien, mardi à Paris et mercredi à Toulouse… et ce ne sont que 2 cas parmi d’autres restés plus anonymes.

C’est très loin d’être fini, puisqu’une avocate locale assez connue, Stacy Shaw a été arrêtée lors d’une manifestation pacifique, mardi à Kansas City, et qu’elle ne compte pas en rester là, forte de sa notoriété (elle anime aussi une émission télévisée consacrée aux droits des citoyens) et du soutien de sa sœur, procureure au tribunal de Houston.

Voici la colère publique d’une avocate, postée sur son compte FB, une fois la caution payée par son warrant  => c’est une très, très, grosse colère !!!

hort2020

Art brut lotois (bis)

Il me semblait vous avoir déjà parlé de Jean-Marie Massou, ce personnage singulier qui vivait sa liberté de créer, à la manière d’un facteur Ferdinand Cheval plus moderne, au milieu des bois, dans une vieille ferme et ses dépendances (bien sûr, ne vous y ruez pas, l’accès en est interdit par la municipalité), mais peut-être que l’idée du moment, par suite de la complexité de l’individu, n’a jamais dépassé le stade du vœu pieux…

Son tout récent décès et ses obsèques civiles (aujourd’hui à Marminiac) annoncées par La Dépêche m’ont fait redécouvrir les multiples talents du marginal (dixit Georges Brassens : non les braves gens n’aiment pas que…) qui a choisi de vivre sereinement (?) et de nous laisser une trace de son passage sur (et, assez souvent, sous… puisque son lieu de vie est truffé de grottes aménagées par ses soins) cette Terre, en accord avec lui-même et avec ses convictions.

À re-écouter sur France Musique, la 3ème étape d’une série conconctée et réservée à ces inclassables de la musique contemporaine, par Clément Lebrun pour Le cri du Patchwork, en date du 12 septembre 2017, consacrée aux créations sonores de J-M Massou, rassemblées en 3 disques par l’équipe du label Vert Pituite qui a ainsi inauguré une nouvelle collection intitulée La Belle Brute => A l’écoute de Jean-Marie Massou

Respect, l’artiste !

Addiction au sucre

En visionnant le replay du film passablement déjanté, Jeune femme d’Arte, signé Léonor Serraille, l’héroïne Paula (jouée par Laetitia Dosch), temporairement promue baby-sitter, demande à Lila (rôle tenu par Lilas-Rose Gilberti-Poisot que l’on a vue comme Marguerite de Jeansin -la fille, et petite sœur d’Alice, de Mathilde et d’Auguste, l’installateur de la cabine de projection du cinématographe meurtrier- dans Le Bazar de la charité) la petite fille, plus mature qu’elle, dont elle a la garde, si elle a déjà mangé de la barbe à papa ?

Devant sa réponse négative, je me suis posé la même question et… j’ai donc enquêté pour savoir ce à quoi j’avais, avec certitude, complètement échappé… quoique qu’il n’y ait plus désormais besoin d’aller à la fête foraine pour sacrifier aux attractions (avec la fontaine à chocolat et le bar à bonbons) de tout goûter d’anniversaire (qui se respecte) de nos chères têtes blondes 😉

(Publicité gratuite, j’ai pris la première vidéo qui s’est présentée et n’y ai aucun intérêt)

Un petit investissement quand même, même si le choix des sucres colorés et parfumés (hors de prix pour de la betterave) est vaste… mais je n’ai apparemment rien perdu de très rare, ce ne sont, finalement, que de simples filaments de caramel avec beaucoup d’additifs ! Je me coucherai moins bête ce soir ! ♥

charme11