Projet 52-2022 / 13- Ne te découvre pas d’un fil

Météo à l’unisson pour la treizième semaine du challenge émanant du blog Du côté de chez Ma’. 😉

Si la première partie du dicton En avril, ne te découvre pas d’un fil… a cours tout le mois, compte tenu des caprices de la météo, elle est forcément bien respectée. Les quelques flocons de neige vus dans mon ciel au régime giboulées n’étaient pas suffisants, eux, pour être bien visibles en photo, alors je vous propose la vue depuis l’entreprise où j’officiais, un premier avril glacial et brumeux. Ma manie d’aérer, à ma prise de fonction, pendant un bon quart d’heure les locaux, me valait régulièrement un coup de fil de mon employeur frigorifié (par le pouvoir suggestif de l’esprit) et bien caché sous sa couette, mais qui regardait mes faits et gestes via les écrans de ses caméras de vidéosurveillance ! 😉

Ne perdons pas le fil et allons voir dans les commentaires du billet de Ma’, comment le sujet a été traité par les autres participants ! 😉

59 réflexions sur “Projet 52-2022 / 13- Ne te découvre pas d’un fil

  1. Hello Agathe
    Mais c’est honteux ! Ton Patron ne vaut pas la peine d’être Patron 🙄
    Je n’aurais pas du tout, du tout apprécié !
    Bon, ceci dit, ça fait du bien de l’air frais dans un bureau et le froid ça énergise ! Ca fouette le sang, comme disait ma mémé 😆
    J’espère que tu l’as plaqué cet « oeil de Moscou » ?
    Bon we
    Gros bisous sous la neige

    Aimé par 1 personne

    1. J’avais du mal à l’idée de devoir passer toute une journée dans un bocal avec les miasmes de la veille, alors en attendant l’arrivée de collègues je faisais ce que j’ai toujours fait… renouveler l’air un minimum ! Frisquet, mais pas blanc chez moi ! ♥

      J’aime

        1. Surveillance qui ne l’empêchait pas de t’accuser de choses qui tu n’avais pas faites, de te coller sa mère pour un marquage à la culotte en règle, puis devant ta quiétude (en fin de parcours je n’allais pas faire l’idiote et perdre mon job) il se repassait ses bandes jusqu’à trouver le coupable avant d’enfin te lâcher sans un mot d’excuse… il n’y a pas plus mal chaussé qu’un cordonnier dit-on… lui, c’était vraiment un grand malade dans une famille de barjots !

          J’aime

          1. Ma pauv’ Cocotte, quelle galère de travailler dans ces conditions.
            Moi, j’ai fini dans un placard « doré » si on peut dire, les dernières années de ma vie professionnelle étaient pénibles mais rien à voir avec toi.
            J’ai tenu bon en me disant qu’à chaque trimestre en plus, ma retraite gonflait 😆
            Gros bisous

            Aimé par 1 personne

            1. J’avais un objectif avoir quitté la capitale et finir de cumuler tous mes trimestres dans un endroit plus calme… je suis arrivée chez des fous, j’ai fermé ma carapace, avalé les couleuvres et tourné la page en m’essuyant les pieds sur leur paillasson en partant dès que j’ai eu mon dernier chèque !
              Mais j’aime bien mon village, il a du caractère, et moi aussi ! ♥

              J’aime

                1. Le bonus omicron spécial z’élections ? Mais ce n’est qu’un mois, rassure-moi ? Parce que sinon, tu m’étonnes que l’inflation galope, ce qu’il nous donne d’une main il le reprend 2 fois de l’autre ! 😉

                  J’aime

                  1. Non, je ne parle pas de ça !
                    « de mon temps », on pouvait continuer de travailler après 60 ans et on « récoltait » 5 % de bonus par an jusqu’à 65 ans. Ce que j’ai fait 😆
                    Pour le reste, ma foi, je serais curieuse de connaître celle ou celui qui serait capable de faire mieux 🙄
                    Et pourtant, je suis de Droite !
                    Bises

