Images du bon vieux temps

En ces temps là, nous pouvions, partout dans le monde…

… nous rassembler où bon nous semblait…

… puis aller prendre un café au bistrot du coin de la rue ou se restaurer, mais c’était avant qu’un virus sorti on ne sait pas encore d’où ne colonise la planète entière… 😦

Maintenant, ce n’est pas plus de 6 personnes dans les rues ou tous masqués (c’est un très mauvais exemple où l’on voit que nous sommes très indisciplinés) et chacun chez soi après 19h, le pied !

Heureusement qu’il nous reste les vieilles histoires pour nous tenir chaud au coeur 😉

Un jour, une femme sort de sa maison et voit trois vieillards avec de longues barbes blanches, assis
devant chez elle. Elle ne les reconnaît pas.
 
Elle leur dit : Je ne pense pas vous connaître, mais vous devez avoir faim, s’il vous
plaît, entrez et je vous donnerai quelque chose à manger.

Est-ce que les enfants de la maison sont là ? demandent-ils.
Non, ils sont sortis leur répond-elle.
Alors nous ne pouvons pas entrer.

En fin d’après-midi, lorsque les enfants reviennent de
l’école, la femme leur raconte son aventure avec les trois hommes.

Va leur dire que nous sommes à la maison et invite-les à entrer !

disent-ils à leur mère.
La femme sort et invite les hommes à entrer dans la maison.

Nous n’entrons jamais ensemble dans une maison
répondent-ils. Un des vieillards explique :

Son nom est « Richesse », dit-il en indiquant un de ses amis et, en indiquant l’autre, lui c’est « Succès »,
et moi je suis « Amour' ».

Il ajoute alors :

Retourne à la maison et discute avec ta famille pour savoir lequel d’entre nous vous
voulez dans votre maison.

La femme retourne à la maison et rapporte à sa famille ce qui avait été dit.
Comme c’est étrange !

S’exclament les enfants.

Puisque c’est le cas, nous allons inviter « Richesse ».

La mère n’était pas d’accord.

Pourquoi n’inviterions-nous pas « Succès » ? Votre père en aurait bien besoin dans ses affaires.

La plus petite, Elfie, qui suçait encore son pouce,  s’exprime à son tour :
Veux mamours, veux mamours…

Les parents fondent devant tant de câlinerie enfantine et la mère sort inviter « Amour » à entrer.

« Amour » se lève et commence à marcher vers la maison.
Les deux autres se lèvent aussi et le suivent.
Etonnée, la femme demande à « Richesse » et à « Succès » :

J’ai seulement invité « Amour » pourquoi venez-vous aussi ?

Les vieillards lui répondent ensemble :

Si vous aviez invité « Richesse » ou « Succès », les deux autres d’entre nous seraient restés dehors, mais
vous avez invité « Amour » et partout où il va, nous allons avec lui, puisque partout où il y a de l’Amour,
il y a aussi de la Richesse et du Succès
😉

Mon souhait, pour qui lira le conte jusqu’à sa fin, est celui-ci :

Où il y a de la douleur, je te souhaite la paix,
Où il y a le doute en toi, je te souhaite une confiance renouvelée,
Où il y a la fatigue ou l’épuisement, je te souhaite
la compréhension, la patience et la force…
Où il y a la crainte, je te souhaite l’amour et le courage.

Procrastination ?

Déjà, rien que d’écrire le mot et j’en ai presque mal à la tête…

Pourtant, la dernière journée mondiale de la manie de remettre toute action (ou décision) au lendemain était le 25 mars, et, alors que cela fait des années que je dis que je vais faire mon levain-maison pour pallier à l’absence de levure fraîche de boulanger au (pas super) market local (je ne vais quand même pas aller en mendier chez le boulanger, sous-entendu je n’achèterai plus du pain parce que je vais le faire moi-même), le 14 mars j’avais pesé de l’eau et de la farine de seigle pour me lancer dans l’aventure après avoir étudié des tonnes de documentation et visionné bon nombre de vidéos !

Onze jours plus tard, soit le 25 mars je cuisais mon premier pain au levain tout bio dans mon four ménager et j’ai eu beaucoup de mal à le laisser refroidir sur sa grille, avant d’en couper une tranche 😉

Comme quoi, dans une vie, tout est possible ! Certes, il serait mieux sorti s’il avait été cuit dans un four professionnel à la sole en pierre, doté de la fonction « vapeur » et montant en température jusqu’à 250°C, mais pour mon premier au levain, je l’ai célébré et savouré comme il se doit, avec une fine couche de beurre (euh, pas maison, le beurre, mais c’est très facile à faire) et j’ai même ouvert un pot de confiture d’abricot de juillet 2020 !

