Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Images’ Category

Non, ce ne sont pas les danseuses de la vidéo, Carmen la rose irisée, Marilyn la blanche et Salomé la jaune sont les appellations qui me permettaient de différencier mes belles de nuit (Mirabilis jalapa) quand j’en parlais, autrefois, sur un forum de jardinage, j’ai toujours le même regret à leur égard, car, malgré tous mes efforts (et les récoltes de graines chaque fois que j’en vois une) je n’ai jamais réussi à avoir la variété panachée qui les réunit toutes en une fleur…

Pimprenelle est très discrète et son feuillage a le goût du concombre, quant à Capucine, si j’adore le goût poivré franc de ses feuilles hachées dans une salade, j’aime moins le nuancé de sa fleur (ou alors je n’ai pas croqué la bonne couleur). Vous prendrez bien une guimauve ? 😉

Belle semaine à vous ! ♥

Read Full Post »

1991 fut l’année où j’ai visité quelques jardins célèbres, celui de Boulogne-Billancourt, avec les jardins parisiens, ne nécessitait que la volonté d’y aller avec seulement sa carte orange pour accéder au métro…

C’était aussi l’époque où je jouais avec les filtres à visser sur l’objectif de l’appareil qui a bien rendu l’âme (peut-être qu’une simple révision lui suffirait) à Piątkowa Ruska en Pologne, et non, comme je voulais le croire, dans les sables de la Baltique.

Créé de toutes pièces entre 1895 et 1920 par l’humaniste, ce jardin paysager propose des atmosphères différentes dont seules me sont restées en mémoire celles qui m’avaient le plus attirée, à savoir le jardin japonais avec ses 2 ponts sur le marais pour son exotisme, la roseraie bien trop sage à mon goût et la forêt vosgienne qui, dans l’univers minéral de la capitale et de sa banlieue, me ramenait dans les bois de mon enfance (pas dans les Vosges !).

Impossible d’en retrouver le plan chez moi (me connaissant un peu, il existe, c’est sûr, à défaut, en ligne, il est à la page 12 de ce document), j’ai des archives papier, jamais classées, qui demandent sérieusement un bon coup de plumeau, alors voici quelques clichés juste scannés 😉

Lors de l’une de mes 2 visites, j’avais même ressorti le vieux Coronet paternel de son étui de cuir, pour des essais graphiques en blanc et noir, on trouvait encore à l’époque, assez facilement, ce format de pellicule !

Bonnes visites à vous !

Read Full Post »

Mon livre de chevet terminé depuis jeudi, je me suis motivée pour aller le rendre et ainsi, passer à des pérégrinations plus locales (l’action est située en Dordogne, département voisin de celui du Lot, chez les apiculteurs, rappelez-vous l’arnaque aux ruches que l’on vous invitait à parrainer en échange d’un éventuel pot de miel chinois accessoirement coupé au glucose) que celles d’Olga Tokarczuk, mais, qui dit bibliothèque, dit aussi ordinairement rue du Coustalou, un petit raidillon qui passe sous un figuier et un ombrage d’actinidias dont je vois (chaque année, avec regret) les fructifications pourrir au sol entourées de crottes de chiens (sans maîtres au moment de leur promenade d’aisance) absolument impraticable actuellement pour cause de transformation en futurs escaliers, et donc, à moins de faire un grand détour, obligation d’emprunter les marches de la rue des Postillons, tout cela en évitant au maximum la proximité des troupeaux de touristes déjà arrivés 😉

Chemin faisant, on peut croiser l’arbre musicien, mais aussi le tarif du repas très typique régional concocté par notre pâtissier local… je n’ai pas traversé (danger, la départementale est passante, le virage sans visibilité et les automobilistes ne respectent pas les limitations de vitesse) pour aller faire la curieuse 😉

Un dernier effort, la photo prise depuis la chaussée est floue, un véhicule arrivait, arrêt sous le porche pour ajuster son masque, coup de gel sur les mains en entrant et on y est !

