Faune et flore

Quelques clichés de peu d’importance, les bestioles ont d’autres urgences à satisfaire que poser pour moi et je n’ai pas la patience du chasseur d’images qui attendra des heures le meilleur profil de l’insecte… 😉

Pas de Covid chez les pucerons cette année et pas encore de coccinelles !!!

En orbite…

Il devait partir hier, mais, météo par essence capricieuse oblige, il est bien parti ce matin (Live du lancement de la #MissionAlpha), enfin si Thomas Pesquet n’a pas oublié de le mettre dans sa valise avec sa provision de flocons d’avoine 😉

Euh, mais non, pas son cheval… mais un organisme vivant très curieux appelé Physarum polycephalum (un myxomycète) et surnommé affectueusement par tous les scientifiques Blob (mais non, pas Bob l’éponge !), le BLOB !

2000 classes (primaire, collège et lycée), sont invitées à participer à une expérience éducative originale proposée par le CNES, en partenariat avec le CNRS et avec le soutien de l’académie de Toulouse (à lire => ici pour plus de renseignements), les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 21 mai 2021.

Sachez que vous pouvez avoir la même vue (partielle, il ne faut pas exagérer) de la Terre que les occupants de l’ISS en suivant le live de la NASA ou de leurs homologues russes qui nous dispensent d’ouvrir la page de l’ISS Tracker pour savoir où elle se trouve, et pour tous ceux qui sont sur le plancher des vaches et lèvent parfois la tête pour regarder les étoiles, il est parfois possible de la voir traverser son ciel… en France, rendez-vous la semaine prochaine (pour les horaires voir ici => http://torep.fr/ISS/passages/passages.htm) ! 😉

Belles observations à vous et n’oubliez pas de rester prudents ! ♥

Voyage culinaire : la soupe de Noël

Samedi dernier, j’ai ramené à la bibliothèque les 3 livres empruntés, parmi lesquels un livre du prix Nobel de littérature 2018, Olga Nawoja Tokarczuk (découverte en 2018 avec Les livres de Jakób), intitulé Sur les ossements des morts (Prowadź swój pług przez kości umarłych) une énigme criminelle et moralisatrice dont j’avais déjà vu le film de 2017 Pokot (Spoor) signé Agnieszka Holland, ce qui fait que la seule surprise à la lecture fut, pour moi, en haut de la page 270, la recette de la => soupe à la moutarde 😉

C’est là qu’a commencé mon voyage culinaire, puisque d’une recette à l’autre, je suis arrivée à cette soupe de Noël belge wallonne (de Theux, province de Liège) dont voici la copie d’écran des ingrédients nécessaires…

… et dont le mode opératoire, issu du magazine télévisé de 1982 Vieilles casseroles et bonnes recettes a été mis en ligne, après numérisation, par la SONUMA => il est visible ici. Merci à eux !

Bientôt Noël…

2022… on parle de Michel Vivoux tout de même !

C’est en me demandant qui vient visiter mon blog à partir du billet que je lui avais consacré en son temps, que j’ai fait une recherche pour savoir comment il vivait la drôle d’époque actuelle, la réponse est là :

Adieu veau, vache, cochon, couvée… les rêves écroulés de Pérette et son pot au lait, ne doivent pas céder la place aux animaux malades de la peste… si tant est que l’on puisse espérer revivre un jour ceci :

Prenez-soin de vous ! ♥

C’est nouveau !!!

Il s’agit d’une farine de blé T80 bio, originaire du Gers, sans un grain de blé, mais… à la mangue, à la pomme et à la poire !!!

N’allez pas croire que la farine c’est ce qui occupe mes journées de confinement, c’est juste l’ingrédient principal de mes expériences de panification au levain-maison, mais il se trouve que j’ai juste voulu voir si le directeur de mon pas supermarket local (où il ne vient jamais) vendait de la farine de Pologne dans le magasin du village d’à côté, où il serait présent plus souvent, et comme j’ai trouvé cette perle, je n’ai pas pu résister 😉

Pour la petite histoire ce Monsieur était propriétaire d’une supérette de la même enseigne à 25km de chez moi, et il a racheté le magasin du village d’à côté qu’il convoitait depuis longtemps, mais dans le deal, le rachat du devenu pas supermarket local était obligatoire puisque le vendeur (un couple et chacun gérait son affaire) possédait les 2 adresses et habitait à mi-chemin entre ses 2 lieux de travail (or l’acheteur ne voulait pas de l’annexe et on le constate tous les jours)… la question c’est : en combien de temps il arrivera à le faire couler pour pouvoir le fermer ?

