C’est du sport…

La photo est de 2019, je ne sais pas si celle de 2022, avec les 4000 coureuses et marcheuses souhaitées pour les 20 ans de la manifestation, respectera un minimum les gestes barrières, mais comme le thème du défi de Ma’ pour ce samedi est le sport, j’ai préféré prendre les devants, et me préparer activement (en effeuillant la menthe et la mélisse sèches) à une journée difficile ! 😉

Eh, oui, la pluie m’inspire ! 😉

Publicité

Via Podiensis

Son nom, au pays des marcheurs sportifs est le GR 65 et, pour beaucoup d’autres marcheurs, c’est aussi le chemin de Compostelle.

(Source de la copie d’écran : Chemin de Saint-Jacques

Il passe entre, qu’il parte de Cluny, Lyon ou Genève, et la ville où reposerait Saint Jacques, obligatoirement par Le-Puy-en-Velay en Haute-Loire, la référence, où il prend le nom de la Voie du Puy, et poursuit son bonhomme de chemin, bucolique et méditatif, par la Lozère, l’Aveyron, le Lot, le Tarn-et-Garonne, le Gers et les Pyrénées-Atlantiques, avant de franchir les Pyrénées vers l’Espagne, à partir de Saint-Jean-Pied-de-Port.

Bonne nouvelle pour les marcheurs, le trajet sur le territoire lotois, entre Livinhac-le-Haut (12) et Lauzerte (82), est en cours de restauration, voir de plus amples renseignements dans mon journal préféré…

Source de la copie d’écran : La Dépêche

Patrimoine millénaire mondial, classé à l’UNESCO, tous ceux qui s’y sont mesurés en sont revenus changés, disent-ils, à tout jamais. La partie lotoise est à partir de la minute 10.19 dans cette vidéo.

Camino 2 Via Podiensis: Le-Puy-en-Velay – Moissac

Mais il faut savoir que la Voie du Puy n’est pas la seule pour atteindre Saint-Jacques-de-Compostelle, il faut aussi citer, pour la France : la Voie d’Arles (Via Tolosana), la Voie de Vézelay (Via Lemovicensis), et la Voie de Paris et de Tours (Via Turonensis), et d’autres encore, dont certaines hors de nos frontières ! 😉

Portez-vous bien ! ♥

Le retour…

C’était vendredi dernier, en face des pistaches grillées pour lesquelles j’étais dans ce secteur… Et c’est une cliente avec son accompagnatrice, dans la même travée que moi, qui m’ont fait remarquer ce retour tant attendu. La mayonnaise industrielle et autres sauces bizarroïdes avaient fait un peu de place à quelques pots de cette denrée devenue très rare !

En haut de la gondole 2 ou 3 pots de Maille avec quelques graines (bref, ce n’était pas de la moutarde à l’ancienne) et un peu plus d’Amora, une étagère vide et un petit carton de Vallée d’or (l’étiquette originale est => ici), une étagère vide et un autre carton d’une moutarde belge que j’ai laissée à nos amis de ce pays (ils sont présents dans la région, je n’ai pas voulu les priver de leur petit plaisir sur les frites). Curieusement dans le nord du département c’est une autre marque de moutarde polonaise qui est en rayon… En discutant, j’ai appris que l’huile de tournesol roumaine avait un drôle de goût, que je ne peux pas confirmer pour l’instant. Pour leur défense, la dame en question n’a pas beaucoup voyagé, et donc n’est pas tentée par l’exotisme culinaire ! 😉

Ton sur ton

Juste une image pour célébrer une année complète (c’était le 25 septembre) de billets quotidiens depuis mon changement de thème catastrophique (pour la petite histoire voir => le billet Shocking!)… je ne m’étendrai pas sur mon opinion quant à la plateforme WP, elle ne s’est pas trop améliorée (mon opinion).

Mais je ne crois pas que changer de maison puisse être ma solution au fait que l’évolution vers la rentabilité et les bénéfices, induise des problèmes de communication entre les catégories de blogs WP (je déplore par exemple que mes commentaires chez certains d’entre vous tombent directement dans les spams, et ce, sans aucune raison valable) et contrarie fortement l’idée que je me faisais de ce moyen de communication.