Le théâtre de verdure déjà vandalisé n’est plus accessible que par la cour de l’espace culturel (dont la porte l’a aussi été, en représailles), l’église (entourée de l’ancien cimetière) le domine, je n’ai pas souvenir de tombes exceptionnelles.

Retour par la départementale avec un arrêt ravitaillement en fruits frais à l’épicerie du haut, suivi d’une traversée hors des clous pour descendre l’escalier-raccourci (qui fut une cascade en trompe-l’œil il y a quelques années) et retrouver mes ruelles après être passée sous les parapluies décoratifs de la Grand Rue, dont le dernier orage a quelque peu malmené l’installation, point qui sera à vérifier au prochain 😉

Prenez soin de vous ! ♥

Read Full Post »

Il fut un temps, très lointain, où j’allais cueillir des jonquilles à ses pieds, puis un autre où je le voyais en ouvrant mes volets, il a été présent dans mon environnement durant toutes mes années de collège (j’avais échangé sa vue contre celle de Saint-Laurent-les-Tours, propriété de Madame Lurçat, pendant la période du lycée)… c’est du château de Castelnau-Bretenoux, deuxième forteresse de France, après Carcassonne (ai-je toujours entendu dans mon enfance), situé sur la commune de Prudhomat, dont il est question et auquel, encore aujourd’hui, je ne manque jamais de jeter un coup d’œil en passant à sa proximité le temps d’une visite dans le nord du Lot.

La situation sanitaire liée à la pandémie de covid-19 a eu pour conséquence positive (c’est rare, et il faut le signaler) pour l’année passée où nous n’avons pu vivre « à l’ancienne » : le Centre des Monuments Nationaux a publié sur Facebook (et oui, personne n’est parfait) une série de vidéos de visites privées de sites exceptionnels, visites accessibles au public depuis le fauteuil préféré de tout un chacun, alors autant en profiter ! 😉

Des photos, d’août 1994, scannées pour l’occasion, il y a eu quelques campagnes de travaux menées depuis sur le site, et, pour information, les 2 plans du diaporama sont extraits d’un document émis par le CMN, déjà cité, à l’intention des enseignants, à voir => ici.

Un autre document à consulter par => ici, et pour les touristes pressés, une présentation plus courte vous ouvrira d’autres horizons 😉

Bonnes visites à vous !

Read Full Post »

Treize à la douzaine

Quelques couleurs du jardin pour bien commencer le (peut-être) premier mois de l’été et oublier le cumul de pluie des orages de juin (160 mm d’eau en 13 jours de pluie, le record de 2010 -115 mm en 11 jours- est tombé) 😉

Chenille arpenteuse, juvénile de punaise Nezara viridula (que je n’ai vu qu’en regardant les photos du jour, sinon je lui aurais appris à nager immédiatement) et escargot rare partagent l’univers protégé du chat tombé de sa chaise longue à l’ombre… bel été à vous ! ♥

Read Full Post »

Nous ne saurons sûrement jamais de quel petit pont il est question dans cette chanson d’Yves Duteil de 1978, elle ne le dit pas mais précise toutefois qu’il ne va nulle part… mystère de la poésie (que j’ai cessé d’écrire en 1967, après avoir déchiré et brûlé mes mots), chez moi, les ponts nous amènent toujours sur l’autre rive 😉

Si j’ai croisé récemment un petit pont de bois quelque part en Pologne sur un blog que je visite régulièrement, il n’était pas sans me rappeler les photos argentiques prises pendant ma pause déjeuner, il y a très longtemps, de l‘un des deux ponts japonisants du jardin Albert Kahn à Boulogne-Billancourt, jardin dans lequel un pavillon vous reçoit toujours pour une cérémonie traditionnelle du thé 😉

