Livraison

Quand je me lasse de mes grilles de sudoku et autres jeux de chiffres ou de logique à solutionner, le soir dans mon lit, le temps que le sommeil me gagne, je fais parfois une pause aux rayons livres, à droite en entrant, au (pas) supermarket local, lors de mes courses devenues presque mensuelles…

Ma dernière acquisition fut celle-ci, et j’en dirai, que primo, il y a tromperie sur la marchandise. Polar, peut-être (s’il y a bien une enquête, elle ne constitue pas l’essentiel de ce livre), mais certainement pas thriller, crime il y a bien eu, mais c’est un banal fait divers, et secundo, meilleur polar étranger, ce titre n’est absolument pas mérité, j’en ai lu des bien plus croustillants provenant d’autres pays !

M. T. Edvardsson est un jeune écrivain suédois que je ne connaissais pas, accessoirement enseignant, il a déjà commis dans son pays trois romans pour adultes et deux pour la jeunesse, c’est le premier traduit en français et donc tous les doutes sont permis pour la suite de sa carrière !

L’intrigue pour cette famille presque normale, bien sûr au-dessus de tout soupçon, concerne le meurtre inexplicable de Christopher Olsen, un homme d’affaires respecté, pour lequel Stella (19 ans), la fille d’Adam Sendell, le pasteur local et d’Ulrika, brillante avocate, est incarcérée.

Chacun, à tour de rôle dans ce livre tripartite, essaie de voir ce qui, dans sa vie, a foiré au point d’en arriver à cet extrême. Le père essaie d’enquêter pour innocenter sa fille. La fille elle, fait de la résistance en prison, et la mère, le dos rond au cours du procès, pendant que son amant essaie de sauver les meubles…

Je ne vous dévoilerai pas le fin mot de l’histoire, ni ne vous recommanderai (ou pas) cette lecture, qui aura le mérite de m’avoir rappelé mon état d’esprit quand je sortais (il y a très longtemps) de la projection d’un film d’Ingmar Bergman, où certains criaient au génie, d’autres n’avaient rien compris, alors que pour moi ce n’était qu’une peinture de la vie ordinaire ! 😉

Publicité

9 réflexions sur “Livraison

    1. Après une réunion de quelques sommités, ils ont décidé du bandeau avec lequel le livre est vendu (cela a marché puisque je l’ai acheté), mais je m’attendais à beaucoup mieux.
      Par contre, si je suis partiellement déçue, je le compare quand même au cinéma de Bergman, dont le génie consistait souvent à raconter une tranche de vie ordinaire en faisant croire à tout le monde qu’elle était extraordinaire (excepté pour le film L’Œuf du serpent qui lui, fait partie de mes préférés)
      Je n’ai plus tellement d’affinités avec Voltaire depuis Candide au lycée, mais j’aime la logique de son : « encore le saint empire romain n’était en aucune manière ni saint, ni romain… » 😉

      Aimé par 1 personne

    1. C’est son premier livre traduit en français, tu peux lui accorder le bénéfice du doute… mais pas du tout en tant que thriller, et à peine en tant que polar… ce qui ne veut pas dire que le livre soit franchement mauvais mais plutôt que la définition de ces genres en Suède diffère totalement de la nôtre ! 😉

      J’aime

Les commentaires sont fermés.