Bon à savoir…

Nous n’avons certainement pas la même définition pour insolite. Mon journal classe, ce que j’appellerais une information essentielle, comme de l’insolite, sûrement que nos priorités sont différentes, voire même, carrément opposées !

Source de la copie d’écran : La Dépêche

Les éleveurs de nos campagnes, eux, ont constaté que ces lignes souterraines à haute tension qui traversent leurs champs perturbaient gravement leur bétail (certains animaux en meurent même de stress), au point qu’ils en sont contraints à payer de leur poche de nouveaux pylônes pour les refaire passer au-dessus du sol. Sûrement aussi insolite pour nos dirigeants en plus du journal, par chance, la carte interactive de RTE (Réseau de transport d’électricité), elle, fonctionne et permet de savoir où celles-ci sont situées. Mais bon, il ne faut pas se leurrer, bientôt il ne restera plus un coin de territoire où s’isoler avec toutes les poubelles enterrées sans même que les populations n’en soient informées… 😦

Publicité

Autocongratulation !

En marge de la diagonale du vide selon les pontifes qui nous ponctionnent au lieu de simplement nous gouverner, qu’il est bon de lire dans le journal local que tout n’est pas mauvais chez nous, les riens, pour ne pas dire les bouseux !

Certes, nous n’aurons pas de foie gras pour Noël (par chance j’ai du confit et des haricots pour un sublime cassoulet de fête), grippe aviaire, profiteurs d’une situation de crise (même si l’on nous dit que ce n’est pas le cas), et citadins défenseurs du canard qui ne savent pas que, dans la nature, il s’engraisse tout seul en vue de sa migration naturelle vers des cieux plus cléments, et que le gavage bien conduit ne le rend pas malade, font que la pénurie perdure, mais il est bon de savoir qu’à défaut de magrets, il nous reste encore quelques cerveaux !

Source de la copie d’écran : La Dépêche

En y regardant de plus près, Souillac pour mon maintien à domicile c’est un petit peu loin du sud du département, je n’ai pas non plus vraiment besoin d’un équipement de chais pour la vendange de mon unique cep de vigne, mais il m’est arrivé de faire de belles trouvailles, avant les confinements, à la Jardinerie du Quercy (depuis, je me débrouille avec ce qui veut bien pousser et résister à la vermine dans mon carré à expériences !).

Espérons simplement que le palmarès 2022 de Septuors 46 du 1er décembre (je rigole et me gondole, malgré mes rhumatismes, quand je vois le lauréat Développement durable 2021 alors que l’on supprime à tout va, les arrêts dans le département de presque tous les trains de la ligne POLT et que l’on dépose des voies ferrées) ressemblera à quelque chose qui ne sera pas qu’un peu de poudre aux yeux pour faire joli dans la morosité ambiante, et que tout ce beau monde ne va pas se réunir autour d’une bonne table juste pour simplement trois nominés !

L’envers du décor…

Dimanche, la Coupe du monde 2022 de football débutera avec le match Qatar-Équateur, mais…

Travailleurs Népalais, les esclaves du Qatar

… avant d’en arriver à cette grand-messe footballistique célébrant la démesure de ce petit émirat (qui a bien su monnayer ses ressources), des millions de travailleurs étrangers ont œuvré, au péril de leur vie, dans des conditions inhumaines… respect !

C’est bien ce que je craignais…

Aide-toi, le ciel t’aidera… Les deux morts de Przewodów (c’est où ?) le sont parce qu’ils sont passés, par erreur de leur part, sous un missile perdu… Ce n’est qu’un accident, même le président l’a dit !

Source de la copie d’écran : La Dépêche

J’ai regardé, il y a deux jours, un reportage sur la Finlande et ses 1300 km de frontière avec le grand frère, son voisin, qui se terminait par une note d’espoir d’intégrer l’OTAN, en même temps que la Suède… il ne faudrait pas trop rêver, mais composer et naviguer à vue, un conflit mondial ne semble pas à l’ordre du jour bien que certain pousserait à la roue ?

Source de la copie d’écran : Le Point par Actualité MSN

Il est vrai que je n’avais pas envisagé cette hypothèse… sauf que la guerre n’est pas un jeu d’acteur ni un coup de bluff !

Demain sera un autre jour…

Art brut ou moderne ?

Dans ce domaine, il y a de tout, à boire et à manger, ainsi que de sacrés allumés, mais il faut bien de tout pour faire un monde et surtout pour plaire à un maximum d’amateurs divers et variés !

Certes, ce n’est que lorsque l’œuvre de sa vie a été vandalisée que j’ai eu connaissance de l’existence d’un artiste ariégeois, monomaniaque et plutôt singulier, du nom de Claudius de Cap Blanc.

Source de la copie d’écran : La Dépêche

Mais le site du Prat d’Albis (Ariège), à 1500m d’altitude, étant très certainement moins couru que le Palais Idéal du facteur Joseph Ferdinand Cheval à Hauterives (Drôme), et hormis le fait qu’il ait choisi de s’exposer (contrairement à son illustre prédécesseur) sur un terrain qui ne lui appartenait pas, je ne comprends pas que l’administration ait juste, une nouvelle fois, choisi d’ignorer l’artiste plutôt prolifique (courrier dans son FB) qui ne dérangeait certainement pas grand monde (un de mes frères randonne régulièrement dans ce coin, il ignorait et son existence et celle de ses sculptures)…

Claudius de Cap Blanc : De l’Affabulisme au Vulvolithique

… alors qu’il aurait été assez simple de proposer au chantre de la métahistoire une alternative où il aurait pu donner libre cours à son exaltation sans en arriver à cette fin violente (j’ignore quand a été réalisée la vidéo ci-dessus où il prononce une phrase qui pourrait être prémonitoire). Parce que, n’en déplaise à quelques jaloux et autres pisse-vinaigres, il se pourrait bien que l’on regrette, un jour, son apparente folie et que sa cote monte, telle celle de l’œuvre de l’ermite local lotois, Jean-Marie Massou qui entre au musée deux ans après sa mort.

Mise à jour du 21 novembre :

Source de la copie d’écran : La Dépêche

N’espérez pas en savoir plus que cette belle image, l’article est réservé aux abonnés dont je ne suis pas…

Concours de mique

Comme j’aimerais faire partie de ceux qui vont juger les plats après dégustation de cette spécialité régionale !

(Source de la copie d’écran : La Dépêche

Qui ne sait pas ce qu’est la mique (que je préfère en pâte levée plutôt qu’à la levure chimique) rate quelque chose comme le plat le plus rassurant de l’hiver que je connaisse, tout juste après les châtaignes grillées dans les braises d’un feu de bois ! 😉

#15 la mique (de Régine Rossi Lagorce)

Pour la petite histoire, la Confrérie de la mique (comprenant des spécialistes des 4 villages de Masclat et Milhac en Quercy et de Sainte-Mondane et Veyrignac en Périgord) est une jeune association de 10 ans seulement (elle a été créée en octobre 2012) mais elle a déjà jugé le 4e championnat du monde de mique levée en 2019… c’est dire si ce plat (qui remonte au Moyen-Âge) commun à 3 régions (Quercy, Périgord et Limousin) limitrophes qui s’en disputent la paternité, rassemble quand même les gourmands !