Alimentation industrielle

Un énorme titre choc dans La Dépêche de ce matin :

Certes, beaucoup de voix s’élèvent pour nous alerter sur le fait que le sucre est une drogue dure et un véritable poison… mais qu’il soit en plus cancérigène (ce serait, en fait, juste l’additif du sucre spécial pour confitures et gelées), alors là, c’est carton plein !

Mais c’est limiter à un mono-produit les risques réels encourus en faisant ses courses au supermarché, où, d’une manière générale, tout ce qui est produit sur les chaînes industrielles de l’agroalimentaire est susceptible, un jour ou l’autre, d’être nocif pour l’acheteur.

Un petit tour sur le site officiel => Rappel consommateur, et vous serez édifiés par la variété des motifs des retraits de multiples produits !

Méfiance donc, aussi pour les circuits courts que l’on essaie de privilégier pour contrer les dangereuses dérives de la grande distribution, car s’il faut bien manger pour vivre, il peut arriver n’importe quel incident (sans aller jusqu’à l’accident) dans le processus de fabrication de la bonne idée commercialisée, et ce, même en vrai bio (on ne parle pas, bien sûr, du « bio » suspect de la grande surface traditionnelle) !

Mise à jour de 24 juin :

Aujourd’hui retrait de fromages Rocamadour, AOP typique du département (pour une contamination à la bactérie Escherichia coli) dont les enseignes utilisent la production d’une laiterie au nom local mais industrielle (que les Lotois évitent généralement en lisant l’étiquette) qui ne produit que pour eux, vendus par 3 dans une barquette en bois filmée à la machine, en voulant nous faire croire qu’il s’agit de fromages artisanaux (cible visée, les touristes qui ne fréquentent pas les marchés), les méchantes langues pensent tout de suite à l’épandage sur la zone de production des lisiers résiduels de nos méthaniseurs neufs et déjà défaillants et j’ajouterai aussi quelques modifications à la baisse du cahier des charges comme l’autorisation d’utiliser du fourrage non produit sur la zone AOP, peut-être ?

Les commentaires de l’article de La Dépêche volent très bas mais disent bien que notre société de consommation est vraiment malade !

2 réflexions sur “Alimentation industrielle

  1. sucre chez moi , ouste ! depuis quelques années je n’apprécie plus le trop sucré « cela me caille sur le jabot » cette sensation d’avoir le bec liquoreux , vite je me rincer la glotte avec de l’eau du robinet qui a la particularité d’être bonne à la consommation d’après dire du syndicat des eaux local c’est toujours mieux toujours dit par les savants que un peu de pesticides , et autres saletés dans l’eau courante est meilleur que de laisser des tonnes de bidons plastiques dont certains recyclés , j’en revient à mon susucre ,j’ai retrouvé une boîte d’il y a vingt ans dans l’armoire .Les escherichia coli le corps humain en a naturellement .Avec mes soucis rénaux c’est un danger pour moi je dois boire beaucoup pour éviter que ces bestioles me mettent à l’hosto

    Aimé par 1 personne

    1. En pâtisserie doses régulièrement divisées par 2, là où je l’utilise le plus, c’est dans les boissons fermentées (kéfir et kombucha), je ne sucre plus mon café depuis près de 40 ans (sauf le café turc, un tous les 2 ou 3 ans) et d’ailleurs ne bois presque plus de café depuis que je fais partie des inutiles ! 😉

      J'aime

Les commentaires sont fermés.