Vendre sa fille…

Attention, le documentaire Sonita ou la valeur d’une vie, de Rokhsareh Ghaem Maghami, n’est disponible en replay sur Arte que jusqu’au 6 décembre.

Le rap n’est pas mon mode d’expression préféré, question de génération, mais je me dois de reconnaître que la pièce maîtresse du portrait de cette jeune fille (originaire d’Afghanistan qui veut devenir chanteuse en Iran où elle est réfugiée) en est ce clip poignant et fort bien réalisé 😉

Laisse-moi te dire quelque chose à l’oreille,
Que personne ne m’entende parler de la vente des filles,
Que personne n’entende, c’est contraire à la charia.
La femme doit se taire, c’est une tradition chez moi,
Mais moi, je crie pour rompre ce silence,
Je crie la profondeur de mes blessures,
Je crie un corps meurtri,
Un corps cassé sous vos transactions.
Je suis une enfant, je n’ai que quinze ans,
Mais les prétendants se succèdent à ma porte,
Vos coutumes m’écœurent.
Comment peut-on vendre une fille ?
Le problème du père est de nourrir sa famille,
Il va donner sa fille au plus offrant.
Si j’avais su que mes frais étaient comptés,
Mes bouchées de pain comptabilisées,
Je me serais retirée de la table,
Ou je me serais contentée de vos restes.
Nous sommes parquées dans notre maison,
Hors de la vue des gens, comme des moutons,
Et on entend sans cesse : il est temps de la vendre.
Je suis un humain, j’ai des yeux et des oreilles,
Avez-vous vu un mouton se plaindre de son sort,
Avez-vous vu un mouton pleurer ?
Je veux crier, je ne supporte plus le silence !
Enlevez vos mains, vous m’étranglez.
Vous ne me répondez pas,
Je me demande si je suis encore en vie,
Les mots me manquent, mon âme est pleine de doutes,
Un cadavre ressent-il encore les coups ?
Les filles doivent se taire, mais que faire pour prouver que j’existe ?
La fuite ou le suicide, c’est trop bête,
Mais que faire si on n’est pas protégée ?
Vous pouvez m’arracher les cheveux un à un,
Je résisterai pour que vous vous sentiez honteux.
Si le fait de me vendre vous rend heureux,
Alors je vais mentir : tout va bien !
Je fais bonne figure,
J’offre mon sourire contre votre souffrance, Il n’est stipulé nulle part dans le Coran
Que la femme doit être vendue.
Soyez heureux et laissez-moi en paix.
Je déteste le maquillage,
Aucun fard ne peut effacer les bleus sur un visage.
Même un mécréant ne ferait jamais ça.
C’est un supplice, je vous assure,
D’être dans les bras d’un homme qu’on ne connaît pas.

Traduction des paroles de Sonita Alizadeh en français : Kaveh Naddaf et Nathalie Girard pour Innervision

10 réflexions sur “Vendre sa fille…

    1. 500 dollars ? C’est bien peu ! J’en déduis que compte tenu de l’âge de ces fillettes et du sort qui leur sera réservé, « l’acquéreur » de chacune d’elles ne s’attend pas à un gros retour sur investissement… 😦

      J'aime

Envie d'en parler ? Utilisez votre clavier ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.