Fenêtres

Qu’elles soient ouvertes ou fermées, elles ont attiré mon regard lors de ma virée annuelle dans le nord du département 😉

Elles semblent avoir chacune leur histoire particulière, que ce soit celle d’aspect carcéral de l’hôtel particulier d’un général (Jean-Jacques, 1765-1851) et de son fils (Joaquim, 1804-1890), général lui aussi avant de devenir baron et écrivain, ou celle qui ne permet pas de s’accouder confortablement pour regarder passer le chaland dans la rue… quant à celle à l’avertissement, sise sur une place moyenâgeuse, si les chutes de bières ne semblent momentanément plus à redouter, par contre, attention à vous le jour où quelqu’un essaiera d’en ouvrir les volets, ils ont vécu !