Livraisons naturalistes

Ouvrages de vulgarisation à la portée de tous, l’information de leur parution est tombée en début de mois dans ma boîte aux lettres virtuelle que la ronron-thérapie en cours ne me permet pas d’ouvrir à ma guise, puisqu’un quadrupède, connu comme le maître du jeu, a aussi investi la tablette où est posé mon mulot, me rendant la tâche plus difficile ! 😉

Édités à compte d’auteur, par Anne-Marie Rantet-Poux, une des spécialistes en la matière (huit-pattes et blobs voyageurs l’occupent à temps plein depuis quelques années), photographe appliquée et impliquée à qui rien n’échappe, ils ne se trouvent donc pas partout, mais voici le bon de commande pour se les procurer directement à la source, il m’a depuis été confirmé, par mail, que la promotion était prolongée jusqu’à la fin du mois de janvier ! 😉

On se quitte en musique d’inspiration médiévale avec le groupe toulousain Les Compagnons du Gras Jambon, découvert chez Les Caphys, un peu remuant certes, mais qui pratique l’art de divertir les gens bons ! 😉

Juste en passant, Vik’ n’était pas tatoué en 2016. Pour fêter ces bonnes nouvelles (et pour qui a très soif), il est possible, dans le même style, de lever la corne avec Les Bâtards Du Nord (du Québec).

Dépêchez-vous, il n’y en aura pas pour tout le monde ! ♥

Projet 52-2022 / 2- Hiver

Second thème de l’année pour le projet émanant du blog Du côté de chez Ma’, à consulter pour les règles du jeu..

(N’oubliez pas d’aller lui rendre visite pour, à partir de ses commentaires, découvrir les photographies des autres participants ! 😉

Voici donc quelques images hivernales de mon petit coin de campagne lotoise (du sud du département, aux cieux plus cléments que dans le Ségala du nord), mais où je ne m’attendais pas à voir ces empreintes dans la neige (rassurez-vous, pas de loup, et le sanglier passé un jour dans ma ruelle l’a fait un jour de battue sans neige) !

Il arrive aussi parfois qu’il fasse bien plus froid qu’un temps à neige qui dure rarement (en plus de 12 ans sur la commune, il n’y a eu qu’une fois plus d’une semaine de neige) et que les eaux d’infiltration rendues à leur liberté se transforment en stalactites ou même que j’aie une patinoire presque à domicile… Mais ce que redoutent plus que tout les vignerons des alentours, ce sont les gelées tardives, en avril ou mai, sur leurs précieux ceps !

Restez au chaud et, à défaut d’un grog, prenez soin de vous ! ♥

Silent Sunday # 1

Le concept de ce challenge trouvé chez Sév & oth67 de Blogosth me plaît assez et je les en remercie, bien que Mary L., son instigatrice originelle n’ait pas continué l’aventure (car je n’ai trouvé qu’une tentative de 2019 pour le remplacer par Sunday Funday), et que le blog de Kiara (aussi cité par oth67 en 2016) soit depuis devenu privé… il est vrai que la roue tourne, la vie continue et nos obligations de la vraie vie doivent rester prioritaires ! 😉

Effectivement, après quelques recherches, c’est Isabelle Corlier du blog Acte 2 qui gère désormais le challenge de Mary depuis le 24 juin 2018, merci à elle !

Le principe de ce jeu est très simple : une photo (prise dans la semaine ?), pas un mot d’accompagnement ou d’explication, puis poster son lien sous le dernier billet en date d’Isabelle… Il n’y a pas de honte à prendre le train en marche, à la station qui vous convient (j’ai raté le premier dimanche de 2022) et vous descendez où vous le voulez (et si) cela vous chante… que demander de plus !

On oublie tout ce bla-bla (qui a dit que j’étais bavarde ?) et on fait comme si la page était blanche, voici ma première image, la deuxième, elle, sera entièrement dans les clous, promis ! 😉

Projet 52-2022 / 1- Jouer

Oups ! J’ai déjà failli oublier que j’avais mis cette idée de participation au challenge du blog Du côté de chez Ma’ dans les éventuelles résolutions pour les 52 51 semaines à venir de l’année, alors puisque nous sommes samedi, je vais inaugurer ce qui, pour moi, sera un véritable défi, alors tiendra ou tiendra pas, tous les paris sont ouverts !

Avant la photo du jour, voici les thèmes retenus pour 2022 et les règles on ne peut plus simples du jeu 😉

Jouer, oui, je le peux, parfois… Joueuse, je l’ai aussi été autrefois, en ayant conscience que le jeu pouvait devenir une aliénation et que ma liberté devrait toujours primer. Cela ne veut absolument pas dire que, bien que cachés (sur une étagère) dans l’armoire de la dentellière il n’y a pas, chez moi, moyen de s’amuser un peu en société !

