Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Nourritures’ Category

Cette année, je ne suis pas allée voir si les employés municipaux avaient tondu les orchidées sauvages avant (comme ils le font régulièrement) ou après (comme ils devraient le faire) leur floraison… et me suis contentée de quelques observations sur une prairie sèche amie à deux pas de chez moi ! 😉

Pour tous les amoureux de ces belles sauvages, sachez que le Parc naturel régional des Causses du Quercy, assisté par la Société Française d’Orchidophilie et la Société des Naturalistes du Lot ont fait paraître, en 2020, avec le concours financier de la région Occitanie, un bel Atlas des Orchidées du Lot…

… que l’on peut aussi, si on le souhaite, acquérir directement sur le site du parc => ici ! 😉

Ceux qui préfèrent ce que l’on voit bouger autrement qu’avec l’aide du vent, et veulent tout savoir sur la nuit dans le parc et nos chauves-souris, trouveront aussi les 2 nouveaux livrets, sortis en juin 2021, à voir (et télécharger) => par ici… merci !

Pour accompagner le tout, je vous propose un plat d’été à base de courgette, oeuf et ricotta (à visionner directement sur YouTube), idéal pour l’apéritif sur la terrasse ! Si vous n’avez pas d’aneth, pas de panique, de la menthe fraîche, de la marjolaine, du thym ou ce que vous avez… cela marche très bien aussi 😉

Read Full Post »

Alors que nous manquons cruellement de commerces de base, style une vraie boucherie (le local de celui qui venait d’ouvrir depuis un mois quand je suis arrivée au village et a fermé en mars 2018, est toujours disponible même si tout le matériel a été vendu), un pâtissier qui ferait de vrais gâteaux, un boulanger qui se dispenserait des additifs dans son pain, une supérette qui nous vendrait des produits locaux, on ne parle pas de vêtements, ni de chaussures (on a un minimum de choix entre la jardinerie et le pas supermarché), une nouvelle boutique vient de s’installer dans le local de l’ancien magasin d’électroménager, devenu ensuite réserve de celui du village voisin puis, après un temps de vacance, atelier de sérigraphie-imprimerie de publicité et autre signalétique.

Un commerce essentiel, qui nous faisait défaut est donc arrivé, et il bénéficierait de certains appuis parce qu’en 15 jours, le libre stationnement est devenu interdit devant l’entrée des marchandises et réglementé (limité à 15 minutes) devant celle du public, il ne va pas falloir traîner dans les rayons de notre nouvelle Échoppe Bien-Être !

La question est, combien de temps aurons-nous pour nous consoler (de l’absence de produits de bouche corrects) avec des gadgets ésotériques pas franchement indispensables ? Un an, deux ans, plus ? Est-ce une vitrine physique pour un commerce en ligne qui rendra l’enseigne pérenne ? Mystère !

Il est vrai qu’en temps de crise nous avons grand besoin de charlatans pour nous dire de quoi demain sera fait ! 😉

Read Full Post »

Un énorme titre choc dans La Dépêche de ce matin :

Certes, beaucoup de voix s’élèvent pour nous alerter sur le fait que le sucre est une drogue dure et un véritable poison… mais qu’il soit en plus cancérigène (ce serait, en fait, juste l’additif du sucre spécial pour confitures et gelées), alors là, c’est carton plein !

Mais c’est limiter à un mono-produit les risques réels encourus en faisant ses courses au supermarché, où, d’une manière générale, tout ce qui est produit sur les chaînes industrielles de l’agroalimentaire est susceptible, un jour ou l’autre, d’être nocif pour l’acheteur.

Un petit tour sur le site officiel => Rappel consommateur, et vous serez édifiés par la variété des motifs des retraits de multiples produits !

Méfiance donc, aussi pour les circuits courts que l’on essaie de privilégier pour contrer les dangereuses dérives de la grande distribution, car s’il faut bien manger pour vivre, il peut arriver n’importe quel incident (sans aller jusqu’à l’accident) dans le processus de fabrication de la bonne idée commercialisée, et ce, même en vrai bio (on ne parle pas, bien sûr, du « bio » suspect de la grande surface traditionnelle) !

