Au coin du feu

Qui n’a, à ce jour, et à moins d’être sourd, encore jamais entendu parler du réchauffement de la planète ?

Curieusement l’été qui s’achève aura été plus froid que ce à quoi on se serait attendu, et… il va bientôt falloir penser à chauffer nos habitations, d’ailleurs, et c’est un signe, le chat commence à regarder en direction du poêle devant lequel il adore s’étaler l’hiver pour se toiletter après son repas. 😉

Partie regarder l’Agora Garden hélicoïdal de Taipei (Taïwan) conçu par le très inspiré architecte Vincent Callebaut, j’ai profité de mon passage sur Build Green pour rêver un peu et visiter une maison dans les bois, habitat autonome de type Earthship au Québec (le premier du style) puis terminer ma promenade chez Peter (il me rappelle un certain plombier et ses bras me rendraient parfois service), qui nous montre comment se chauffer au bois, la publicité, totalement involontaire, est gratuite ! 😉

Bel automne à vous toutes et tous ! 😉

(Arge pagana, stade fausse « chenille » de la « mouche » à scie du rosier ou tenthrède)

Retour sur expérience

En mai dernier, je vous faisais part d’un mouvement de solidarité en République tchèque autour d’une tentative humaine de sauvetage au nid de cigogneaux, orphelins de mère, voici le bilan de l’expérience grandement médiatisée et les dernières nouvelles.

Sur les 4 oisillons présents, 3 ont survécu (le plus malingre tombe souvent du nid) et grandi aidés par des bénévoles qui ont secondé le mâle solitaire, ils volaient en juillet et l’un d’eux, appelé Boniface, s’est malheureusement électrocuté le 29 juillet.

Les 2 jeunes restants sont partis en migration le 8 août, en groupe avec d’autres de l’année, le père a suivi le 21 août, laissant sa compagne de remplacement, partie, elle à son tour, le 29. Souhaitons que tous arrivent à bon port sur leur lieu d’hivernage au soleil ! 😉

Le lien vers les webcams (pour l’année prochaine) des couples de cigognes qui nichent en Tchéquie => Čapí hnízdo v Bohuslavicích

Alexandre & Aristote

Un roi de Macédoine et un philosophe de l’Antiquité qui se sont fréquentés en leur temps, puisque le second fut le précepteur du premier, tel est le nom d’un nouveau site associatif (apolitique et à but non lucratif) destiné à nous donner, grâce au bon algorithme, d’excellents conseils de lecture sur mesure, pourquoi pas ?

Mais, dès la première page, j’ai fui en courant, car, pour bénéficier des conseils avisés de la très brillante Mme S. K. (proche conseillère de Mr E. Z., celui qui milite pour des prénoms bien français, à moins d’adopter mon pseudonyme je devrais en changer), associée dans l’aventure à Alexandre Galien, jeune fonctionnaire de police en disponibilité pour écrire et publier ses polars, il faut déjà donner une adresse-mail, et là, la paranoïaque qui sommeille en moi s’est immédiatement demandé dans quel fichier elle allait se retrouver (ainsi que le but final de la collecte d’adresses) et a aussitôt tourné les talons, se disant qu’elle continuerait à se fier (malgré l’excellente raison invoquée : recevoir les dernières actualités et des conseils de lecture), en matière de littérature, à son instinct ou à ses envies.

L’expérience vous tenterait-elle ? Le site affiche les vidéos des conseils de lecture d’Eric Naulleau, Aurélien Taché, de Gaspard Gantzer, Bertrand Périer et Hubert Védrine, et je serais très curieuse de connaître votre ressenti sur le principe ! 😉

Shocking!

Oui, je sais… vous allez d’abord vous demander si vous êtes bien chez moi, et ensuite quelle mouche m’a piquée ?

La réponse à la première question est bien oui ! Pour la seconde c’est obsolescence programmée dans la blogosphère ! 😉

Et sachez que j’ai, moi-même, du mal à m’y retrouver, mais… le thème Misty-look que j’utilisais depuis toujours, en changeant parfois l’image d’arrière-plan était par trop obsolète pour les incessantes modifications orchestrées par WP destinées à rentabiliser la plateforme. La dernière en date, début septembre, a été fatale à ma colonne de droite (les widgets) suite à mon soudain besoin de dépoussiérer mes liens préférés. Elle n’est pas encore totalement rétablie, le bloc Meta bugue toujours (j’ai lancé un SOS que je vais sûrement devoir poster aussi dans le forum anglophone) et ne peut pas être installé, mais j’ai encore bon espoir d’arriver à trouver une solution. Championne du provisoire qui dure, la solution d’un thème plus récent encore soutenu par la plateforme s’est imposée pour pouvoir reconstruire une page qui se tienne à défaut d’être celle qui était ma deuxième maison !

Blogueuse du dimanche, sans aucune envie de dérives commerciales, j’ai, bien sûr, opté pour un nouveau thème hors de ceux recommandés, car j’aimais bien (Howard Phillips) Lovecraft en son temps, et parce que les solutions payantes pour avoir du sur-mesure ne sont pas ma tasse de thé. Alors, ces si jolies marguerites (à moins que ce ne soit de la camomille) en remplacement de ma vue sur la vallée du Lot, sont définitivement ce que j’ai trouvé de moins pire dans les propositions d’arrière-plan (trop sombres pour mes yeux) pour échapper au tout blanc, il ne me reste plus qu’à retrouver la photographie originale de l’en-tête pour améliorer (un peu ?) la résolution de l’image ! Le blog Meta y bugue aussi (je l’ai signalé mais rien, sûrement, ne sera fait pour y remédier), mais j’ai trouvé un bloc « Connexion/déconnexion » qui fonctionne et j’ai pu installer les widgets que j’aimais bien, alors c’est Byzance dans ce nouveau look ! 😉

N’hésitez pas à critiquer si cela doit vous soulager ! ♥ 😉

L’effet papillon…

C’était en 2012, j’avais eu l’idée saugrenue de vouloir cultiver du chou-brocoli dans mon micro-jardin en me disant que pendant que j’allais travailler, les piérides de passage ignoreraient mes plantations : après tout, les surfaces cultivées dans le village sont rares alors à quoi bon y voleter quand on a tout ce qui convient dans la plaine ?

