Projet 52-2022 / 15- Perché

Dans une vie antérieure, j’ai peut-être été un oiseau, outre le parfum des plumes de mon édredon douillet dans lequel je plongeais mon nez avec délice, j’ai le souvenir d’un jeu avec mon cadet qui consistait à grimper dans un arbre (chacun le sien) dans les bois autour de la maison. Il constituait notre lieu de repli (hors de la surveillance maternelle) perché, où nous pérorions sans fin de ce qui occupait les enfants. Un périmètre de sécurité (signant notre propriété) était constitué de pierres soigneusement alignées au sol autour du châtaignier choisi… Bien sûr, je ne sais si Ma’ dans son blog, nous demande réellement de jouer à chat perché pour le thème de cette semaine ! 😉

Quoiqu’il en soit, bien que perché soit avant tout synonyme de en hauteur, parfois le sujet sacrément perché l’est tellement que je me demande s’il n’y aurait pas eu, à l’asile le plus proche, quelque évasion d’un artiste passablement mentalement dérangé, qui nous vaudrait un tel trompe-l’œil sur ce mur semi-aveugle. À moins, bien sûr, que ce ne soit le commanditaire le plus gravement atteint des deux ! 😉

Car, qui raisonnablement choisirait d’habiter au-dessus des collecteurs de déchets divers rassemblés au coin d’une rue de notre préfecture, ou d’avoir dans l’angle de sa fenêtre de salon la vue de l’évacuation des eaux usées de l’étage sous les toits réservé autrefois aux gens de maison, tuyau bien réel, qui interdirait d’ailleurs l’ouverture et la fermeture des volets ? Je trouve même que la matérialité des poubelles gâche l’habileté requise du peintre, pour réaliser cette fresque !

Dans un autre registre, moins perché, la saison des amours, elle, demande, à qui a des ailes, de prendre de la hauteur, et, pour le Kamasutra du hanneton, vous devrez me le demander bien gentiment ! 😉

Mon chat, lui, se perche à sa guise et pas forcément en ma présence… j’ai bien quelques photos de lui sur un toit mais il ne m’a pas autorisée à les divulguer. Une chose est sûre aussi, c’est qu’il n’aime pas du tout les intrus perchés sur les toits des environs ! 😉

Pour savoir comment les autres participants on traité le sujet, allons lire leurs commentaires dans le billet de Ma’ ! Bon samedi de Pâques à vous ! ♥

36 réflexions sur “Projet 52-2022 / 15- Perché

    1. La photo la plus simple que j’aurais pu faire, c’est celle des pigeons autour de chez moi, mais je ne les aime qu’avec des petits pois ou en pâté ! 😉
      Bon WE de Pâques à toi aussi ! ♥

      J’aime

    1. C’est souvent le cas dans les zones de montages, on manque d’iode de la mer… la fresque est bien jolie mais la municipalité de la préfecture n’a aucun respect, ni pour ses habitants, ni pour les artistes et leur travail !
      Bon WE de Pâques à toi ! ♥

      J’aime

  1. Hello Agathe
    Le thème de Ma’ pour ce samedi t’a inspirée 😆
    On a le choix !
    Effectivement, le mur peint est invraisemblable 😆
    Ce qui est bien c’est que ça anime les façades « mortes » 🙄
    Bonnes Fêtes de Pâques
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Nous sommes d’accord, quelques façades du vieux Cahors ont bien besoin de ce petit coup de jeune, mais ne pas prévoir un cache-misère pour les containers, même minimaliste, comme on peut en voir dans certaines communes + ou – abandonnées à l’autre bout du département, je trouve cela déplorable ! 😉
      Bonnes fêtes à toi aussi ! ♥

      J’aime

    1. Bon, je ne vois pas si loin… du moins pas avant l’Ascension ! 😉
      Elles ont une histoire ces cigognes… quand je suis allée en Pologne la première fois, en août, nous en avions vu une famille (parents et jeunes) en conciliabule sur sa plateforme le soir de notre arrivée, le lendemain les jeunes étaient partis en migration, les parents occupés à se refaire une santé après leur dur labeur sont restés une semaine de plus, moins visibles, et nous étions aussi en vadrouille à l’autre bout du pays. Les adultes ne sont pas revenus l’année d’après, accident de parcours, nul ne sait. Cinq ans plus tard, j’y retourne pour Pâques et le dernier jour j’ai vu arriver ce couple, un des jeunes au conseil de famille avant sa première migration était revenu (il leur faut 5 ans sous des cieux plus propices pour arriver à la maturité sexuelle) sur le nid de son enfance… 😉
      Bon WE de Pâques à toi ! ♥

      J’aime

  2. Le souci de ces fresques murales, c’est qu’elles demandent beaucoup d’entretien et que cela a un coût récurrent non négligeable (et rarement anticipé…). Elles ont été à la mode, souvent similaires à celle que tu proposes au point que je me demande si elles ne s’achetaient pas sur catalogue !

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.