Bienvenue en Absurdistan

Alors que je viens d’achever la lecture du dernier livre de Delphine de Vigan, Les enfants sont rois, dont le thème met en lumière le sort peu glorieux que des parents, en quête de popularité, infligent (sans se soucier des conséquences, du moment que l’argent rentre dans leurs caisses) à leur progéniture (situation qui inquiète l’OPEN, observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique, si j’en crois la publication de France Inter, d’août 2018, intitulée Les enfants stars sur YouTube, une mine d’or trop peu encadrée, et qu’une proposition de loi pour donner un cadre juridique aux enfants « influenceurs » sur internet a été adoptée par l’Assemblée en octobre 2020), je dois retourner à la bibliothèque municipale, ne serait-ce que pour le rendre (avec Elle venait de Marioupol, de Natascha Wodin dont j’ai parlé => ici) et, à cette seule idée, la douleur et la rage impuissante ressenties lors de leur emprunt me reviennent subitement à la gorge.

Comme j’ai toujours le goût et l’odorat, ne me suis jamais sentie fiévreuse (je suis habituellement un animal à sang froid et donc ne survivrai pas à une petite pointe à 40°C si je suis déjà très mal en point à 37°5), les autres symptômes restant trop aléatoires et communs après une vie de labeur pour être caractéristiques, je fais de la résistance aux diktats des gestionnaires de la crise sanitaire concernant la (pseudo) vaccination non obligatoire mais insidieusement imposée, tout en respectant scrupuleusement les bons gestes au quotidien, en fuyant la foule et en me pliant aux avis affichés à l’entrée des lieux clos que je fréquente encore par obligation (la société de service n’existe pas à la campagne). Je demande par mail les livres que je veux emprunter avant de me rendre physiquement à la bibliothèque, comme indiqué dans les consignes reçues dans ma boîte aux lettres numérique en l’absence du Pass sanitaire (j’ai toujours refusé de grever le budget déficitaire de la sécu avec le test de complaisance pour pouvoir aller manger au restaurant -j’ai un panier à pique-nique- quand il était encore gratuit et ne vais pas maintenant payer pour me faire triturer le nez avant d’aller à la bibliothèque) pour être ensuite confrontée au cerbère de l’entrée qui s’est senti pousser les ailes de l’abus de pouvoir depuis qu’on lui a dit qu’il fallait contrôler le-dit Pass que je ne pourrais, de toute façon, pas afficher sur un téléphone portable que je n’ai pas, parce qu’il y a des zones blanches dans le village et que je vis dans l’une d’elles…

Ancien membre du personnel de santé, en 42 ans de bons et loyaux services, je n’ai jamais considéré aucun des malades, hautement contagieux ou moins, que j’ai dû côtoyer quotidiennement (sans combinaison de protection, ni masque, ni gants) comme un pestiféré… et c’est bien, actuellement, ce que je suis devenue (il serait si simple d’ouvrir le sas de dépôt et celui d’emprunt, fonctionnels lors du premier confinement, je n’aurais même pas à franchir le seuil de la porte) au point que je me demande si je vais me fendre d’un mail pour une nouvelle réservation ou si je vais simplement rendre les 2 livres en instance de départ (un jour où je sais la bibliothécaire en chef présente -elle a bien fait de me dispenser du renouvellement de ma cotisation- et le cerbère absent) et m’abstenir d’y retourner pour me consacrer à relire le contenu de ma bibliothèque personnelle en entamant le tri nécessaire que toute personne vieillissante et sensée se doit de faire en prévision d’une échéance plus ou moins brève, car, à moins d’un geste désespéré, personne (malgré toutes ses assurances et vaccins) ne sait jamais, ni le jour, ni l’heure !

On n’aurait jamais dû supprimer les hygiaphones autrefois existants, et je vous laisse avec feu-le groupe Téléphone, pour aller me faire un gâteau extra-light à la courgette et au chocolat noir 😉

13 réflexions sur “Bienvenue en Absurdistan

  1. Je te comprends aussi ( je réagis comme toi devant ces décrets dans un pays soi-disant démocratique ) et tant pis pour les restos, les coups au bar, on économise😊 ) et j’ai plein de bouquins non lus et j’en lis en ligne !
    Ton titre est bien bon…

    Aimé par 1 personne

  2. Le vioque revient à pieds de sa piquouse anti grippe cet après midi , 2,5km aller , autant retour , le 23 même kilométrage pour piqure rappel covid troisième dose , je ne dis plus rien et laisse les différentes piqueuses me trouer la peau .nous ne sortons plus ,le porteur de courses amène régulièrement la commande hebdomadaire , pas de cinéma , le seul plaisir un match de foot féminin le dimanche matin puis retour maison les feuilles tombent tondeuse les broient le panier vide le broyat végétal sur les planches à bêcher au printemps , sur le champs en face de chez nous les aigrettes garzettes font les courses

    Aimé par 1 personne

    1. En attendant qu’ils ne me laissent sortir que munie d’une crécelle de lépreuse, je t’informe que les remèdes anti-grippe traditionnels sont l’aïgo boulido, le foie gras et le pastis, comme je n’aime pas vraiment le petit jaune, je mets l’étoile de badiane directement dans l’aïgo boulido et ça marche aussi 😉

      J'aime

  3. Les gâteaux à la courge (ou à la courgette) ET au chocolat sont désormais interdits de fabrication chez les particuliers car ils favorisent très nettement la transmission de la covid : ça vient d’être démontré en laboratoire. Ils viennent juste de l’annoncer. Tu es passible d’une forte amende et d’une peine d’emprisonnement ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : Du nouveau en Absurdistan – Accordéon et dentelles au jardin

  5. Dans la ville d’à côté de chez moi , pas question d’aller à la bibliothèque sans pass , hé bien tant pis avec les copines , on échange nos bouquins et on peut se servir dans les boîtes à livres, et puis on fait aussi travailler les libraires puisqu’on ne va plus au restaurant,ni au ciné, ni au spectacle . Quand va-t’on retrouver nos libertés ?

    Aimé par 1 personne

    1. Il n’y a jamais foule chez nous, je ne touchais à rien, déposais mes livres au comptoir et prenais mes réservations…
      Je suis disposée à ne pas pénétrer dans la salle s’ils remettent en service l’un des sas dont ils disposent et peuvent équiper facilement d’une clochette s’ils ne veulent pas laisser la fenêtre ouverte (ce que l’on peut comprendre en hiver), mais se faire aboyer dessus par le cerbère qui frôle l’abus de pouvoir alors que l’on respecte les consignes reçues, c’est trop pour moi.
      La seule boîte à livres du village dépend de la bibliothèque, je ne sais pas si elle fonctionne encore, j’ai une voisine qui avait une armoire de livres et on devait faire des choses ensemble, mais c’était avant la pandémie, depuis son commerce est fermé et le projet a vécu !

      J'aime

Envie d'en parler ? Utilisez votre clavier ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.