                    Aimé par 1 personne

                    1. J’ai bossé jusqu’à 64 ans (et plus de 9 ans à mon dernier poste dans le Lot), mais je n’aurai rien eu de plus si j’avais fait un an de plus (à moins que lors de mon RdV Carsat on m’ait menti ?).
                      D’après notre convention collective, j’aurais pu avoir une prime patronale de départ si j’avais travaillé 10 ans chez lui… mais cette clause n’était pas signée par tous les syndicats des patrons de ma branche, et lui s’arrangeait toujours pour nous flouer, alors j’ai arrêté dès que j’ai eu tous mes trimestres, je n’ai pas fait plus pour juste la gloire, juste un trimestre de plus pour ne pas les laisser dans la mouise après l’accident du 3ème pilier ! 😉
                      Cerise sur le gâteau, mon dernier jour, nous n’avons même pas mangé le beau gâteau que j’avais fait pour mon pot et pas ouvert une seule bouteille… sa mère m’a embrassée, lui et son père ne se sont pas montrés (ils n’aimaient pas qu’on les quitte, mais c’est un des risques de la vie !). J’avais dit à la collègue présente d’emporter le gâteau chez elle et de le manger avec sa mère, s’il n’était pas entamé le lendemain ! Heureusement que j’avais des chutes et un reste des crèmes de ma préparation au réfrigérateur, et un de mes frères est venu avec du champagne ! Quant au repas promis, hors site, il n’a jamais eu lieu… Le lien social dans les petites entreprises des campagnes c’est de la foutaise, les traditions s’y perdent presque plus vite que dans les agglomérations ! ♥

                      J’aime

                    2. Hello Agathe
                      C’est dur tout ça 😥
                      Le « bonus » de 5 % par an n’existe plus sans doute ? J’ai travaillé 45 ans et j’avais tous mes trimestres à 60 ans, l’âge légal de la retraite de mon temps, ça doit être la seule explication 🙄
                      Comme toi, je suis partie dans l’indifférence. Personne ne savais que je partait sauf la Direction administrative qui n’a pas levé le petit doigt. J’ai eu un énorrrme bouquet envoyé par l’autre secrétaire de mon patron qui l’a fait payer par la mairie où il était maire et j’ai bien failli le mettre dans sa poubelle !
                      C’est un peu ma faute, je ne voulais surtout pas entendre le discours du Directeur général des Services car on se détestait carrément !
                      C’est dur, quand même, tout ça.
                      Et les boîtes familiales c’est pas mieux que l’Administration !
                      Gros bisous

                      Aimé par 1 personne

                    3. C’est surtout l’époque qui a changé, pour la génération précédente, les anciens étaient ceux qui possédaient le savoir (et le transmettaient), maintenant ils sont bons à jeter bien avant d’avoir tous leurs trimestres ! ♥

                      J’aime

  2. C’est ce que je fais aussi chaque matin dans mon atelier avant l’arrivée des patients tout en préparant le café en simultanée ! Et pas de réprimande de qui que ce soit ! Et avec le covid, je réitère ce cérémonial entre chaque groupe reçus ! Bises neigeuses ! 😘

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis frileuse et pourtant, depuis des années, j’ouvre ma fenêtre dès mon lever … peu de temps quand il fait froid, mais je recommence dans la journée. Les mois d’avril se suivent et ne se ressemblent pas, ainsi durant le confinement en 2020, je cueillais mon premier brin de muguet le 4 avril …Beau Week-end, bien au chaud !

    Aimé par 1 personne

      1. Je suis étonnée des réactions que suscite le fait que j’aie travaillé filmée… les employés de plein de secteurs sont aussi en permanence sous les feux des caméras de surveillance… pour discuter entre nous, on connaissait les angles morts et on faisait aussi gaffe aux oreilles de son père qui traînaient un peu partout ! 😉

        J’aime

    1. Soit-disant pour notre sécurité… j’ai occulté la présence des caméras et me suis concentrée uniquement sur mon boulot. Ce que je n’ai jamais su, c’est s’il y avait aussi le son ? J’avais posé la question à l’employé de la boîte qui en assurait la maintenance, il m’avait affirmé que non… mais je n’en ai jamais vraiment été sûre.
      Ambiance de mes dernières années de boulot, toutes mes jeunes collègues sont parties après mon départ… parce qu’elles ont dû bosser un peu au lieu de squatter la machine à café et régler leurs affaires perso sur leur temps de travail, et la boîte d’intérim à qui il faisait appel lui cherchait encore du personnel sur le Bon Coin début mars ! 😉

      J’aime

  4. On aère chez moi aussi si le détecteur de CO2 atteint une valeur trop élevée quand on est nombreux.
    Je me demande si c’est légal de filmer ses employé(e)s. Je ne pense pas que j’aurais accepté sans râler!
    Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois que la présence de caméras est possible mais que le son ne serait pas autorisé… J’avais fait le choix de quitter Paris pour mes dernières années de boulot, alors je l’ai assumé en faisant abstraction de l’environnement malsain.
      À 5 minutes du boulot à pied, des horaires certes à la c…, mais qui te permettent de rentrer manger chez toi… tu te concentres sur ce que tu as à faire et oublies le reste surtout quand tu sais que tu pourras te ressourcer dans ton jardin ! 😉

