Venue de nulle part…

Au milieu d’un village, avec certes un jardinet comme d’autres maisons et demeures des alentours, parfois cossues, mais ne disposant toutefois pas d’un parcours de golf privatif ou d’un terrain de football nécessitant un gazon résistant à la fois au piétinement et à la sècheresse de l’été… je ne sais donc pas d’où vient la belle laîche à épis séparés (ou laîche écartée) alias carex divulsa (identifiée grâce à l’excellent herbier de René Noygues dont j’ai parlé => ici) qui s’installe, depuis quelques années, dans mon secteur.

Insignifiante au stade jeune plantule, cette cypéracée se fait passer pour une innocente graminée (que mon chat broute avec application et régurgite ensuite dans un douloureux vomissement sanguinolent), mais démontre très rapidement son caractère cespiteux contre lequel seule la fourche à bêcher permet de se débarrasser des touffes compactes bien enracinées si l’on n’a pas eu la patience de l’éliminer jeune (sans la confondre avec le banal et inoffensif pâturin) au fur et à mesure de la germination de ses graines voyageuses !

J’ai bien une photographie de la fleur dans mes archives que j’ajouterai quand je l’aurai retrouvée, mais j’avoue ne m’être jamais intéressée à ses graines, pourtant, y penser et couper systématiquement les fleurs m’aurait peut-être évité la séance de désherbage sélectif, pendant une sieste du quadrupède, dont je ne suis même pas sûre d’avoir bien tout éradiqué ! Deux jours plus tard, j’ai encore croisé cette plante… et cette fois, dans la rue où, apparemment, la moindre faille ou fissure lui suffit !

Prochaine session d’herborisation, repérer tous les myosotis spontanés éparpillés dans le jardin et les repiquer aux pieds des framboisiers fraîchement déplacés et disposés en ligne ! 😉

Portez-vous bien ! ♥

Publicité

14 réflexions sur “Venue de nulle part…

    1. Je comprends mieux d’où elle sort, espèce décorative évadée du jardin où on a voulu l’implanter pour faire joli… elle atterri chez moi où elle est persona non grata ! 😉
      J’ai, dans le même style un petit cèdre spontané, lui, je sais d’où il vient car le vent m’amène des graines nettement visibles les lendemains de tempête, il se peut d’ailleurs, si je trouve le bon pot que je le transforme en bonzaï, il commence à devenir joli ! 😉
      Ton carex, c’est celui-ci ? => https://www.promessedefleurs.com/vivaces/graminees/graminees-par-variete/carex/carex-testacea-prairie-fire-laiche-orange.html
      Ton chèvrefeuille arbustif, c’est celui aux fruits comestibles ? Celui de la photo est dans la rue, génération spontanée, sûrement toxique, et je ne voudrais pas qu’il y ait une pollinisation croisée avec le mien dont je vois les fleurs mais jamais les baies (de mai) parce que pour qu’il fructifie, il faut qu’ils soient 2 et que les pépiniéristes ne te le disent pas…

      J’aime

      1. Oui,ma laiche orange ressemble à celle-là. Elle n’est pas vraiment envahissante et plutôt décorative.
        Pour le chèvrefeuille arbustif, je n’ai pas vraiment remarqué ses fruits mais il devient grand, faut dire.. C’est un arbuste que j’ai acheté.

        Aimé par 1 personne

  1. Je me sens bien débutante dans l’identification des plantes, et des herbes en particulier. Lorsqu’il y a des fleurs, c’est plus facile. Je trouverais celle-ci, je me dirais, tiens du chiendent :-0 J’ai suivi le lien vers le livre, toujours à la recherche de documentation sur les plantes.

    Aimé par 1 personne

    1. Ah oui, j’ai oublié de signaler que Mistie n’a pas découvert que l’herbe se consomme. J’ai planté des graines de ce qu’ils nomment herbe à chat, et j’ai donc un petit gazon miniature, elle le sent, mais n’y a pas encore mis les dents.

      Aimé par 1 personne

    2. Les 2 premiers tomes de l’herbier étaient toujours disponibles chez l’auteur en 2020, le troisième était déjà épuisé. Par contre ce sont des ouvrages relativement onéreux… 😉

      J’aime

Les commentaires sont fermés.