La pub (gratuite) : les Georgettes

Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, écrivait Jean de La Fontaine dans Les animaux malades de la peste, je serais assez tentée de transposer cette morale de la fable à notre vie actuelle ! 😉

Il fut un temps, pas si lointain, où, en rentrant du travail j’allais me délasser sur un forum de cuisine où des femmes au foyer devisaient et échangeaient astuces et potins pour faire passer leur journée, et comme mes activités ne me laissaient pas autant de liberté, très vite, même si des préoccupations culinaires pouvaient nous rapprocher, tout le reste nous séparait, la Georgette, par exemple ! 😉

Chez ces dames, citadines pour la plupart, c’était un bijou offert par le mari ou les enfants, alors que chez moi, qui suis mon propre lave-vaisselle, c’est un couvert unique et astucieux, qui plus est, originaire de ma région (et que je voyais mal affublé de breloques interchangeables à mon poignet). Je m’étais alors sentie toute petite dans mon coin avec mes couverts (présentés => ici en 2016) et très nue sans aucun bracelet au poignet, pas même une montre puisque le clocher suffisait à mon bonheur, et en avais conclu que le vivre sans superflu fait peur !

Par contre, quand je sors mes Georgettes pour les fêtes, devant des convives non informés, c’est une partie de franche rigolade assurée, et cela n’a pas de prix à mes yeux… 😉

Bon jeudi à vous ! ♥

16 réflexions sur “La pub (gratuite) : les Georgettes

  1. Bonjour,
    Oui, vivre simplement fait peur. D’où mon choix régional stratégique où je passe inaperçue.
    Je suis hyper moderne, j’ai internet chez moi (sans récepteur télé. Mon opérateur ne peut pas fournir ce service, peu importe, je m’en fiche).
    Et comme Noël sera une journée comme une autre, je n’aurai pas l’occasion de sortir quoi que ce soit.
    Je vais juste prendre ma tenue grand froid pour mon pèlerinage traditionnel à l’occasion du solstice d’hiver. Une randonnée pédestre jusqu’à « la baignoire du gaulois ».
    J’espère que mes chaussures feront l’affaire encore cette année. Je songe à les remplacer pour l’hiver prochain 😁.
    Aujourd’hui, je vais aller chercher mes chevaux dans la neige pour les descendre au plus près du stock de foin.
    Ces chevaux sauvés que je n’ai pas eu le courage de proposer à l’adoption…s’ils sont enfermés dans un box, tondus pour la compétition et cravachés…… autant les abattre moi même tout de suite.
    Mais je me demande si je tiendrai encore longtemps avec les interdictions gouvernementales qui ont mis un frein à mon job.
    La chronique littéraire finira par devenir mon unique activité avec la randonnée.
    Bon, je me bouge, je voudrais éviter les grumiers.
    Bonne journée, à pluche.

    Aimé par 2 personnes

    1. chères chaussures et vêtements achetés il y a des lustres plein de nos effluves corporelles nous serons certains de ne pas vous garder toute nôtre vie terrestre , nous étions tant habitués à vous et vous nous lâchez. Tenez bon on va vous réparer Chez l’artisan : croquenot , pompe , godasse fut reluqué en tous sens et d’un ton d’outre tombe : » poubelle , il n’y a rien à faire  » le cou de bambou passé : « que vais je faire de vous ??? Chez moi en Sologne elles sont là toujours présentes toutes déguenillées , trouées et servent encore par ci par là en chaussons d’intérieur .Pantalons chemises ne sont plus assez larges le short à manche longue m’a dit : « fais de la marche il avait raison bedon a rétréci et pantalon et court est content

      Aimé par 2 personnes

    2. … mon retour dans le Lot, c’était aussi pour fuir la capitale ainsi que le show et le business pour lesquels le commun des mortels n’est pas fait, surtout quand il préfère la nature et les animaux petits ou plus gros ! 😉

      Aimé par 1 personne

    1. Oups ! Mince j’ai oublié de parler de la Charlotte, mais c’est juste que l’on est pas copines parce je sors souvent en cheveux… tu vas bien après ta journée à patauger dans la neige ? ♥

      J’aime

  2. Ça y est, je me souviens. C’était avec une georgette à dessert fixée au bout d’une branche que Sylvester Stalone avait attrapé le sanglier dans le premier ‘Rambo’, en sautant d’un arbre. Après, il l’a dépecé avec, et après, il l’a fait cuire et il l’a mangé avec la georgette. Après, il a remis la georgette dans son étui en cuir sur son côté gauche. Rambo est droitier. 😉

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.