Mais aussi, alors que des constructions en pierre s’écroulent parfois toutes seules dans des rivières de pays civilisés, que dans des pays bien plus pauvres on continue à traverser des torrents grâce à des ponts de cordes soigneusement entretenus par les riverains, il existe encore, dans des destinations plus proches, des constructions archaïques qui permettent à un aventurier du dimanche d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté 😉

Celui-ci, en Podkarpackie (Basses-Carpates), je l’ai traversé en août 2006, et de l’autre côté du ruisseau sans nom, affluent d’un plus grand nommé Przyrwa, bien caché par la végétation, il y avait un magnifique cheval entravé que j’ai renoncé à effrayer en surgissant de nulle part, de plus une Babcia inconnue veillait et allait le déplacer avec son piquet et sa longe.

Plus au sud, dans la montagne, mon frère et ma nièce ont traversé celui-ci, plus élaboré, sur le Jawornik, petit affluent de la rivière San, elle, spot de pêche bien connu des professionnels 😉

… j’avais choisi, allez savoir pourquoi, le gué en eau après l’orage de la veille 😉

Mais d’un côté, comme de l’autre, on se retrouvait devant une merveille d’architecture en bois debout, dans le plus pur style bojko (minorité ethnique ruthène présente sur le territoire jusqu’à la guerre, déplacée après), datant de 1732 (il se peut même que cette date soit celle d’une première modification), malheureusement saccagée et vidée de son mobilier en 1947 avant d’être abandonnée à son triste sort, l’église grecque-catholique St Demetrios (on lit partout actuellement qu’elle est orthodoxe, c’est une erreur, les croix sont bien latines, avec juste une branche transversale, et ce, même dans ce qui reste du très discret cimetière attenant), rénovée tout récemment (en 2017, => voir vidéo).

Nous avions pu, malgré des communications téléphoniques aléatoires (mais le gardien de la clé était prévenu, il savait que des Français passeraient et s’attendait à notre appel) visiter l’intérieur, absolument vide bien sûr, la guerre et ses conséquences (déplacement forcé des populations) ne peut pas s’effacer…

Read Full Post »

Nous étions appelés hier (dimanche) aux urnes, pour le deuxième tour de nos élections départementales et aussi régionales, plus motivée qu’au premier tour où je ne m’étais déplacée qu’entre 16 et 17h, la météo en alerte orange pour orages violents m’a incitée à faire mon devoir civique plutôt à l’heure du déjeuner, histoire d’éviter la foule (si tous les abstentionnistes s’étaient, par pur hasard, réveillés) partie se sustenter au restaurant.

Point de tapis rouge cette fois (la photo de dimanche dernier) à l’accès aux 2 bureaux de vote habituels (multipliés par 2 pour 2 consultations séparées) par la porte de derrière de la mairie dite du foyer rural, et sortie par la porte d’entrée officielle des administrés sur la place en travaux, l’espace vide était une invitation à musarder sous la grisaille en rentrant par la promenade des écoliers (depuis les travaux pour la réalisation des marches et l’installation épique de la passerelle métallique, elle a un nom officiel très pompeux) que j’affectionnais, en son temps, emprunter pour m’aérer l’esprit après ma journée de travail 😉

Ceux qui suivent, savent, primo que la saison touristique 2021 est déjà condamnée avant même d’avoir commencé pour cause de travaux, et secundo que dans le village… nous adorons les escaliers, et donc, voici ceux que j’ai croisés en rentrant chez moi ! 😉

Certains, cela est sûr, me plaisent plus que d’autres, comme celui qui pourrait éventuellement servir d’issue de secours (dans le pire des cas, car il en existe une autre moins périlleuse s’ils n’ont pas perdu la clé de la porte) aux élèves de l’école privée, à condition que les instituteurs aient reçu une formation spécifique (à renouveler chaque année) pour découper le grillage et sachent où est rangée la pince, ainsi que celle de la réception de corps tombant dans le vide, la dernière marche est un peu loin du sol pour des enfants, et encore faudrait-il qu’ils aient envie de sauter 😉

Parmi les escaliers remarquables, il y a aussi le bricolé-maison pour aller au jardin, le vieux moussu à éviter si l’on n’est pas très sobre les jours de pluie, et le classieux d’époque, à vis s’il vous plaît !