      J’aime

    1. T’inquiète, comme les petites jeunes avaient du mal à se lever tôt, c’était la vieille qui se tapait l’ouverture (j’aimais bien bosser seule pendant une heure) et elle aérait tous les matins… 😉
      Bon WE à toi aussi ! 😉

      J’aime

  5. Tous les matins, quel que soit le temps, j’aère en arrivant au boulot, c’est indispensable, je le faisais avant même que le covid vienne nous faire ch*** !
    What ?? Les salariés filmés ??
    Bises et bon weekend.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui… officiellement soit-disant pour notre sécurité 😉
      Une caméra à chaque poste de travail, plus quelques autres pour des vues en diagonale, un grand écran vues multiples invisible du public… mais je n’ai jamais eu accès à son écran personnel dans ses appartements au-dessus d’une partie du local professionnel !
      Mais il ne voyait que ce qu’il voulait y voir… et pouvait t’accuser de tout et n’importe quoi, un total parano, parfois la caméra te sauvait la mise !
      L’astuce pour avoir la paix c’était d’aller le trouver dans son bureau et lui demander de vérifier un truc anodin sur ce que tu avais pu avoir oublié de faire… ça l’occupait un bon moment ! 😉

      J’aime

    1. Exact ! Je pensais m’ennuyer mais très curieusement, j’ai bien vécu le changement de rythme de vie, résultat d’une coupure franche et nette 😉
      J’ai demandé quand arrivait ma remplaçante et j’ai annoncé que ça tombait à pic, j’avais tous mes congés à prendre y compris la dernière semaine de l’année précédente à laquelle j’avais dû renoncer à la dernière minute pour les besoins du service. Ils m’ont proposé de me les payer ce que j’ai refusé et n’ai pas eu à former la succession, qui n’est d’ailleurs pas restée très longtemps ! 😉

      J’aime

  6. Il y a longtemps que le pare brise a vu en grattoir mon vieux véhicule de moins de cent mille km a sa couverture spécifique couvrant le capot et les côtés jusqu’en bout du toit là où se trouve l’antenne radio. Une spéciale anti minous ceux aimant les endroits chauds tout en griffant , minet est bernique il y a une odeur de poivre qui ne luit plait pas , imperméable ma caisse passe des jours bien emmitouflée et démarre au quart de tour

    Aimé par 1 personne

  7. Je vois de jolies fleurs cotonneuses… comment ça, elle voit de la neige partout ? ^^
    Quant au sujet de l’aération, depuis le covid c’est devenu tendance (comme le lavage des mains ^^) ton patron aura finalement dû se mettre à jour…

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, les fleurs de ce 1er avril donnent l’illusion de la neige, mais le brouillard glacé était bien réel ! 😉
      Pour mon ex-employeur, je doute fortement qu’il puisse changer, covid ou pas… En plus de 9 ans je n’ai pas réussi à lui démontrer que son personnel ne restait pas à cause de son comportement démotivant. L’employée de ses débuts dans la profession, qui venait d’avoir son diplôme et lui a appris son métier (parce qu’il n’avait pas suivi le bon cursus et n’y connaissait rien en pratique) même pas deux ans plus tôt, est partie un an avant moi (j’avais organisé son pot de départ et la direction ne lui a même pas souhaité bonne chance alors qu’elle leur avait sauvé la mise plusieurs fois), elle n’avait pas réussi non plus. Elle était partie suite à une partie de bras de fer (concernant nos horaires et jours de congé) avec le couple mère-fils qu’elle a perdu et dans son nouvel emploi elle a enfin pu vivre sa vie, créer sa famille chose impossible si elle était restée là ! La 3ème jeune femme faisant partie des piliers de cette boîte, arrivée 6 mois avant moi, avait eu un grave accident sur la route dont elle est sortie handicapée, 6 mois avant mon départ à la retraite et n’a jamais repris son poste, Le reste du personnel n’était que de passage, souvent sans réelles attaches dans le département et donc peu impliqué… 😉

      J’aime

        1. Tenir la boîte seule tous les matins pendant une heure (même avec caméras) ne m’a jamais fait peur… en fin de carrière la routine tu connais bien et l’imprévu tu sais gérer sans paniquer !
          Pour le reste, garder son boulot jusqu’au jour J était le plus important et juste une question de maîtrise de soi ! 😉

          J’aime

Les commentaires sont fermés.