Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Musées’ Category

Il fut un temps, très lointain, où j’allais cueillir des jonquilles à ses pieds, puis un autre où je le voyais en ouvrant mes volets, il a été présent dans mon environnement durant toutes mes années de collège (j’avais échangé sa vue contre celle de Saint-Laurent-les-Tours, propriété de Madame Lurçat, pendant la période du lycée)… c’est du château de Castelnau-Bretenoux, deuxième forteresse de France, après Carcassonne (ai-je toujours entendu dans mon enfance), situé sur la commune de Prudhomat, dont il est question et auquel, encore aujourd’hui, je ne manque jamais de jeter un coup d’œil en passant à sa proximité le temps d’une visite dans le nord du Lot.

La situation sanitaire liée à la pandémie de covid-19 a eu pour conséquence positive (c’est rare, et il faut le signaler) pour l’année passée où nous n’avons pu vivre « à l’ancienne » : le Centre des Monuments Nationaux a publié sur Facebook (et oui, personne n’est parfait) une série de vidéos de visites privées de sites exceptionnels, visites accessibles au public depuis le fauteuil préféré de tout un chacun, alors autant en profiter ! 😉

Des photos, d’août 1994, scannées pour l’occasion, il y a eu quelques campagnes de travaux menées depuis sur le site, et, pour information, les 2 plans du diaporama sont extraits d’un document émis par le CMN, déjà cité, à l’intention des enseignants, à voir => ici.

Un autre document à consulter par => ici, et pour les touristes pressés, une présentation plus courte vous ouvrira d’autres horizons 😉

Bonnes visites à vous !

Read Full Post »

Alors que le retour à un accès à la culture me semble bien compromis, surtout après les dernières manifestations passablement désordonnées (celle de St-Céré entre autres, avec peu de gestes barrière et des masques sous le nez) et la récente bavure de Mme Bachelot qui fut, avant d’être en charge de la Culture, ministre de la Santé et des Sports entre 2007 et 2010, bévue d’autant plus incompréhensible qu’elle est titulaire d’un diplôme de pharmacien (elle a beaucoup de chance que Michel Sardou le prenne avec philosophie), on me signale un site officiel polonais NINATEKA qui organise cette semaine son deuxième festival du film français avec 9 titres (accès gratuit et films sous-titrés en polonais) mais s’ils ne sont pas visibles en France, on peut toujours y découvrir quelques pépites dans les films d’animation dont la compréhension reste possible si l’on ne parle pas la langue…

Exemple, les 3 aventures du => chaton Philémon, pour les enfants certes, mais pas que, puisque les décors reconstituent fidèlement l’habitat traditionnel pratiquement disparu.

Par contre, ils n’ont pas à leur catalogue le film d’action qui vous permet de visiter, et sans les patins obligatoires, le château à la Dame blanche (qui descend la nuit de son portrait pour hanter la bâtisse) de Kórnik, j’ai nommé „Gdzie jest trzeci król?” (Où est le troisième roi ?) dont j’ai déjà sûrement mis le lien YouTube il y a quelques temps années 😉

Pour qui serait tenté par la visite (j’y suis allée en 2006 -patins obligatoires sur les parquets- et j’avais été fascinée par une Bible retranscrite en 12 langues dont le français sur 2 pages à chaque fois, mais photographie interdite), ne vous en privez surtout pas, l’intrigue est facile à suivre !

Le Syndicat, une bande de criminels internationaux menée par Gruber essaye de voler une toile de valeur (le portrait d’un souverain médiéval) à l’intérieur du mystérieux musée de Bory (château de Kórnik), le commissaire Didot d’Interpol et la milice polonaise les pourchassent. Afin d’éviter le vol, deux agents du siège principal de la police, le capitaine Stefan Berent et le lieutenant Katarzyna Rogalska, sont envoyés au musée incognito, leur tâche est de remplacer l’original par une copie. Mais un échange a été déjà fait et ils se retrouvent face au cadavre du conservateur du musée, Janas, tué par un carreau d’arbalète…

Ont joué dans => le film :

