Problème métaphysique

Vous ne le voyez pas, mais, à chaque fois que je passe sur mon blog, mon sang ne fait qu’un tour, mes naseaux narines frémissent et mon cerveau entre en ébullition, bref ! En deux mots : je fume et ce n’est pas du tout ce que j’attends de la tenue d’un blog ! Grrr… !

Pourquoi me direz-vous, simplement parce que j’y vois ceci…

… je vous fait grâce de la prose sous ce titre en anglais (ce n’est pas ma langue maternelle), signée WP, qui m’est imposée par la plateforme depuis que, suite à l’obsolescence de mon très sage et passablement classique thème précédent, plus supporté et incapable de s’adapter convenablement aux dernières modifications, j’ai dû me résoudre à en changer.

J’avais prévenu mes lecteurs réguliers dans les commentaires du billet Shocking!, mais je ne pensais pas alors que ce placard publicitaire serait omniprésent au point de me provoquer une allergie féroce, doublée d’un grave problème existentiel, au point que j’en suis à me demander quel est le but véritable de cette intrusion et comment je dois la gérer ?

De plus, qu’aurais-je à apprendre d’un algorithme qui synthétiserait les données recueillies par les cookies espions que je ne sache déjà (ou préfère surtout continuer à ignorer), puisque ce n’est pas parce que j’ai changé de thème que je suis totalement novice : j’ai commencé à bloguer en 2008 sur Dotclear, puis, quand ils ont plié boutique je suis revenue à mon Windows Live Space de Microsoft, dont je n’aimais pas l’interface, qui a envoyé ensuite, à sa fermeture, tous les blogueurs qui écrivaient chacun dans leur bulle Espace chez WordPress.

Officiellement, ce faux billet, c’est pour créer du trafic sur un blog dont j’aime assez qu’il soit presque confidentiel, mais, je suppose que, tout comme moi, vous en avez ras-le-bol de voir ce parasite, que vous n’avez pas envie d’aller voir plus loin, parce qu’à chaque fois ce fichu billet est toujours là, et donc, pas envie de revenir, soit… tout le contraire du pourquoi cette présence ? Une baisse de fréquentation induite par une publicité pour l’améliorer, avouez que c’est un paradoxe, et de taille !

La solution, c’est, bien sûr, de sortir ma carte bleue, ce qui est hors de question, alors quel autre choix (mis à part ressortir mes fuseaux de dentellière, reprendre ma plume et mes encres de couleur sur un journal intime-papier pour oublier internet) me reste-t’il ?

Passer le blog en privé, mais j’aurai toujours ce rappel que rien n’est gratuit dans ce vaste monde, ou alors, carrément appuyer avec une détermination farouche, sur le bouton rouge « Supprimer ce blog« , auquel cas, l’intrusion n’a pas pour but l’augmentation de trafic d’un blog qui n’a aucune prétention de devenir rentable, mais, et c’est ce que je pense de plus en plus fortement, la fin volontairement programmée par la plateforme des blogs gratuits qu’elle fut heureuse d’héberger le temps, bien sûr, de se faire connaître…