Le saviez-vous ?

C’est la récente mésaventure d’un papier administratif urgent, posté en courrier rapide un jeudi avant la levée du jour (directement au guichet, j’évite la boîte aux lettres pour => cette bonne raison) qui n’a pas été distribué et m’est revenu le jeudi de la semaine suivante (toujours noter où habite l’expéditeur au dos de l’enveloppe) parce que son destinataire était inconnu à son adresse !

La copie d’écran ci-dessous ne solutionne pas mon problème (même si j’ignorais que les 3 dernières lignes devaient être en majuscules et qu’il ne fallait plus la virgule après le numéro dans la rue) avec les voies communales dont la numérotation est absente et pour lesquelles l’outil Tester une adresse mis à disposition n’est pas en mesure d’apporter le correctif, se bornant seulement à réécrire en lettres capitales les cases qui ne le sont pas ! 😉

(Source de l’image : La Poste)

Pire encore, si l’employé municipal vous a posé une plaque avec un numéro juste avant les élections, alors que la numérotation dans le village n’est pas terminée, le facteur doit (après 18 mois sans correction) retourner votre courrier à son expéditeur parce qu’il ne comporte pas l’adresse intégrant le numéro et que pour pouvoir faire la correction sur les sites de l’administration, il vous faut une preuve (un courrier administratif ou une facture d’EDF pour lesquels depuis des années vous habitez une rue sans numérotation)… le serpent qui se mord la queue, Kafka, au secours !

Il ne vous restera plus qu’à aller mendier un pseudo-papier officiel à la mairie, à le fournir à La Poste qui corrigera enfin ses fichiers, en espérant que la plaque avec le numéro (l’adresse n’est toujours pas certifiée par la commune) sera toujours la bonne quand la municipalité aura terminé sa révision (qui la passionne si peu) du cadastre… 😉

Publicité