La Grande Murale (5/5)

Dernier volet de cette fresque boisée titanesque (75m de long, 1m40 de haut, 113 panneaux jointifs, 8000 heures de travail), signée Lucien Bénière, plus grande (de quelques cinq mètres) que la tapisserie de la Reine Mathilde à Bayeux…

Le sculpteur ne nous a, bien sûr, pas raconté la conquête de l’Angleterre par le duc de Normandie Guillaume le Conquérant en l’an de grâce 1066, mais a contribué à nous faire savoir que la forêt nous fournit, en plus du bois et des champignons, ses biens les plus précieux qui sont la beauté, le calme et parfois le silence ! 😉

.o0o.

.o0o.

Le sculpteur disait d’elle (en citant Françoise Seince) sur son site malheureusement plus mis à jour : La Grande Murale enchaîne multitude de paysages colorés et mouvants ; plissements de terre, architectures de pierres, damiers de champs, rondeurs de vieux volcans et cratères lunaires, drapeaux multicolores et bouches rieuses, sans oublier les fleurs du printemps (F. Seince) et déclarait : Fin 1989, j’avais terminé et présentais « Hauterives », ville imaginaire composée de 650 pièces de trois centimètres à trois mètres. À cette époque, je me trouvais en état de manque. En novembre 1990, Florence Arthaud gagnait la Course du Rhum, d’où l’idée d’un « exploit » : faire plus grand que la Tapisserie de Bayeux.

Pour revoir la Grande Murale (pas tout à fait en son entier, elle est entièrement reproduite, et de bien meilleure façon, dans le livre Le chant du bois, et avec les pièces qui n’ont pas été exposées), le début en est dans les liens rouges ci-dessous, à suivre le dernier volet des carrés qui forment la Longue Marche… 😉

Pour tout reprendre et réviser :

La Grande Murale 1/5, la Grande Murale 2/5, la Grande Murale 3/5 et la Grande Murale 4/5.

Les Carrés 1/5 (ou la Longue Marche), les Carrés 2/5, les Carrés 3/5, les Carrés 4/5 et les Carrés 5/5.

Les Médiévales

Disparues depuis longtemps du programme de nos festivités estivales, j’ai vu en consultant la liste des associations villageoises subventionnées qu’elles allaient être relancées par les commerçants (là, je ne comprends pas tout !), et à déambuler dans nos ruelles en costume d’époque mais sans l’état d’esprit adéquat, autant le faire sur une musique plus proche, temporellement parlant, de nous, et je devrais peut-être suggérer ceci ! 😉

Stary Olsa – Child In Time (Deep Purple cover) LIVE

Sauf que, par les temps qui courent, il ne serait pas politiquement correct, même si la musique n’a pas, par essence de frontières, de faire appel à un groupe biélorusse alors que l’on pourrait se contenter, juste par exemple, de La Moldau selon Luc Arbogast pour animer une soirée à la Cale… ceci dit, j’aime aussi la version originale des enfants dans le temps, parce que l’on n’oublie jamais totalement les succès d’autour de nos vingt ans…

Belle semaine à vous ! ♥

Projet 52-2022 / 25- Porte ou fenêtre

Le thème de la semaine proposé par Ma’ du blog Du côté de chez Ma’ est simple et la matière pour y répondre ne manquera certainement pas ! 😉

Le seul problème… c’est le choix du cliché ! Parce que, comme les vaches qui regardent passer les trains, j’avais la tête de la chèvre sortant de son fenestrou qui regardait passer les voitures sur la route dans l’espoir de voir arriver celle du chevrier, j’avais aussi celle d’une fenêtre cadurcienne aux rideaux qui m’avaient tapés dans l’œil (et auraient ravi toutes les mains de fées un peu joueuses) et, en la regardant en grand sur l’ordinateur, j’avais aussi la vue de toute la place dans mon dos en reflet dans la vitre.

Dans les portes, j’ai hésité entre un trompe-l’œil local assez réussi, celle (qui n’est plus d’époque) du lieu de ma naissance et celle du château juste à côté qui ouvre la vue sur une superbe échauguette et la vallée de l’Ardèche juste au-dessous, mais non, aujourd’hui, je vais vous proposer du moins spectaculaire !

La rue est en pente, et ce qui ressemble à une porte (175 x 80 cm), toutefois sans poignée, est à 90 cm au-dessus du sol, il n’y a pas de marches sur la rue (pas plus qu’à l’intérieur où la différence de niveau classerait l’ouverture en fenêtre sans vitres), alors je me vous pose la question : porte ou fenêtre ? Intrigant, non ? L’édifice a été remanié plusieurs fois depuis sa construction, il mériterait un livre entier à lui tout seul, mais l’étude des documents anciens est un travail fastidieux de spécialistes…

Pour entrer chez les autres participants ou contempler la vue depuis leurs fenêtres, il faudra suivre les liens qu’ils auront posté dans les commentaires du billet de Ma’. 😉

Pour information, la semaine dernière plusieurs de mes commentaires sur vos blogs respectifs, malgré des essais réitérés, ne sont jamais parus, mystère des relations entre plateformes, oubli d’approbation ou volonté délibérée, je ne trancherai pas. De plus, plusieurs personnes commentent chez moi sans renseigner la case URL ce qui ne me permet pas d’aller leur rendre la politesse directement et m’oblige à m’interroger sur leur envie (ou pas) de communiquer. Bon samedi à vous ! ♥

Promenons-nous dans les bois…

Cela fait des années que des cas suspects de brebis attaquées sont signalés, mais à chaque fois on nous répond que ce n’est pas possible, d’abord parce que les loups n’ont pas encore franchi le Rhône, puis parce qu’ils n’ont pas traversé le Massif Central, mais là, il semblerait bien qu’ils soient quand même enfin arrivés ! 😉

Après avoir entendu au printemps le grand duc en ouvrant ma fenêtre avant d’aller me coucher, dérangé un rapace diurne non identifié (je n’ai remarqué que son regard et son vol différent de celui des oiseaux qui fréquentent habituellement les lieux) en train d’occire un pigeon dans mon jardin et enfin observé une buse tournoyer dans mon ciel, aurais-je un jour le plaisir d’écouter les loups hurler à la lune ?

Tri Yann – La jument de Michao

J’entends le loup, le renard, et la belette
J’entends le loup et le renard chanter
J’entends le loup, le renard, et la belette
J’entends le loup et le renard chanter