Mais qui dit jouer, à la maison, cela équivaut aussi à se poser la question : qui est véritablement le maître du jeu ?

Vous comprendrez maintenant très certainement pourquoi je préfère jouer aux puzzles en ligne ? 😉

Tout simplement pour ne pas m’entendre dire : « mais deux-pattes, tu le sais bien que je passe sur la table pour aller boire dans l’évier, alors, il faut qu’elle soit dégagée… »

Bon samedi à vous ! ♥

Geneviève

Connue pour avoir, en son temps (451), sauvé Paris des Huns d’Attila. Elle est devenue la patronne de la ville, ainsi que celle des gendarmes, et repose à deux pas du Panthéon et de la bibliothèque qui porte son nom, en l’église Saint-Étienne-du-Mont.

Je comprends, à quelques imprécisions, que l’on n’ait pas laissé l’équipe de cette dame filmer l’intérieur. Pour qui voudrait en faire la visite virtuelle, je suggère cette vidéo où les détails illustrent au mieux la splendeur de l’édifice. Un jour, peut-être, je chercherai les rares clichés argentiques que j’ai pu en faire, je dis bien rares, parce qu’une fois à l’intérieur j’oubliais généralement pour quelle raison j’étais venue.

Quelques dames portant ce prénom sont devenues célèbres, dont une Mme de avec un chapeau et parfois un langage qui jure un peu avec la classe dont elle se voudrait une digne représentante. 😉

Au gui l’an neuf…

Avec cette pendule traditionnelle qui venait d’égrener les 12 coups tant attendus et après les 2 ou 3 pétards d’irréductibles voulant marquer de façon lumineuse et sonore, depuis leur balcon, le passage en 2022 malgré l’interdiction…

(Source de l’image : puzzle => Happy New Year!)

… voici mes vœux pour la nouvelle année avec une une vieille photo de 2012, prise sur les rives de la Loire, dans le Saumurois, parce que je n’en ai pas chez moi. C’est une plante parasite qui ne pousse ni partout (au bord du Lot, on voit plus souvent des nids de frelons), ni sur toutes des essences. Vu les circonstances actuelles, je n’embrasserai de toute façon personne sous un de ces bouquets vendus pour l’occasion ! 😉

La tradition, elle, remonterait à la lointaine époque gauloise, je n’ai pas la serpe en or d’un éventuel druide de ma famille dont je n’ai pas hérité (ni la scie ébrancheuse d’ailleurs), et n’avais pas, le jour où je l’ai photographié, le drap pour éviter qu’il ne touche le sol en tombant et perde, si par malchance il l’avait fait, tous ses pouvoirs magiques. 😉

Le bouquet dans sa maison représenterait le renouveau ou, par la suite, un engagement de mariage pour les amoureux et il porterait bonheur comme le muguet du 1er mai, alors recevez mes meilleurs vœux de santé, bonheur et prospérité pour cette nouvelle année ! ♥

Derniers feux de 2021

Quelques images d’hier où il faisait beau et d’avant-hier où mes dernières framboises avaient été bien lavées (76 mm d’eau en 3 jours), la dernière crue de notre rivière qui en a résulté, quelques fleurettes pour le plaisir, croisées en chemin lors de ma sortie décrue amorcée…

… la vraie vie, quoi ! Celle que l’on ne peut s’empêcher d’aimer ! 😉

Terminez bien votre année ! ♥

Jean l’Apôtre

Se fête le 27 décembre qu’il partage généreusement, entre autres, avec Théodore et Théophane. 😉

Il est le patron des professionnels du livre, des tanneurs, compositeurs, écrivains et théologiens, par contre, si vous croisez un Jean, difficile de deviner duquel il s’agit parce qu’ils sont nombreux sur nos calendriers et qu’il est rarement précisé sa spécificité ! 😉

Une excellente occasion (ou pas) d’écouter Paul Claudel (interviewé par Jean Amrouche) de l’Académie Française, le frère cadet de Camille (un temps la collaboratrice d’Auguste Rodin), qui écrivit sur l’Apocalypse de Jean et dont la conversion spectaculaire aux vêpres de Noël à Notre-Dame de Paris, derrière un pilier devenu célèbre, est souvent citée en exemple, mais dont je me demande comment il a pu, en son âme et conscience, concilier son attirance pour la religion et ne pas accompagner sa sœur (dont il avait demandé l’internement) à sa dernière demeure… Les voies du Seigneur sont impénétrables !