Andrzej Łapicki : Capitaine Stefan Berent, Alicja Wyszyńska : lieutenant Katarzyna Rogalska, Adam Pawlikowski : Commissaire Didot d’Interpol
Tadeusz Kondrat : Władysław Janas, conservateur du musée, Ryszard Pietruski : Karol Wilczkiewicz, adjoint de Janas, Maria Wachowiak : Wanda Szczęśniak, secrétaire de Janas
Wieńczysław Gliński : professeur Gawroński, historien, Franciszek Pieczka : Marczak, conservateur de peintures
Kalina Jędrusik : Małgorzata Sadecka, restauratrice de peintures, Wojciech Pokora : Zientara, restaurateur de peintures, Zbigniew Józefowicz : capitaine Półtorak, associé de Berent, Leon Pietraszkiewicz : Colonel Wala, chef de Berent, Zbigniew Płoszaj : policier

La première mondiale a eu lieu à Kórnik le 19 janvier 1967, soit un jour avant les cinémas de Varsovie suite à une intervention du ministère de la Culture à la demande de la directrice (de l’époque) du cinéma de la ville, Wanda Mikołajczak.

Soyez prudents ! ♥

Read Full Post »

Pas de panique, ce n’est pas parce que je n’ai rien écrit depuis 10 jours qu’il faut s’inquiéter, je médite sur le Déluge de la Bible et me demande si la pluie avait été continuelle pendant les 40 jours ou s’il y avait eu quelques accalmies ? Il est vrai qu’avec ce qu’il nous est tombé sur la tête on aurait parfois pu croire à un « remake » 😉

Après avoir vu un journal télévisé avec les bateaux libérés par la crue du Lot au port de Douelle qui se sont encastrés à Fumel contre les murs du barrage hydroélectrique, on m’a même téléphoné pour savoir si j’avais les pieds dans l’eau… mais, en son temps, j’avais préféré mon confort personnel un peu en hauteur à la splendide vue des couchers de soleil sur la rivière, car je n’avais pas la canne à pêche pour attraper mon déjeuner par la fenêtre du salon ni de lit équipé de rames pour parer à toute éventualité 😉

Quelques photos prises alors que la décrue était déjà amorcée (j’attendais le colis de mes cartouches d’encre et ne voulais pas rater le transporteur dont la situation sanitaire rend difficile la qualité de vie), mais cela n’a pas dû sécher, parce que depuis, de l’eau nous a encore rincés 😉

Couvre-feu à 18h toujours en vigueur et activités culturelles à l’arrêt, voyages compliqués, je vous propose une évasion vers un site visité en 2006, où nous n’avions certes pas eu les tenues pour ramper, mais où nous pouvions encore faire des photos (sans flash) gratuitement 😉

Plongez donc (pour une visite participative dont j’ignore si elle était proposée en 2006, suivie d’une visite touristique) dans les mines de sel de Wieliczka (Pologne), patrimoine mondial de l’humanité, à une quinzaine de kilomètres de Cracovie…

Prenez soin de vous ! ♥

Read Full Post »

… une époque que l’on a un peu oubliée chez nous…

… celle où la solidarité dans le village était la norme et avait encore tout son sens, voici La campagne française en 1950, comme si vous y étiez, le beau témoignage de Jean-Christophe Laforge, merci à lui !

Read Full Post »

Que l’on me pardonne, les images sont celles de ceux qui ont vécu à Beyrouth la récente catastrophe, je n’y étais pas… mais je déplore une perte, certes sans commune mesure avec le bilan en vies humaines (les chiffres des morts et blessés ne cessent d’augmenter) pas plus qu’avec le coût des reconstructions urgentes (des infrastructures indispensables à la vie quotidienne), celle des bâtiments anciens qui faisaient tout le charme de cette capitale levantine.

sursock1

(Source de l’image : Images d’Orient)

Cette bâtisse construite entre 1830 et 1850, avec des vitraux de 1912, résidence d’une famille de philanthropes, a vu ses verrières s’envoler (lire le reportage de Georges Boustany), tout comme celles d’autres maisons illustres du quartier.

sursock2

(Source de l’image : L’Orient-Le Jour)

La façade est désormais aveugle, le patrimoine ancien se raréfie et les Beyrouthins menés par des officiers à la retraite ont, en début d’après-midi, manifesté leur colère dans le centre ville, au départ de la place des Martyrs, et tenté de prendre d’assaut (dans la soirée) le Ministère de l’Énergie… armée et forces de sécurité sont toujours déployées.

Ceux, qui après la guerre civile (1975-1990), voulaient reconstruire une capitale ultra-moderne, de verre et de béton, vont pouvoir remonter au créneau puisque de l’ancien qui avait vaillamment résisté à la guerre (mais pas au souffle de la dernière explosion) est tombé, mais avec quels matériaux cette fois ?