Mise à jour de 24 juin :

Aujourd’hui retrait de fromages Rocamadour, AOP typique du département (pour une contamination à la bactérie Escherichia coli) dont les enseignes utilisent la production d’une laiterie au nom local mais industrielle (que les Lotois évitent généralement en lisant l’étiquette) qui ne produit que pour eux, vendus par 3 dans une barquette en bois filmée à la machine, en voulant nous faire croire qu’il s’agit de fromages artisanaux (cible visée, les touristes qui ne fréquentent pas les marchés), les méchantes langues pensent tout de suite à l’épandage sur la zone de production des lisiers résiduels de nos méthaniseurs neufs et déjà défaillants et j’ajouterai aussi quelques modifications à la baisse du cahier des charges comme l’autorisation d’utiliser du fourrage non produit sur la zone AOP, peut-être ?

Les commentaires de l’article de La Dépêche volent très bas mais disent bien que notre société de consommation est vraiment malade !

Read Full Post »

C’est avec une grande curiosité que j’ai visionné cette vidéo surprenante du 23 mai, où l’on voit un humain nourrir (pour la deuxième fois) des cigogneaux orphelins au nid…

J’ignore absolument si les 2 humains qui se relaient auront la constance de grimper plusieurs fois (au moins 2 fois) par jour pour pallier à l’absence de la mère qui s’est électrocutée sur une ligne à haute tension, et leur apporter les soins attentifs nécessaires sur le long terme avec l’aide du seul père dont je me demande quelle sera la réaction (elle pourrait bien nous surprendre).

La présence des 2 parents est normalement indispensable pour nourrir et éduquer les oisillons. En général si l’un des parents disparaît, la couvée se solde par un échec, le parent survivant ne pouvant assumer seul la protection des petits au nid et la quête de la nourriture adéquate, dans le cas des cigognes ils sont euthanasiés par précipitation hors de la plateforme (ce qui arrive souvent au plus petit même si les 2 parents sont présents quand la nourriture se fait rare si la météo est trop mauvaise)… wait and see !

La webcam live de ce nid (à Mladé Buky, en Tchéquie) est => ici.

Le plus jeune (et donc malingre) a été précipité hors du nid le 28 mai pour donner aux plus grands toutes leurs chances d’arriver à être prêts pour une migration début août prochain ?

Read Full Post »

C’est une découverte très récente dont, depuis que j’ai lancé mon propre levain (eau + farine de seigle complète, voir => ici) pour ne plus être tributaire ou pénalisée par les pénuries de levure boulangère au pas super-market local, je vais forcément très certainement adapter le concept signé des Ambassadeurs du Pain à ma méthode de panification domestique…

Bon, je n’oblige absolument personne à visionner les 2h15 de formation (personnellement je suis très intéressée), pour les plus pressés d’entre nous, la vidéo suivante de la chaîne de Fabrice Cottez suffira pour en comprendre le principe 😉

J’avoue d’ailleurs m’en être très fortement inspirée pour mon pain au levain n°7 (à la farine de petit épeautre) juste mélangé hier soir et cuit 12h après, alors que je laisse habituellement fermenter mes pâtes 24h dont les 2/3 au réfrigérateur.

Entre pain n°6 au persil frais haché et n°7, il y a eu un pain mixte (levain + levure) que je viens d’achever de tartiner de betterave crue râpée au fromage frais de chèvre et à l’ail, qui me conforte dans mon idée que la levure c’est peut-être bon dans la bière mais que le pain au seul levain est autrement bon ! 😉

Et je suis très (un peu quand même) étonnée de constater qu’alors que je n’achète de pain chez le boulanger, que quand il y a du monde à la maison, et pratiquement plus jamais pour moi seule parce qu’hormis le pain à l’ancienne à la coupe, assez rare à la vente, je ne prends aucun plaisir à manger l’ordinaire proposé, je me surprends à aimer mon pain au levain-maison et farines non industrielles, et, malgré la difficulté d’obtenir un résultat presque professionnel dans un four ménager pas prévu pour la cuisson du pain, d’y retrouver le goût du bon pain d’autrefois (quand j’étais enfant !!!).