Ce n’est qu’un échantillon des escaliers du village, la suite viendra un jour ou l’autre, quand j’en aurai fait à nouveau le tour (je ne me sens pas le courage de visionner plus de 10 ans de clichés).

Pensez à notre facteur, par contre, qui en emprunte quelques uns tous les jours pour distribuer le courrier, et qui, à la rentrée, aura 2 ruelles pentues de plus remplacées par des marches pour entretenir le galbe de ses mollets !

Bonne semaine à vous ! ♥

Read Full Post »

Chez nous, la Fête de la Musique, instaurée par Jack Lang en 1982 (lors de la 2ème année du premier septennat du président François Mitterrand) c’est traditionnellement le samedi précédant le solstice d’été, pour laisser le loisir aux fous de musique d’aller à des prestations plus conséquentes le jour J, mais Covid oblige, les festivités n’étaient peut-être pas autorisées dans les rues, et surtout, nous étions en « alerte orages » et samedi à 17h il valait mieux être aux abris (40 millimètres d’eau en 1/4 d’heure).

Petite accalmie hier pour les élections (participation : 37,34%) départementales (Lot) et régionales (Occitanie), avec juste 5 mm d’eau dans la matinée, Mr le Maire nous avait, lui-même (il me l’a dit devant témoins) déroulé le tapis rouge pour cacher l’accès défoncé par les travaux en cours dans le village, à son programme de visite en sens unique du bâtiment municipal… j’ai adoré (beaucoup moins la présence de la liste d’extrême-droite aux départementales : 16,94% des votes pour le canton et 17,61% pour la commune, celle des élections régionales arrivée 3ème avec 12,39% des voix me suffisant amplement) !

La nuit fut encore agitée, le chat m’a réveillée vers 5h pour que je ferme les fenêtres laissées ouvertes derrière les volets pour faire rentrer un peu de la fraîcheur nocturne, le tonnerre qui grondait en continu (solo de batterie ?), les éclairs diffus et l’averse de grêlons le perturbant grandement, et à 8h30, il faisait à nouveau trop sombre, je n’ai pas encore été voir au pluviomètre ce qu’il faudra que je rajoute aux 26 mm déjà vidés !

Si le début de l’été est un peu agité, les bestioles du jardin elles, s’en donnaient hier à cœur joie, et je vous fait grâce des dégâts de la grêle 😉

Portez-vous bien, fêtez dignement la musique et bel été à vous ! ♥

Read Full Post »

Ailleurs Mike Horn nous fait visiter le volcan islandais où la marmite déborde toujours avec allégresse et modifie durablement le paysage et la végétation des vallées qui l’entourent…

Premières chaleurs chez moi, je marche à l’ombre ! 😉

Read Full Post »

Eclipse solaire

Enfin du sensationnel !!!

L’article de => La Dépêche ! 😉

Inutile de pavoiser… ni de vous lancer à retourner toute la maison pour ne finalement pas y retrouver les lunettes du 11 août 1999, d’abord on ne peut pas les réutiliser, il en faudrait de nouvelles, ensuite le titre, pour accrocheur qu’il soit, est illustré de façon mensongère !

En France, s’il n’y a pas de nuages entre 11h55 et 12h20 (fourchette de temps où l’éclipse sera à son maximum), au mieux on ne verra qu’un croissant de soleil occulté par la lune dans les proportions de 16% à Lille, pour 2,8% à Marseille en passant par 6% à Toulouse, ce qui fera guère plus par chez moi… je ne vais pas stresser le chat, il ne va même pas s’en apercevoir !

Les plus chanceux se rendront au pôle Nord pour un soleil occulté à 87,8% par la lune, et combien par les nuages ?

Read Full Post »

Older Posts »