 

Read Full Post »

En Haute-Loire, la dentelle du Puy-en-Velay sous la houlette de Mme Fouriscot était la référence, fortement concurrencée par celle de Brioude où officiait Mme Arpin (†), les querelles incessantes entre ces deux personnalités fortes, heureusement géographiquement séparées par la largeur du département, alimentaient d’ailleurs les discussions dans toutes les réunions de dentellières. À ces deux centres réputés il faut adjoindre le petit dernier qui s’est fait sa place au soleil avec son Musée des Manufactures 😉

Voici les explications sur une résurrection par Magali Delorme qui fait le lien entre la vraie dentelle manuelle défendue par ses aînées, au Puy et à Brioude, et la dentelle mécanique à l’origine du déclin de la production manuelle.

En France, la dentelle mécanique a connu de très beaux jours (vidéo) à Calais et Caudry après l’importation (pour la petite histoire, en fraude) d’un premier métier à tulle, inventé en 1809 par John Heathcoat et perfectionné par John Leavers.

ricin2020

 

Read Full Post »

… et que ça ne choque personne 😉

C’est par le biais d’une recette du Savillum selon Caton l’Ancien, le gâteau au fromage de la Rome antique, que je suis tombée sur ces fous de la reconstitution historique 😉

Tout y est, les costumes, les coutumes, les objets, la cuisine et les boissons, l’histoire, les légions et leur façon de se déplacer, les jeux, et plus encore…

… mais point trop de latin 😉

Ce n’est pas mieux en Italie… avec Verdi et son Nabucco en fond sonore, mais par contre j’ai bien aimé la toge 😉

Je vais aller goûter mon gâteau, cuit dans un plat chinois en terre muni de son couvercle, et grâce aux bienfaits de la fée électricité… parce que, si j’ai bien le feu de bois, je n’ai pas le four.

 

 

 

Read Full Post »

Plus que quelques jours…

… pour aller voir, si vous êtes de passage ou résident dans les Hauts-de-France, l’exposition consacrée à la peinture polonaise (entre 1840 et 1918) au Musée du Louve-Lens.

Pour en savoir plus, une présentation-conférence par Luc Piralla, directeur adjoint du musée, est en ligne :

Merci pour cet éclairage sur l’Histoire polonaise et ses petites histoires… et voici, pour les moins concernés la version courte 😉

Bonnes visites !

louvrelens

Quelques temps encore, puisque jusqu’au 30 mars, par contre pour l’exposition gratuite des photographies de Kasimir Zgorecki (1904-1980) consacrée à la « Petite Pologne » 1924-1939, la diaspora polonaise du bassin minier du Pas-de-Calais, à découvrir au Pavillon de verre du Louvre-Lens. Plus de détails dans la vidéo de présentation de FranceTVInfo.

Kasimir

Read Full Post »

Comme c’est encore l’été et que tous les actifs n’ont pas encore repris leurs activités je vous propose une sortie au bord du Lot pendant la Guerre de Cent Ans.

Il ne faut pas bronzer idiot 🙂

 

 

 

Read Full Post »

… ou les chaises musicales, alors que Dom Robert s’est invité pour l’été sur les hauteurs de Saint-Céré, c’est le canevas « Les hommes bleus » dont le thème est le retour de la chasse, brodé par Marthe Hennebert, la première épouse de Jean Lurçat, qui a été prêté par l’atelier-musée des Tours de Saint-Laurent au Centre culturel et artistique Jean Lurçat d’Aubusson dont l’entrée est couplée à celle de la Cité internationale de la tapisserie pour l’exposition inédite Premières de cordée

lurcat

(source de l’image : La Dépêche)

… consacrée aux tapisseries brodées par les femmes du premier cercle (mère, épouse, sœur) d’artistes séduits par l’esthétique de la tapisserie médiévale mais n’ayant pas les moyens de s’offrir les services des lissiers, héritage royal, des manufactures d’État ou des ateliers privés, entre 1880 et 1950, dames intimes qui ont été les petites mains à l’origine du renouveau de la tapisserie de lisse au XXème siècle (souvent haute pour les tapis et basse pour les tapisseries).

L’interview de Bruno Ythier, Conservateur de la Cité de la tapisserie.

premierescordée

Sachez-le : Vacances dans la Creuse = vacances heureuses ! 😉

Read Full Post »

Older Posts »