Bonne ou moins bonne nouvelle ?

Elle est parue dans La Dépêche ce matin :

Dit « l’Olympia » du Lot, aussi thé dansant et galerie d’art du temps des Delbos, le vertueux Casino (il n’a jamais obtenu sa licence pour les jeux d’argent) a vécu… il serait temps de passer à autre chose plutôt que d’avoir une bâtisse aux portes closes, mais… bar à tapas ?

L’évocation des heures de gloire du lieu par le maître de céans sur => France Musique le 5 janvier 2013.

La dernière fois où je l’ai vu, c’était en 2018, en flânant dans la ville après un pique-nique dans un jardin public au bord de la Bave, en attendant l’heure d’ouverture de l’exposition temporaire Dom Robert, un semeur de joie, aux Tours de Saint-Laurent qui dominent Saint-Céré.

Exposition (que j’avais présentée => ici) qui m’avait aussi permis de découvrir (cerise sur le gâteau) les sculptures de Rossane Timotheef, la seconde Madame Lurçat (la première fut Marthe Hennebert), totalement ignorées (les sculptures) par la dernière épouse Simone Selves qui les avait consignées dans une tour fermée au public, de revoir l’atelier-musée et ses changements entre l’ouverture au public de vivant de Mme Simone Lurçat et son devenir après son décès en 2009 (et la donation qui en avait été faite au Conseil général du Lot).

L’avenir nous le dira, bonne semaine à vous ! 😉

Publicité

7 réflexions sur “Bonne ou moins bonne nouvelle ?

    1. Haut-lieu de la Résistance, Jean Lurçat, réfugié dans le Lot depuis 1941 et militant engagé, l’a croisé lors de ses pérégrinations et a décrété que ce château (une ruine) lui appartiendrait un jour. Acquis en 6 mois, il n’a eu de cesse, après la guerre, de faire fructifier son bien devenu son outil de travail (les murs lui servaient de support pour les cartons de ses tapisseries tissées). Il a bénéficié des conseils avisés de Jean Cassagnade (syndicaliste paysan devenu un ami indéfectible) qui a fait construire le Casino auquel Pierre Delbos (son neveu) et Andrée son épouse ont consacré leur vie.
      Après 1966, année du décès de Lurçat, Simone sa veuve, en gestionnaire avisée et bien conseillée, a cédé au bon moment les Tours au département qui s’est engagé à respecter l’oeuvre de Lurçat… d’où le bon entretien des lieux et l’Atelier-Musée ! 😉

      Aimé par 1 personne

    1. Il me semblait que depuis le décès de Mr. Delbos, il y avait déjà eu une tentative d’en faire quelque chose ?
      Je l’avais rencontré en 2004 ou 2005 et avais visité avec un grand plaisir la galerie, je n’ai par contre jamais vu la salle de bal ni un quelconque spectacle… question de génération ! 😉

      J’aime

    1. J’ai revu avec plaisir les photos de ce billet, Lurçat, soit on aime, soit on déteste et je suis une inconditionnelle ! 😉
      Lors de ma dernière visite le flash était interdit et il y avait trop de monde pour faire des photos posées…
      J’ai une série de cartes postales avec les coqs (le coq sur fond bleu n’était plus exposé), par contre il y avait 2 lévriers dans une cheminée et j’en connais un autre dans la collection de tapisseries privée qui réchauffe l’habitat troglodyte en Val de Loire d’une riche américaine…

      Nous n’avons pas non plus visité sa dernière demeure… pourtant presque visible du haut de la tour !

      J’aime

Les commentaires sont fermés.