Et comme il touche à sa fin, j’ai ressorti le bocal du réfrigérateur pour nourrir mon levain-chef et préparer le pain suivant 😉

Ce qu’il y a de bien, c’est que la quantité de levain obtenue est exponentielle et que l’on se retrouve avec un surplus de matière vivante à utiliser, dont les « so british » crumpets pour lesquels je vous propose la recette originale de Culinary Exploration (merci à lui)…

… toutefois, comme je n’ai pas les cercles pour leur donner de la hauteur, je les ai faits en pancakes à l’américaine (et parfumés à la livèche confite) pour mon petit déjeuner et prévois de transformer les suivants en pizzas expérimentales 😉

Prenez soin de vous, pour le plaisir, une image des iris et pivoines d’un jardin secret dont je ne peux voir que la bordure sur la rue, et seulement d’en bas… ♥

Sans les patins, SVP !

Alors que le retour à un accès à la culture me semble bien compromis, surtout après les dernières manifestations passablement désordonnées (celle de St-Céré entre autres, avec peu de gestes barrière et des masques sous le nez) et la récente bavure de Mme Bachelot qui fut, avant d’être en charge de la Culture, ministre de la Santé et des Sports entre 2007 et 2010, bévue d’autant plus incompréhensible qu’elle est titulaire d’un diplôme de pharmacien (elle a beaucoup de chance que Michel Sardou le prenne avec philosophie), on me signale un site officiel polonais NINATEKA qui organise cette semaine son deuxième festival du film français avec 9 titres (accès gratuit et films sous-titrés en polonais) mais s’ils ne sont pas visibles en France, on peut toujours y découvrir quelques pépites dans les films d’animation dont la compréhension reste possible si l’on ne parle pas la langue…

Exemple, les 3 aventures du => chaton Philémon, pour les enfants certes, mais pas que, puisque les décors reconstituent fidèlement l’habitat traditionnel pratiquement disparu.

Par contre, ils n’ont pas à leur catalogue le film d’action qui vous permet de visiter, et sans les patins obligatoires, le château à la Dame blanche (qui descend la nuit de son portrait pour hanter la bâtisse) de Kórnik, j’ai nommé „Gdzie jest trzeci król?” (Où est le troisième roi ?) dont j’ai déjà sûrement mis le lien YouTube il y a quelques temps années 😉

Pour qui serait tenté par la visite (j’y suis allée en 2006 -patins obligatoires sur les parquets- et j’avais été fascinée par une Bible retranscrite en 12 langues dont le français sur 2 pages à chaque fois, mais photographie interdite), ne vous en privez surtout pas, l’intrigue est facile à suivre !

Le Syndicat, une bande de criminels internationaux menée par Gruber essaye de voler une toile de valeur (le portrait d’un souverain médiéval) à l’intérieur du mystérieux musée de Bory (château de Kórnik), le commissaire Didot d’Interpol et la milice polonaise les pourchassent. Afin d’éviter le vol, deux agents du siège principal de la police, le capitaine Stefan Berent et le lieutenant Katarzyna Rogalska, sont envoyés au musée incognito, leur tâche est de remplacer l’original par une copie. Mais un échange a été déjà fait et ils se retrouvent face au cadavre du conservateur du musée, Janas, tué par un carreau d’arbalète…

Ont joué dans => le film :

Andrzej Łapicki : Capitaine Stefan Berent, Alicja Wyszyńska : lieutenant Katarzyna Rogalska, Adam Pawlikowski : Commissaire Didot d’Interpol
Tadeusz Kondrat : Władysław Janas, conservateur du musée, Ryszard Pietruski : Karol Wilczkiewicz, adjoint de Janas, Maria Wachowiak : Wanda Szczęśniak, secrétaire de Janas
Wieńczysław Gliński : professeur Gawroński, historien, Franciszek Pieczka : Marczak, conservateur de peintures
Kalina Jędrusik : Małgorzata Sadecka, restauratrice de peintures, Wojciech Pokora : Zientara, restaurateur de peintures, Zbigniew Józefowicz : capitaine Półtorak, associé de Berent, Leon Pietraszkiewicz : Colonel Wala, chef de Berent, Zbigniew Płoszaj : policier

La première mondiale a eu lieu à Kórnik le 19 janvier 1967, soit un jour avant les cinémas de Varsovie suite à une intervention du ministère de la Culture à la demande de la directrice (de l’époque) du cinéma de la ville, Wanda Mikołajczak.