Que nenni, la preuve par l’image d’une ponte !

J’étais bien présente à cet instant, mais je n’ai pas vu toutes les dames-papillon du coin (et des environs) à l’œuvre, puis ce fut l’invasion de chenilles, plutôt dévastatrice, dont certaines furent parasitées (ce n’était pas beau à voir) tandis que d’autres ont réussi à perpétuer l’espèce (qui n’est, à moins d’une catastrophe naturelle, absolument pas en danger immédiat d’extinction), je n’ai pas mangé un seul brocoli du jardin en entier et n’ai plus jamais planté un chou depuis (sauf une bouture de chou kale l’an dernier, qui a vécu sans avoir été repéré), l’expérience m’ayant servi de leçon…

J’ai cessé de surveiller les piérides de passage, me croyant naïvement à l’abri, mais quelle ne fut pas ma surprise de découvrir hier matin cet adorable spectacle qui conforte le dicton : « faute de grives, on mange des merles », ce qui se traduit en langage-papillon : « à défaut de chou, de la capucine ce n’est pas trop mal non plus » !

Velues et tachetées, ce sont des chenilles de piéride du chou et de la capucine (papillon diurne), la chenille verte sans poils, une arpenteuse et futur papillon nocturne, a dû se sentir en minorité. Quand le soleil a pointé entre les nuages et après dissipation des brumes matinales de la vallée, tout ce beau monde a disparu sous les feuilles !

Pour l’an prochain, mes jolies capucines (bien vigoureuses grâce à un été passablement arrosé) n’ayant jamais attiré aucun des pucerons du jardin… qui, eux, préfèrent mes haricots, seront certainement limitées à un unique pied, juste pour mes besoins culinaires en fleurs et feuilles 😉

SO₂ en approche…

Chouette ! En crachant mes poumons grâce à l’arrivée annoncée de dioxyde de soufre (dont on connaît bien l’odeur en région viticole) en provenance des Canaries, je vais peut-être virer, par la même occasion, quelques virus non identifiés ?

Vous ai-je déjà dit qu’enfant j’avais très peur, à en faire des cauchemars, qu’un volcan ne pousse comme un champignon dans le jardin ? Il est étonnant qu’ils arrivent encore à me fasciner ! Voici une vidéo de l’Instituto Geológico y Minero de España, rien qu’à la regarder j’ai la gorge qui gratte !

Pardon, si je n’ai pas encore parlé du réveil du Cumbre Vieja, ni compati à la détresse de celles et ceux qui sont aux premières loges, mais ici, c’est encore la saison des récoltes diverses à conserver pour l’hiver, chacun a ses propres urgences à gérer, il me faudra simplement penser à couper temporairement la VMC et fermer les fenêtres. Prenez soin de vous !

AZF, 20 ans après

Je n’habitais plus Toulouse depuis 1985, mais comme c’était la ville de mes 20 ans, je n’ai jamais oublié mes années d’apprentissages divers en ses murs ! 😉

Souvenir de mes escapades de fin de semaine en Ariège où j’avais un point de chute réconfortant au pied du Quié, le retour à la ville se faisait en bus, nuit tombée, et traversait, par la route d’Espagne, cette zone industrielle dont je ne savais presque rien sur ce que l’on y faisait, hormis les confidences de mon voisin de jardin, retraité à la santé chancelante de l’Onia-APC (pour Azote et Produits Chimiques), devenu par la suite AZF (Azote et Fertilisants), mais dont la tour en tôles ondulées et les fumées denses et diversement colorées de ses cheminées, bien éclairées (3×8 obligent) ne m’inspiraient aucune confiance. Combien de fois me suis-je dit, sur mon siège, derrière la vitre : le jour où cela va péter, ça va faire mal ?

Et voilà que 10 jours après le 11 septembre fatidique des Twin Towers au World Trade Center en Amérique, une violente explosion fait des victimes et d’énormes dégâts à Toulouse, confusion totale sur place et communications coupées, personne (décideurs ou population) n’avait pensé (mis à part quelques « illuminés » de mon espèce) que cela pourrait se produire un jour…

Quelques témoignages de ceux qui y étaient, ici => sur France Bleu Occitanie.

Présidentielles 2022

Régulièrement il m’arrive de déplorer l’absence de programme de la part des candidats à ces élections, celui-ci, premier titre que je lis dans la Dépêche du jour, me semble en être un, et de taille !

Oser se mettre à dos, alors que le but du jeu est de rassembler le maximum de votes, tous les dépendants aux 57,5 g de glucides et 30,9 g de matières grasses pour 13% de noisettes dans 100g de produit fini (à la très économique huile de palme), et s’attaquer en même temps à la famille Ferrero, serait une ambition politique suicidaire selon mon point de vue de provinciale et campagnarde (qui n’intéresse personne), à suivre !