35 réflexions sur “Silent Sunday # 7

    1. Oui, je t’entends, c’est une vulgaire boîte… mais pas n’importe laquelle, en la retournant, il est écrit que 250g de son contenu coûtaient 21 zł en 1971, du temps de la république populaire de Pologne ! 😉

      J’aime

    1. Je n’en sais rien, j’ai beaucoup bataillé pour avoir cette boîte vide et la conserve soigneusement, mais je n’ai pas souvenir d’avoir jamais goûté à ce qu’elle contenait ! 😉

      J’aime

    1. Ma marraine polonaise retournait régulièrement chez elle et ramenait chaque fois plein de choses exotiques pour moi, alors que mon père n’y est jamais retourné et qu’on n’avait rien de typiquement polonais (mis à part le nom de famille) à la maison. Dès que j’ai quitté le nid familial, j’ai bataillé pour qu’elle m’offre sa boîte vide à laquelle je tiens comme à la prunelle de mes yeux ! 😉

      Aimé par 1 personne

    1. Euh, non ! Le contenu actuel n’est pas un ersatz de café, bon pour ma santé, mais du café libanais à la cardamome, finement moulu pour un café dit turc (et sucré pour le faire traditionnellement)

      … ce que je ne fais qu’exceptionnellement dans la mesure où je bois du café non sucré depuis mes 20 ans ! 😉

      Aimé par 1 personne

        1. Alors, à défaut d’aller crapahuter dans tout le Proche-Orient, où on sert, à la demande (oui, les adeptes inconditionnels du café filtre que nous sommes n’aiment pas du tout et, sans demande expresse, ils nous servent souvent un café machine au lieu du leur), le café préparé selon la tradition (à boire et à manger, puisque c’est celui que l’on boit avant la lecture de son avenir dans le marc du café) un simple restaurant libanais fera l’affaire (perso, je le demande « masbout », c’est-à-dire moyennement sucré)… quoique, le soir, après un mezzé, je préfère plutôt un café blanc ! 😉

          J’aime

          1. Un café blanc, cela signifie non-sucré ?
            Il y a quelques années je me faisais souvent du café « turc » avec un peu de fleur d’oranger, puis la flemme s’y mettant, je laisse la machine travailler… De toute manière l’ambiance orientale n’y est plus ! 😉

            Aimé par 1 personne

            1. Non, c’est une infusion à l’eau de fleur d’oranger sucrée… mais tu as raison pour l’ambiance orientale, si 20 ans en arrière, il fallait déjà demander son café turc, si on le voulait comme cela, les successeurs de ces restaurateurs n’ont sûrement plus qu’une machine à café ordinaire ! 😉

              Aimé par 1 personne

    1. Non pas une canette, une boîte métallique, avec le prix de vente imprimé comme les autres écritures sur la boîte, qui devait contenir, et là, je n’arrive pas à savoir si c’étaient des poudres de plantes et grains torréfiés, ou si c’était du lyophilisé… mais quand je l’ai enfin eue, elle était vide depuis longtemps ! 😉

      J’aime

    1. Non, je ne bois que rarement du café, qui est équitable et moulu chez moi, préparé à l’ancienne dans la pression italienne tous feux vintage ! 😉
      Et là, bien qu’il soit écrit Kawa, il n’y a pas un gramme de café mais orge, seigle et chicorée… C’est comme ce que l’on te propose quand tu entres chez quelqu’un sous le nom de Herbata (qui se traduit par thé), mais qui peut être une infusion d’autres plantes que du thé 😉

      Aimé par 1 personne

    1. Je fais toujours cela pourtant on n’était pas du tout de ce coin-là (merci la chicorée en grains Leroux) et les consommateurs de café en dosettes qui ont mal à l’estomac juste après avoir bu leur nectar y reviennent ! 😉

      J’aime

    1. Plus que souvenir, plutôt un essai de garder un minimum de ses racines tranchées dans le vif… là je viens d’apprendre que mon grand-père russe inconnu n’est pas né à Moscou, mais dans le Caucase, un autre pan de l’histoire familiale qui vole en éclat ! En 2006, les cousins polonais, que nous venions de rencontrer, nous avaient appris que notre grand-père commun, ils n’avaient pas réussi à savoir d’où il venait… 😉
      Bonne soirée à toi ! ♥

      J’aime

    1. Alors tu sais que c’est la boîte d’un succédané de café polonais qui date des années 70, à laquelle je suis attachée parce qu’elle me vient de ma marraine et qu’elle est un symbole authentique de la Pologne communiste que les Polonais d’aujourd’hui veulent oublier et que ceux de l’extérieur continuent à railler, même si, maintenant, elle garde la fraîcheur de mon café libanais à la cardamome ! 😉

      J’aime

Les commentaires sont fermés.