La nuit, au fond des bois…

Certains préfèreront Le cor, poème d’Alfred de Vigny, et peut-être même chanté par Fédor Ivanovitch Chaliapine ! 😉

Le Cor : « J’aime le son du cor le soir au fond du bois »

Ma préférence irait plutôt à Michel Vivoux qui déclamait dans ses spectacles : j’aime le son du boa le soir au fond du cor, j’ignore s’il le fait encore, et c’est ce à quoi le son des bois des grands cervidés au point d’agrainage de leur territoire m’a fait immédiatement penser ! Je garderai pour moi les autres idées saugrenues qui me sont venues à l’esprit ! 😉

Copies d’écran : Webcam Hirvekaamera – Riigimets

Si hier soir, le plateau à carottes était vide, il a été regarni dans la journée et le cerf qui a perdu un de ses ornements n’était pas là pour ses vitamines quotidiennes ! 😉

Belles observations à vous ! ♥

Publicité

Un peu de douceur…

… dans un monde de brutes, pour bien commencer la semaine, avec, en plus, de sublimes images ! 😉

Ne vous laissez pas abuser par le mot relaxation, il n’est pas du tout question d’une quelconque secte du bien-être, c’est par le visionnage du bouleversant film de Radu Mihaileanu, sorti en 2005, Va, vis et deviens (trouvé, par pur hasard, dans les archives oubliées du replay de TF1) que j’ai (re)découvert les musiques d’Armand Amar agrémentées par l’incontournable duduk de Lévon Minassian.

Relaxation : Armand Amar & Levon Minassian

Le film dont la bande-son est en partie utilisée dans cette vidéo, lui, fait référence à une spectaculaire opération de sauvetage d’une partie d’un camp de réfugiés éthiopiens au Soudan, datant de 1984, et traite plus particulièrement, de la difficile adaptation de l’un d’entre eux, dans son nouveau pays d’accueil.

Il est évident que ce n’est pas à mettre en balance avec le traditionnel retour de la magie du film de Noël dont nous verrons très certainement au moins un ou deux échantillons (la saison est courte), mais un peu de réflexion sur des sujets graves ne nuit pas, surtout quand elle nous permet de voir, avec d’autres yeux, certains faits divers inexplicables à l’aune de notre vie, somme toute très confortable.

Bonne semaine à vous ! ♥

Projet 52-2022 / 47- Vitamine(s)

La fin de l’année approche à grands pas, et avec elle, la fatigue de ces mois singuliers écoulés accentuée par les jours qui raccourcissent et la grisaille qui les accompagne ! Alors, vite, une petite cure de vitamines pour faire plaisir à Ma’ du blog Du côté de chez Ma’, et surtout histoire d’être en forme pour la terminer, cette fichue année, et bien commencer la nouvelle ! 😉

Si, pour résister à la pression de ma vie professionnelle, aux deux heures de trajets quotidiens dans des transports en commun bondés, j’ai beaucoup usé de vitamine C et autres complexes pour avoir la pêche en toutes circonstances, depuis que j’ai adopté le rythme plus lent de nos sénateurs et supprimé le café, plus besoin de chimie, mes vitamines du matin, les voici :

Il est évident que curcuma et gingembre sont utilisés à la bonne dose pour mon palais et non les rhizomes entiers (ils se conservent au frais, jusqu’à la prochaine fabrication de ma potion miracle), que j’ajoute la pincée de poivre pour bénéficier des principes actifs du curcuma, pour le reste, tout est mixé soigneusement avec ce qu’il faut d’eau fraîche pour remplacer les boissons industrielles obtenues par dilution de pulpe et addition de conservateurs : un verre tous les matins, bouteille réfrigérée et quand elle est vide, on recommence ! 😉

Allons voir de quelles astuces usent les autres participants pour continuer à poster des commentaires dans le billet du jour de Ma’ et bon samedi à toutes et tous ! ♥

À boire et à manger…

L’idée en elle même me plaît assez…

le GLÖGI une BOISSON 🇫🇮 FINLANDAISE 🇫🇮 (Tous en cuisine avec Seb)

… cannelle, cardamome, clous de girofle et gingembre sont une bonne base pour cette boisson hivernale. Amandes et raisins secs dans du jus de cassis, je demande à voir, mais avec du jus de raisin c’est déjà trop sucré pour moi, par contre dans du vin blanc et au coin du feu ! Terveys!… 😉

Bon à savoir…

Nous n’avons certainement pas la même définition pour insolite. Mon journal classe, ce que j’appellerais une information essentielle, comme de l’insolite, sûrement que nos priorités sont différentes, voire même, carrément opposées !

Source de la copie d’écran : La Dépêche

Les éleveurs de nos campagnes, eux, ont constaté que ces lignes souterraines à haute tension qui traversent leurs champs perturbaient gravement leur bétail (certains animaux en meurent même de stress), au point qu’ils en sont contraints à payer de leur poche de nouveaux pylônes pour les refaire passer au-dessus du sol. Sûrement aussi insolite pour nos dirigeants en plus du journal, par chance, la carte interactive de RTE (Réseau de transport d’électricité), elle, fonctionne et permet de savoir où celles-ci sont situées. Mais bon, il ne faut pas se leurrer, bientôt il ne restera plus un coin de territoire où s’isoler avec toutes les poubelles enterrées sans même que les populations n’en soient informées… 😦

Autocongratulation !

En marge de la diagonale du vide selon les pontifes qui nous ponctionnent au lieu de simplement nous gouverner, qu’il est bon de lire dans le journal local que tout n’est pas mauvais chez nous, les riens, pour ne pas dire les bouseux !

Certes, nous n’aurons pas de foie gras pour Noël (par chance j’ai du confit et des haricots pour un sublime cassoulet de fête), grippe aviaire, profiteurs d’une situation de crise (même si l’on nous dit que ce n’est pas le cas), et citadins défenseurs du canard qui ne savent pas que, dans la nature, il s’engraisse tout seul en vue de sa migration naturelle vers des cieux plus cléments, et que le gavage bien conduit ne le rend pas malade, font que la pénurie perdure, mais il est bon de savoir qu’à défaut de magrets, il nous reste encore quelques cerveaux !

Source de la copie d’écran : La Dépêche

En y regardant de plus près, Souillac pour mon maintien à domicile c’est un petit peu loin du sud du département, je n’ai pas non plus vraiment besoin d’un équipement de chais pour la vendange de mon unique cep de vigne, mais il m’est arrivé de faire de belles trouvailles, avant les confinements, à la Jardinerie du Quercy (depuis, je me débrouille avec ce qui veut bien pousser et résister à la vermine dans mon carré à expériences !).

Espérons simplement que le palmarès 2022 de Septuors 46 du 1er décembre (je rigole et me gondole, malgré mes rhumatismes, quand je vois le lauréat Développement durable 2021 alors que l’on supprime à tout va, les arrêts dans le département de presque tous les trains de la ligne POLT et que l’on dépose des voies ferrées) ressemblera à quelque chose qui ne sera pas qu’un peu de poudre aux yeux pour faire joli dans la morosité ambiante, et que tout ce beau monde ne va pas se réunir autour d’une bonne table juste pour simplement trois nominés !