Dead flowers

Il fut une époque où les amateurs de rock se partageaient entre fans des Beatles qui n’aimaient pas les Rolling Stones et ceux qui ne juraient que par les pierres qui roulent parce qu’ils n’aimaient pas les franges trop sages des beat-scarabées, j’ai toujours fait partie des fans du second groupe par pur esprit de contradiction, tout en aimant bien (aussi) les mélodies du premier 😉

Alors, c’est avec un grand plaisir et beaucoup de nostalgie que j’ai vu la rediffusion du seul spectacle où le groupe avait joué tous les titres de l’album Sticky Fingers (pour fêter sa réédition en 2015) en concert-hommage à Charlie Watts décédé le 24 août dernier et aussi à l’occasion du cinquantenaire du premier disque sorti (en avril 1971) par le label tout neuf Rolling Stone Record (j’avais acheté ce vinyle, cela ne me rajeunit pas).

L’énigmatique bassiste historique Bill Wyman avait déjà quitté le groupe (fin 1992, remplacé avec statut d’accompagnateur par Darryl Jones), pour réaliser quelques projets musicaux plus personnels et tenir le très branché restaurant londonien Sticky Fingers qui vient de fermer suite à la crise sanitaire.

Des méchantes langues disent de Charlie Watts, le plus sage des R. Stones, qu’il fut le plus mauvais des grands batteurs… j’en suis étonnée, j’ai toujours cru que ce titre revenait à Sir Richard Starkey (Ringo Starr) 😉

Extrait du concert, comme je préfère la version album de la chanson Dead flowers à celle du live, ma proposition sera donc I got the Blues qui conviendra parfaitement…

Pour qui est intéressé par ce concert du 20 mai 2015 sur la scène du Fonda Theatre de Los Angeles, dans son intégralité, il est disponible => ici sur YouTube, jusqu’au 1er octobre 2021.