Récoltes printanières

Un petit tour dans la nature, dans un rayon de 10km maximum autour de chez vous, bien sûr, pour occuper notre énième confinement vraisemblablement à rallonge…

… enfin, tant que le loup coronavirus n’y est pas 😉

Je viens d’identifier, dans mon jardinet de ville, un pied de cerfeuil des bois, arrivé par pur hasard, ainsi qu’un pied de bardane, et donc un grand merci au cueilleur avisé Christophe de Hody qui met en ligne sa science botanique 😉

Pour qui a déjà lu quelques critiques contre le pas supermarket du village qui s’est inscrit comme « producteur régional » sur le site initié par Mme Delga Tous Occitariens (je consomme solidaire), il m’a fallu attendre 1/2h, hier, et déranger 2 personnes pour y récupérer un colis lâchement abandonné par un transporteur peu scrupuleux (qui a manuscritement noté « Avisé » sur le colis alors qu’il n’a jamais téléphoné pour me prévenir et que le mail m’annonçant le départ du colis le 12 avril comportait un lien de suivi qui lui me disait « Colis livré » le 8…), et donc, à devoir sortir, j’en ai profité pour craquer sur un paquet de farine on ne peut plus local et à peine (depuis un mois) périmé !!!

Et comme c’est prévisible, le propriétaire du magasin… n’est pas là quand on appelle pour le lui signaler ! Serait-il présent s’il me prenait l’envie d’aviser directement les services compétents, ticket de caisse en main pour preuve ?

Ceci dit, je n’ai acheté ce paquet de farine que parce qu’au fond de ma campagne un paquet de farine polonais c’est rare, périmé d’un mois ce n’est pas mortel (pas plus que la Covid !) à moins de manger de la brioche crue, j’ai d’ailleurs aussi des fonds de paquets de farines de meuniers périmées depuis plus longtemps dans mes bocaux 😉

Fort heureusement, pour compenser, j’ai vu du lilas en fleur et un magnifique arbre de Judée…

Covid-19

Alors que nous sommes toujours sous couvre-feu et de nouveau confinés pour tout le mois d’avril, que font nos politiques régionaux en goguette ? Si j’en crois l’image du journal d’aujourd’hui, ils semblent bien prendre du bon temps, aucun n’est masqué et pour la distanciation sociale (ou simplement le respect des gestes barrières) on repassera, ils ne font guère mieux que ceux qui fréquentent les restaurants de luxe clandestins parisiens… nous prendraient-ils pour (des c…) de parfaits ignares, capables de gober leurs mesures tape-à-l’œil, les opérations coups-de-poing inutiles et coûteuses, et nous serions, de plus, dotés d’une mémoire de poisson rouge ?

Merci à eux de nous rappeler les prochaines échéances électorales !

Par curiosité, je viens d’aller sur le site Tous Occitariens lancé à grand renfort de publicité au printemps, l’an dernier, où nous devions trouver des producteurs locaux qui livraient gratuitement leurs produits frais à domicile… et bien, sur mon secteur j’ai tous les vignerons et même, c’est la grande nouveauté… le pas supermarket local, qui fait du drive mais absolument pas de livraison, et nous vend en libre-service, outre des truffes de Chine pour les fêtes, du melon des Charentes alors qu’il y a d’excellents producteurs dans le Quercy, du chorizo breton ou, quand il est au très sélect rayon traiteur, en provenance du Nord !!! Et dire que je pensais cette charcuterie espagnole !

La fin d’une époque

Mille questions se posent ou vont se poser… et pas que de quelle couleur sera le chapeau, ni si les expatriés seront présents pour la photo, rien hormis le décès du Prince Philip n’est encore annoncé à l’heure où j’écris ce billet, sur le site officiel.

Mais la question principale reste : que va faire la Reine Elizabeth sans Son Altesse Royale le duc d’Édimbourg, l’homme qui aura été son indéfectible soutien pendant plus de sept décennies ? On peut légitimement se demander si elle décidera qu’il est temps de passer la main, et à qui ?

Respect à une famille endeuillée et « Wait and See ! »

De la cuisine en plein air

Cela suppose un jardin d’Eden où il fait toujours beau, et bien sûr, des produits de qualité que l’on ne trouve pas au (pas) supermarket local et les bons outils… voici Georgy Kavkaz dans ses oeuvres, j’adore le bruitage du dindon et son chat crème aux yeux bleus 😉

Sa vidéo sur les viandes grillées où il enchaîne les préparations (je me suis arrêtée aux rognons) m’a laissée sur le c.. et c’est sans doute à cause d’elle que j’ai plié mon gigot de Pâques en moins d’une semaine !!!

Ailleurs, entre Mer Noire et Mer Caspienne, quand les femmes s’en mêlent, c’est le mouton entier qui est cuit en plein air après un déménagement de la cuisine…

… vous prendrez bien un petit thé safran-mélisse ?

Pardon pour les confinés en appartement de ville sans même un balconnet et pour tous les végétariens de passage, il faut que je retourne surveiller ma cuisson des blinis au levain rejeté 😉

Prenez soin de vous ! ♥