DSCOVR pour Deep Space Climate Observatory

… ou la tête dans les nuages, à partir de l’acronyme plutôt barbare (à prononcer comme discover), pour désigner un satellite lancé en février 2015 qui nous offre en continu, la vue de la face éclairée de la Terre, explications :

… et en anglais :

De quoi nous donner le tournis, et je cela m’évoque la chanson de Madame Piaf qui n’aurait jamais pensé (ni même imaginé) qu’elle soit un peu détournée quelques soixante ans plus tard :

Tu me fais tourner la tête
Mon manège à moi c’est toi
Je suis toujours à la fête
Quand tu me tiens dans tes bras…

Aussi, pour retomber sur nos pieds, je préfère revenir aux vues de notre planète depuis la Station Spatiale Internationale dans un montage intelligent (d’images archivées de la NASA) par le graphiste irlandais Seán Doran, merci à lui ! 😉

Au cœur de la vie

Nos scientifiques ont beau se donner beaucoup de mal pour en percer tous les secrets, une chose est sûre, en grossissant les détails au maximum, il arrive toujours un moment où tout devient suffisamment flou pour préserver une ultime part du mystère ! 😉

Bonne fête aux citrouilles, et SVP, ne sonnez pas chez moi, il n’y aura pas de bonbons, mon triste sort et mon programme de bricolage seront parfaits ! 😉

Mission Alpha, le retour !

Le séjour dans l’espace de Thomas Pesquet, médiatique astronaute, commandant de l’ISS depuis le 4 octobre, touche à sa fin, et, après six mois de présence dans la station, il devrait être repêché, en fonction de la météo, début novembre au large de la Floride, après la passation de pouvoir au nouvel équipage.

En attendant, il poste ses dernières photographies de notre Terre vue du ciel, dont les plus belles sont aussi visibles en ligne sur le site de la Société Astronomique de France. Si vous voulez savoir où il se trouve au moment où vous lirez ce billet, le site européen ESA tient à jour une carte qui ne figurait pas encore sur ma liste de liens consacrés à la station spatiale.

Bon retour à lui (et à ses collègues) !

Krótki film o miłosci

Volet numéro 6 du Décalogue de Krzysztof Kieślowski (1941-1996), je viens de revoir une énième fois ce film réalisé en 1988, disponible sur Arte jusqu’au 14 février 2022 (en versions soit française, soit originale sous-titrée en français, soit allemande).

… et si j’avais été dans une salle de cinéma j’aurais applaudi la dernière scène dont j’ai enfin remarqué toute la poésie subtilement soulignée par la musique minimaliste de Zbigniew Preisner à qui l’on doit le sublime Requiem dla mojego przyjaciela.

Faut-il croire que j’aurais pu dormir du sommeil du juste lors des autres visionnages ? Mystère ! Cela m’arrivait aussi en salle, que j’y aille seule ou accompagnée ! 😉

Conservation du patrimoine

Sublime ruine sûrement à l’époque où Mr le Maire avait signé le document, j’avoue ne pas avoir compris comment on pouvait laisser cet assemblage de bric et de broc dans une ruelle assez bien entretenue…

… alors qu’un peu plus loin, un entrepreneur fait sa publicité sur une bâtisse plus classieuse 😉

Tout comme je n’ai pas d’explication sur cette modification de façade au goût d’inachevé dans un quartier plus récent ?

Si les restes de la première maison peuvent s’écrouler n’importe quand, au moins, la maison voisine n’y est pas à vendre, ce qui est loin d’être le cas dans mon village, où les affairistes procèdent de façon avouée (l’agent immobilier est connu et le risque d’effondrement signalé par la mairie) ou pas (vente entre particuliers) !

Le mur

Ce fut une bonne journée, que je souhaitais riche en belles images d’automne, mais, si nos nuits sont un peu fraîches, l’arrière-saison a été assez belle et la végétation se semblait pas très décidée à se parer des couleurs que j’attendais lors de ma sortie dans le nord du département.

C’est donc dans mon village, et une semaine plus tard, que la vigne-vierge sur un mur qui, de face ou de profil reste toujours aveugle, même avec son lampadaire, a illuminé ma journée et que j’ai découvert, pas très loin, mon 3ème pied de séné (voir La plante mystère et ses commentaires) dans un massif floral négligé, au bord de la départementale, comme quoi, tout finit par arriver, un jour ! 😉

Impensable, bien sûr, de pouvoir jouer les artistes et le peindre, pour se faire plaisir, en famille, sans se faire remarquer…

… aussi, voici quelques idées de lecture (je viens de les rendre à la bibliothèque), une activité presque sans risque, à pratiquer dans son fauteuil préféré, et, bientôt, au coin du feu ! 😉