Soyez prudents ! ♥

Timide printemps

Pour la date, nous y sommes, mais pour les températures ce n’est pas encore cela, sauf si vous êtes au soleil à l’abri du vent…

Vouloir jardiner avec un chat n’est pas une sinécure, surtout si ceux du voisinage viennent lui rendre visite…

Bon dimanche à vous ! ♥

Éducation : l’envers du décor

C’est celui du rappeur girondin A’Rieka…

… qui est aussi professeur de mathématiques au collège de Blanquefort 😉

Pour qui enfant rêvait d’être institutrice, peut-être que le vent contraire n’était pas une si mauvaise chose, dans le privé, le retour de bâton de la direction en cas d’incartade était certes direct, mais j’ai toujours eu la possibilité (et ne m’en suis pas privée) de partir quand ça ne me convenait plus 😉

Pour le plaisir, son bilan du confinement…

Prenez soin de vous, ce n’est pas fini ! ♥

Une pinte virtuelle ?

Cette situation (lue => ici) ne doit pas vraiment réjouir nos amis Irlandais, mais je me contenterai volontiers de La Pisse de Bouc, une triple ambrée artisanale du Quercy en ma possession (si je la réfrigère un peu) à défaut de la Guinness de rigueur au zinc du bar local, en écoutant The Irish Rover, une chanson de marins traditionnelle (j’adore le genre) dans une version qui ne me rajeunit pas, The Pogues (1982-1996 avec l’incontrôlable Shane McGowan) & The Dubliners (respect pour ce groupe formé en 1962, toujours en activité, qui nous offre pour égayer ce jour une vidéo de plus d’une heure de musique, merci à eux !) 😉

Bonne St Patrick à vous, confinés ou sous couvre-feu ! ♥

Astra…

… ou quand la mayonnaise de la campagne de vaccination ne prend pas !

Lire le pourquoi du comment dans => l’article du journal.

Ceci-dit, n’en déplaise à tout ce que l’on entend, à droite ou à gauche, si l’on essaie de vouloir s’informer un minimum, la situation reste on ne peut plus confuse, les plus chanceux (ou pistonnés, il ne faut pas rêver) se font vacciner avec du Pfizer (le beurre des nantis ?), laissant l’Astra (la margarine chère à Napoléon III, voir la petite histoire => ici) aux moins bien lotis !

Mais pour une Lotoise lambda, après une visite sur le site de la mairie de ma commune, les choses sont très simples au niveau départemental : je n’ai pas plus de 75 ans et je ne suis pas personnel soignant de plus de 50 ans, et donc ce sera très loin des voeux pieux dont on nous rabâche les oreilles : Circulez, il n’y a rien à voir (et n’oubliez pas votre autorisation de sortie pour aller faire pisser le chien après 18h !), et on ne parle que de la vaccination anti-Covid, pas du désert médical que sont nos campagnes au quotidien !

Mise à jour du 23 mars :

Pirouette, cacahuète… nous sommes => bons pour l’Astra si nous avons plus de 55 ans, mais curieusement un étudiant de 28 ans, fin de cursus de médecine, a été retrouvé mort chez lui, c’est absolument sans rapport mais il avait mangé de la margarine et les plus à risque seraient les femmes et les moins de 50 ans, méfiance donc si vous êtes une femme de plus de 55 ans 😉

Les précisions du 3 avril :

Reconnaître => les 7 symptômes en cas de problème.

Mise à jour du 6 avril :

Le lien entre le vaccin et les thromboses est reconnu par l’AEM (Agence Européenne du Médicament)… on va bien voir si les ARS (Agences Régionales de Santé) et notre gouvernement feront machine arrière 😦

Une expérience à suivre…

Avec le roi des fainéants au jardin, j’ai nommé Didier Helmestetter qui ne travaille pas sa terre et plante des légumes directement dans du foin, un autre jardinier permaculteur a, pour d’autres raisons, toutes mes faveurs jardinesques, c’est Damien Decarz dont j’ai sûrement déjà parlé, ici ou dans l’onglet jardin.

Lui, n’est pas en Alsace, il a quitté une première expérience avec la Graine indocile au jardin du Grand Jas, à Bras, dans le midi pour la Corrèze et, si j’en crois la date de la vidéo il y ferait pousser de la vigne… avec une production que, alors que je vis au milieu du vignoble de Cahors, mon unique cep, en place depuis au moins 5 ans, est loin d’égaler, j’ai dû rater quelque chose ! 😉

Je vais étudier la question avec beaucoup d’attention, de façon à corriger mes erreurs ! 😉

8 mars, c’est presque le printemps

Près de 3 semaines sans me connecter à WP !!! MdR ! J’ai dû trouver l’hiver long et accuser le coup, mais je ne suis pas malade même si l’actualité n’est pas des plus réconfortante, et je n’ai pas fait de pause informatique, simplement pas envie de réfléchir à autre chose qu’à mon quotidien non virtuel…

Pour la Journée de la Femme, voici quelques images printanières…

Belle journée à vous Mesdames (et Messieurs aussi), n’oubliez pas de prendre soin de vous et de vos proches ! ♥