Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Musique et Danse’ Category

Pour la musique je ne suis pas convaincue, normal ce n’est pas ma madeleine de Proust et encore moins ma tasse de thé, mais pour les paroles, il y a de la profondeur dans l’air car Eddy de Pretto est à la fois auteur-compositeur-interprète et aussi acteur… de quoi rassurer ses parents sur son avenir peu conforme à leurs désirs !

La tenue de scène ne m’attire pas mais fait peut-être partie du rappeur, par contre le texte est totalement éclairé par l’interview accordée à Léa Salamé.

Si vous vouliez le voir au Bikini à Toulouse le 22 novembre c’est déjà complet !

Publicités

Read Full Post »

Il fallait s’y attendre, Jacques Higelin était depuis longtemps fatigué… et c’est arrivé hier !

Pars, surtout ne te retourne pas
Pars, fais ce que tu dois faire sans moi
Quoi qu’il arrive je serai toujours avec toi
Alors pars et surtout ne te retourne pas !

Oh pars… mais l’enfant
L’enfant il est là

 Il est avec moi
C’est drôle quand il joue
Il est comme toi, impatient
Il a du cœur, il aime la vie
Et la mort ne lui fait pas peur.
Alors pars
Surtout ne te retourne pas
Oh pars !
Mais qu’est ce que t’as ?
Oh pars… et surtout reviens-moi !

Read Full Post »

Fairuz restera toujours Fairuz, même si en 2011 on est très loin de sa voix de 1967 quand elle a enregistré l’album Good Friday : Eastern Sacred Songs, elle a quand même de très beaux restes et l’on n’évoque pas l’âge des dames !

Autre chose, ne me demandez pas pourquoi, car je l’ignore, mais c’est le jour où il faut semer son persil, il sera florissant !

Read Full Post »

La première gagnante du Grand Prix, la Suissesse Lys Assia qui interprétait Refrain, s’est éteinte à l’âge vénérable de 94 ans. RIP.

C’était une autre époque !

 

Read Full Post »

C’est chouette, nous sommes en heure d’été selon le petit pavé, en bas à droite de mon écran, mais… le temps, lui, est toujours hivernal !

Prendre mon temps, je sais faire, il passe toujours trop vite, et encore plus s’il me faut avancer la pendule d’une heure !

Jacques Higelin qui, lui aussi, compte son temps ne me sera d’aucune utilité pour gérer employer mon temps libre !

Heure d’été, c’est fait pour le bas de la maison, mais je crois qu’en haut je vais rester à l’heure d’hiver ! D’ailleurs le chat trouve aujourd’hui qu’on est bien mieux sur la couette plutôt qu’à surveiller les pigeons au jardin.

 

 

Read Full Post »

… d’une autre époque (XXème siècle et XVIIIème arrondissement) selon Jacques Higelin, la face B de l’album Crabouif, sorti en 1971, label Saravah, influence Brigitte Fontaine, d’ailleurs Areski était présent pour ce délire sympathique, avant que Jacques (dit Crabouif) ne devienne le grand Higelin sans prénom.

Read Full Post »

Un Irlandais entre dans un bar de Dublin, commande trois pintes de Guinness et s’assied au fond de la pièce, buvant à tour de rôle une gorgée dans chaque verre. Quand il a fini, il revient au bar et en commande trois autres.

Le barman lui dit : « Vous savez, une pinte devient plate après avoir été tirée, elle aurait meilleur goût si vous n’en achetiez qu’une à la fois ».

L’Irlandais répond : « Eh bien, voyez-vous, j’ai deux frères : l’un est en Amérique, l’autre en Australie, et je suis ici à Dublin. Quand nous avons quitté la maison, nous avons promis de boire de cette façon en souvenir des jours où nous buvions ensemble ». Le barman admet que c’est une belle coutume, et le laisse faire.

Il devient un habitué du bar et boit toujours de la même manière. Un jour, il entre et ne commande que deux pintes. Tous les autres habitués le remarquent et se taisent.

Quand il revient au bar pour le deuxième tour, le barman dit : « Je ne veux pas empiéter sur votre chagrin, seulement vous offrir mes condoléances pour votre grande perte ».

L’Irlandais a l’air confus un moment, puis une lueur apparaît dans ses yeux et il rit : « Oh non, mes frères vont bien, je viens juste d’arrêter de boire ».

Bonne Saint Patrick à tous les Irlandais partout dans le monde, nationaux, d’origine ou simplement de cœur !

irlmulticolor

 

Read Full Post »

… surprenantes (lire l’article de La Dépêche), mais il est vrai que quelquefois je ne suis pas bien pensante 😆

Elaeudanla teïteïa de Serge Gainsbourg

Eh Toto de Boby Lapointe, toujours apprise dans les collèges

Le vieux Léon de Georges Brassens

Johnny, tu n’es pas un ange d’Edith Piaf

… plagiée à la même époque en anglais par Les Paul pour Mary Ford (Johnny is the boy for me)

… dont l’original Sanie cu zurgălăi est un grand classique de Roumanie datant des années 30, ici par Maria Lătăreţu :

… toujours interprété de nos jours avec plus ou moins de bonheur

 

Read Full Post »

… mise à l’honneur dans Omaya III, extrait de l’album Ascensions qui allie le saxophone d’Archie Shepp et l’univers de David Babin, dit BabX, au piano et au chant, avec Bastien Burger à la basse (et Dorothée Munyaneza au chant, Frédéric Jean à la batterie dans les autres morceaux de la trilogie Omaya) : enregistré le 19 décembre 2016 au Studio 105 de la Maison de la Radio.

Omaya Al-Jbara, une conteuse irakienne charismatique et engagée, conseillère pour les affaires sociales, qui aimait aimait la poésie, les beaux tissus et les bijoux, n’avait pas hésité à prendre les armes en 2014 pour défendre Al-Alam, sa ville, au péril de sa vie, contre l’invasion de Daech.

Omaya repose sous le mandarinier,
Omaya repose sous le mandarinier,
Sans peurs, repose,
Une tache au cœur comme,
Une tache au cœur comme,
Un bouton de rose.

Read Full Post »

Un air de paradis

Ce fut, pour moi, une soirée magique et mémorable, en mai 2001, au Cirque d’hiver de Paris…

Omkara, la première syllabe prononcée par Shiva lorsqu’il créa le monde en dansant, ou l’incroyable rencontre entre virtuosité et technique, l’orient et l’occident, le raga et le chant classique, la musique et la danse avec Raghunath Manet à la veena (le très ancien luth de l’Inde du Sud) et à la danse, Murugan aux percussions, la soprano Caroline Casadesus et Didier Lockwood, son mari à l’époque, aux violon, flûte et trompette.

Après avoir fait le bonheur des spectateurs, Didier Lockwood qui avait fait ses classes avec Christian Vander au sein du groupe Magma, est parti trop tôt faire celui des anges. Respect Maestro !

Fusion, improvisation avec Didier Lockwood, Jannick Top, Christian Vander et Benoît Widemann était sorti en 1981, là, il s’agit du concert anniversaire au Théâtre du Châtelet en 2013.

Read Full Post »

Older Posts »