Née de père inconnu

Ce fut mon cadeau de Noël l’an dernier, une belle courge, cultivée dans un jardin corrézien… que j’avais mangée en un gratin succulent le 14 février (j’ai la preuve) mais dont je n’avais pas fait le moindre portrait avant de la passer à la casserole 😉

Elle ressemblait fortement à ceci => courge délicata (pub gratuite), et j’en ai gardé les graines que je me suis empressée de semer, puisque contrairement au patidou que j’avais cultivé l’an dernier elle n’est pas coureuse… quoique !!!

pèreinconnu

Voici ma récolte d’il y a 3 jours, un fruit unique (1kg103 et 1kg026 quand même) sur chacun des 2 pieds plantés en mai 😉

Le fruit est comestible, la chair en serait blanche légèrement teintée…

Tous ceux qui ont eu, l’an dernier, une délicata en cadeau et en ont semé les graines ont eu le même résultat et ont survécu sans dommage à la consommation de la nouvelle récolte 😉

Suivant l’angle sous lequel on regarde la courge, on peut vaguement trouver un air de ressemblance avec la mère… mais qui est le père ?

Musique de film

Elle date de 1965, signée par Krzysztof Eugeniusz Penderecki (†), elle faisait partie intégrante d’un film aujourd’hui oublié de Wojciech Has : Rękopis znaleziony w Saragossie (Le Manuscrit trouvé à Saragosse)

… sur un scénario de Tadeusz Kwiatkowski d’après le très picaresque roman à tiroirs éponyme de Jan Potocki, construit sur le modèle du Décaméron de Boccace, que j’ai lu il y a bien longtemps, film que j’ai adoré voir enfin en 2005 et dont j’ai attendu ensuite la version colorisée 😉

Paradoxe

… ou quand le talent de Witek Muzyk Ulicy (qui a choisi de vivre un an dans la rue à Varsovie) se joue du système grâce au financement participatif.

Witold Jan Mikołajczuk, musicien autodidacte (accordéon, guitare, piano), auteur, compositeur et interprète a réussi à sortir 2 albums (« Gram dla Was » en 2017 et « Folko Rocko Punko Polo » en 2018), le titre Proszę Polsko Nie Umieraj fait partie du troisième « Gram dla Siebie » retardé à cause du confinement-coronavirus, d’où ce petit coup de pouce 😉

Autre extrait (sorti le 1er juillet) de ce troisième album => Suszarka

Pour le prochain confinement…

… et à supposer qu’il n’y ait pas spéculation sur le prix de la farine, je garde sous mon coude la recette des galettes de blé d’Insolente Veggie, à savoir : 200g de farine, 1 cuillère à café de sel, 2 cuillères à soupe d’huile et 120ml d’eau tiède, à cuire sans matière grasse dans une poêle bien chaude.

Et il se peut même que je teste un peu avant pour ne pas allumer le four pendant l’été ! 😉

insolenteveggie

 

Occasions manquées

Dommage collatéral post-confinement, l’été et les touristes de retour, je me surprends à fuir les contacts, éviter de sortir pour ne pas rencontrer ceux pour qui les gestes barrières recommandés toujours en vigueur ne sont plus qu’un vague souvenir et qui vous collent aux fesses parce qu’ils ont plein de choses à faire en vacances.

Alors je m’occupe avec tellement d’ingéniosité que j’en oublie parfois que j’ai une fenêtre ouverte sans trop de risques inutiles (bon, je sais bien, et depuis l’enfance, que je suis mortelle, mais j’aimerais profiter un peu) à travers ce blog.

Oui, je voulais vous parler le 12 juillet du deuxième tour des élections présidentielles (prévues en mai et reportées au 28 juin), en Pologne, qui a vu le président sortant Andrzej Duda réélu d’assez peu face à Rafał Trzaskowski (51,03% contre 48,97% des voix), du défilé de notre 14 juillet dont j’avais prévu suivre les avions et hélicoptères annoncés sur Flightradar24, histoire de savoir comment la flotte aérienne militaire apparaît sur les radars visibles par les civils… mais, malgré la page bien ouverte et les horaires de passage sous mon nez, j’en ai raté les rendez-vous, tellement mes occupations annexes m’ont absorbée ! Ensuite j’aurais aimé me rattraper en vous parlant de l’Airbus A320 qui part de Damas à 2h du matin pour une destination inconnue… en fait, il ne va qu’à Beyrouth, et selon les jours, dans son historique de vol (il fait la navette entre les 2 capitales, à 1/2 heure de vol), il annonce (ou pas), sa destination, en fonction des personnalités qu’il transporte peut-être ? Et je m’interrogeais sur l’empreinte carbone de ces vols par rapport au trajet routier (moins sûr je vous l’accorde, compte-tenu de la situation politique dans la région) ou au même vol mais avec un avion plus petit, on ne me fera pas croire que les délégations qui se déplacent remplissent un siège sur 2 d’un Airbus ?

Alors je vous offre, avec une pause café-petit gâteau maison, ces fleurs de mon jardin et les kiwis croisés en face de la fleur d’opuntia (le cactus raquette) dans une ruelle voisine de la bibliothèque 😉

Bel été à vous et portez-vous bien ! ♥

 

 

Je vous parle d’un temps…

… que, contrairement à Charles Aznavour, je n’ai pas connu parce que nous n’avions pas de téléviseur et nos voisins non plus, celui de l’âge d’or d’un certain cinéma 😉

Celui qui voyait aussi, tous les dimanches soir, les familles (souvent élargies aux amis et parfois même aux voisins) réunies autour du poste de télévision, trônant sur son meuble au salon, pour le western italien traditionnel, qui sera ensuite décrié par les grands penseurs de l’époque et requalifié en w. spaghetti, nonobstant le fait que beaucoup regretteraient ces années de réelle cohésion sociale.

Si nos intellectuels ont fait la fine bouche, j’ai vu tous ces films bien plus tard, sur grand écran dans des petites salles, et ils ont continué à séduire le public au point d’acquérir, partout dans le monde, une belle notoriété tant le duo Sergio Leone (†) pour les images et Ennio Morricone pour la musique fonctionnait bien.

Dommage, je n’ai pas trouvé avec les images de Tuco (Eli Wallach) traversant le cimetière pour chercher la tombe aux 200 000 dollars (=> juste le final).

Et juste pour le plaisir aussi l’harmonica d’Il était une fois dans l’Ouest avec Charles (Dennis Buchinsky) Bronson… ce soir ce sera tournée western chez les anges puisque les deux camarades vont se retrouver, un style dans lequel Michel Polnareff avait puisé (et parodié) avec bonheur pour la musique de La folie des grandeurs.

Addio Maestro 😦

J’aime !

Alors que je ne me suis pas connectée depuis le 21 juin, et oui, rien à dire cela m’arrive parfois, je suis accueillie ce jour par ces notifications qui me ravissent toujours !!!

j_aime

Enquête faite, le seul pic notable est daté du 3 juillet avec 616 pages vues (dont 612 par des ressortissants des États-Unis) par 154 visiteurs… oups, j’ai oublié leur fête nationale du 4 juillet ! 😳

Mais aujourd’hui… je ne voulais vraiment pas vous parler une énième fois de mes statistiques qui n’intéressent personne, simplement vous partager trois images d’hier pour vous faire savoir que tout va bien, je suis toujours vivante et il fait beau 😉

Bon dimanche à vous ! ♥