Quand passent les cigognes…

Ce n’est pas une référence au film russe de 1957, signé Mikhaïl Kalatozov, Palme d’or au Festival de Cannes l’année suivante, d’après Éternellement vivants, la pièce de Viktor Rozov, écrite en 1943, mais une constatation de quelques lacunes d’un correspondant de notre presse régionale, il (ou elle) a vu (ou on lui a signalé) la présence de quelques cigognes sur le grand cèdre de sa commune et il s’imagine déjà, sans rien savoir de la vie de ces majestueux oiseaux migrateurs, qu’elles s’installent pour nicher… (en septembre ?)

 

Voir l’intégralité de la photo (cliquer sur l’image) de l’article en question dans La Dépêche du Gers, puisque d’« Insolite » quand je l’ai vu, il a été transformé en « Réservé aux abonnés », et que vous ne pourrez pas y lire qu’après s’être régalées des raisins de la vigne, les cigognes ont passé la nuit sur le cèdre… et, d’après les commentaires… il semblerait que l’auteur du cliché n’ait pas été avisé de son utilisation, comme quoi, donner une photo à un correspondant du journal vaut pour accord tacite !

Les cigognes nichent après leur migration du printemps, dès que le couple s’est reformé, pas très loin de son propre lieu de naissance suivant la disponibilité des nids. Elles couvent et élèvent leurs petits. Elles ne commencent à repartir en direction des sites d’hivernage que vers mi-août, les jeunes nés de l’année partent d’abord, munis des indications des adultes (le plaisir d’avoir vu, une fois, la famille réunie sur la plateforme pour les dernières recommandations, j’ignorais tout à l’époque), une fois arrivés ils y resteront quelques années, le temps d’atteindre leur maturité sexuelle. Les parents eux, restent sur le site de nidification plus longtemps, en fait, le temps de reprendre quelques forces après le dur labeur d’élever une couvée et… ils ne vont pas remettre le couvert en septembre, ils ne sont pas fous, de plus, le couple se sépare et chacun vit sa vie d’oiseau libre en attendant le printemps suivant.

Bonne route à vous les oiseaux, malgré les embûches que nous vous y mettons de façon consciente ou pas, comme si les aléas naturels ne vous suffisaient pas…

3 réflexions sur “Quand passent les cigognes…

  1. Jeandelachauvinière

    Ohhh ne pas aviser le photographe n’est pas correct .Cela ne s’est jamais passer pour moi avec la nouvelle république du centre ouest quand un correspondant me demandait une photo de foot féminin où il n’avait pu se déplacer pour un match où j’était présent , après accord ce dernier m’indiquait par e mail le jour de la parution de la photo et dans son texte me mentionnait , il fallait que je lui envoie la photo après match ce que le club recevant faisait avec plaisir et me demandait aussi pour publier sur leur c

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.