Le jour des dernières fois

Pourquoi toujours se gargariser avec nos premières fois, alors que parfois les dernières peuvent vous mettre en joie pour le reste de la journée ? Mes dernières de ce jour sont on ne peut plus simples et concernent mon assiette, que ceux qui sont à la diète changent de trottoir !

Il me restait des pommes de terre, les dernières de la petite récolte 2020, soigneusement choisies, conservées pour la semence (passablement ratatinées parce que je n’ai pas fait mon sillon en 2021) cuites hier soir avec leur peau, je les ai donc épluchées, taillées en cubes et jetées dans une grosse cuillère de graisse de canard pour qu’elles croustillent, j’y ai ajouté la dernière gousse d’ail des 2 tresses que j’ai mises en lactofermentation il y a quelques jours. Ensuite, j’ai battu des œufs dans un bol, je les ai salés, poivrés et pimentés avant d’y ajouter les dernières brèdes (grossièrement hachées) récupérées lors de la récolte et taille hivernale de ma patate chouchou, et j’ai versé le tout sur les pommes de terre dans la poêle. Après juste ce qu’il fallait de cuisson, ce fut un régal, modestement copieux et réconfortant !

S’il ne gèle pas tout de suite, j’aurai sûrement encore quelques repousses pour de futures omelettes, mais plus de violine de Borée (chut, j’ai gardé des graines), la pomme de terre bleue des hauts plateaux ardéchois, c’étaient mes dernières et cette variété est inconnue de mon côté du Massif Central ! 😉

Ensuite, je penserai à mettre en conserve les derniers haricots verts (qui ne deviendront jamais des grains, les températures nocturnes sont trop fraîches) en version cuisinée avec les dernières tomates… je ne sais pas pourquoi ces dernières fois sont si réjouissantes, peut-être parce qu’après la pluie le beau temps finit toujours par revenir ?