Ma déception pourrait se traduire par une présence plus aléatoire, comme elle l’était déjà avant le changement de thème, et comme le font beaucoup d’entre nous, partis vers d’autres moyens d’expression que je ne goûte pas, ou d’autres saines occupations au coin du feu ! Portez-vous bien ! ♥

Bella Ciao…

Mahsa Amini, 22 ans, a été arrêtée le 13 septembre dernier à Téhéran pour port de vêtements inappropriés, elle est morte de manière jugée suspecte 3 jours plus tard, et depuis, cette vidéo du chant des partisans italiens, repris en persan, circule sur la toile, partagée sur son compte Twitter, par Farid Vahid, directeur de l’Observatoire d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient de la Fondation Jean Jaurès.

 » Bella Ciao « , iranian version for Mahsa Amini

Même vivant à l’étranger, cette jeune femme d’origine iranienne s’expose et se met volontairement en danger pour aider ses sœurs captives d’un système archaïque, bravo à elle !

Les manifestations, quant à elles, continuent et la répression fait de nouvelles victimes. Des informations parcellaires arrivent à fuiter au compte-gouttes puisque internet est coupé en Iran depuis mercredi…

Source de la copie d’écran : La Dépêche

Quel régime totalitaire peut hypothéquer son futur en tuant impunément d’aussi jeunes femmes tout simplement parce qu’elles refusent l’absence d’avenir qu’on leur a réservée ? En quoi le fait de ne pas vouloir porter la tenue et les couleurs imposées est-elle une menace pour l’état ?

Je suis si triste pour elles ! Mesdames, respect ! ♥

Projet 52-2022 / 38- Quand il pleut…

Ma’ du blog Du côté de chez Ma’ doit avoir un don de voyance confirmé pour avoir prévu en décembre dernier qu’elle pourrait nous proposer Quand il pleut… comme thème pour cette 38ème semaine ! 😉

Lors de ma sortie courses du vendredi, le ciel s’est fait soudain plus menaçant et je me suis félicitée de m’être motivée et ne pas devoir sortir le lendemain (avec le parapluie) pour cette corvée selon les prévisions de ceux dont c’est le travail…

Bien sûr cela ne me dit pas comment traiter le sujet, parce que la photo sous la pluie en tenant aussi son abri de fortune n’est pas du tout mon fort, que les photos depuis mes fenêtres ne sont pas sensationnelles, en plus d’être du genre déprimant (entre mon caillou côté rue et l’envers du décor côté jardin), et que je n’ai pas, non plus, envie de passer des heures à compulser 12 ans de photos sur l’ordinateur, à la recherche de mes plus jolies gouttelettes, même en m’aidant de mes relevés de la pluviométrie locale !

Qui dit pluie, dit champignons d’automne, ce sont ceux que je préfère dans mon assiette. Comme l’on ne peut pas crapahuter librement dans les bois de mon coin (il faut être propriétaire ou posséder une carte payante nous autorisant à le faire), et qu’il vaut quand même mieux éviter d’être confondu avec un sanglier, car nous sommes en période d’ouverture de la chasse, je vais donc me rabattre sur des bestiaux plus petits et penser aux baveux à cornes qui vont se sentir pousser des ailes dans mon jardin et ainsi pouvoir concurrencer les piafs qui s’en prennent à mes tomates. Dont acte !

Celui-là s’est retrouvé piégé (ou s’est abrité volontairement) dans sa fleur de carotte après ses dernières sorties, lors des orages des 5 et 6 septembre, mais la météo s’étant remise au beau fixe, avec seulement des nuits plus fraîches depuis cette semaine, il est plus chanceux que ses congénères perchés sur des tiges sèches de fenouil. Pour voir les cornes de ceux de mon jardin, il me faudrait sortir avec la frontale, je vais m’en dispenser, mais peut-être qu’une petite délocalisation avant qu’ils ne se creusent un habitat pour hiberner serait envisageable (sans l’APN, s’il n’y a pas de traces de mon forfait, ce sera pas vu, pas pris ! ). 😉

Allons lire dans les commentaires du billet du jour de Ma’, comment les autres participants voient les jours de pluie ! Bon premier WE d’automne à vous ! ♥