Alors, les grignes de mon pain ne seront jamais bien ouvertes et la croûte jamais assez brillante parce qu’il m’est impossible de m’offrir un four boulanger à vapeur dans une cuisine prévue pour réchauffer des plats au micro-ondes… mais puisque j’ai le goût (que le pain aux farines industrielles de la grande majorité de nos boulangers n’a plus), vive le pain au levain, même imparfait !

PS. : le gros stock périmé de farine polonaise T450 (voir => ici) a enfin été retiré de la vente et remplacé par un stock aussi conséquent de farine T45 dont je n’ai pas l’usage… et comme ils n’ont pas de vraie farine, je me fournis ailleurs 😉

Read Full Post »

Samedi dernier, j’ai ramené à la bibliothèque les 3 livres empruntés, parmi lesquels un livre du prix Nobel de littérature 2018, Olga Nawoja Tokarczuk (découverte en 2018 avec Les livres de Jakób), intitulé Sur les ossements des morts (Prowadź swój pług przez kości umarłych) une énigme criminelle et moralisatrice dont j’avais déjà vu le film de 2017 Pokot (Spoor) signé Agnieszka Holland, ce qui fait que la seule surprise à la lecture fut, pour moi, en haut de la page 270, la recette de la => soupe à la moutarde 😉

C’est là qu’a commencé mon voyage culinaire, puisque d’une recette à l’autre, je suis arrivée à cette soupe de Noël belge wallonne (de Theux, province de Liège) dont voici la copie d’écran des ingrédients nécessaires…

… et dont le mode opératoire, issu du magazine télévisé de 1982 Vieilles casseroles et bonnes recettes a été mis en ligne, après numérisation, par la SONUMA => il est visible ici. Merci à eux !

Read Full Post »

Cela suppose un jardin d’Eden où il fait toujours beau, et bien sûr, des produits de qualité que l’on ne trouve pas au (pas) supermarket local et les bons outils… voici Georgy Kavkaz dans ses oeuvres, j’adore le bruitage du dindon et son chat crème aux yeux bleus 😉

Sa vidéo sur les viandes grillées où il enchaîne les préparations (je me suis arrêtée aux rognons) m’a laissée sur le c.. et c’est sans doute à cause d’elle que j’ai plié mon gigot de Pâques en moins d’une semaine !!!

Ailleurs, entre Mer Noire et Mer Caspienne, quand les femmes s’en mêlent, c’est le mouton entier qui est cuit en plein air après un déménagement de la cuisine…

… vous prendrez bien un petit thé safran-mélisse ?

Pardon pour les confinés en appartement de ville sans même un balconnet et pour tous les végétariens de passage, il faut que je retourne surveiller ma cuisson des blinis au levain rejeté 😉

Prenez soin de vous ! ♥

Read Full Post »

Non, pour l’agneau de Pâques c’est confit, même s’il est confiné dans une cocotte en fonte ! 😉

Attention, la recette qui va suivre n’est absolument pas prévue pour les herbivores végétariens, mais juste pour celles et ceux qui ne le sont qu’un jour sur deux 😉

Bien évidemment, chaque chef a sa recette du très classique « agneau à la cuillère« , dit aussi « agneau de 7 heures« , que je n’ai jamais réalisé parce que je ne suis pas sûre que le gigot rentre dans ma cocotte pour la choucroute, et que celle-ci, avec son couvercle, ne rentre qu’avec difficulté dans mon four, mais, dans ma recette de cuisson du gigot au four, en basse température (près de 4h à 80°C), je rajouterai de l’ail…

Pour des recettes typiquement occitanes voir => ici 😉

Prendre soin de soi c’est aussi se faire plaisir dans sa cuisine et son assiette ! 😉

Read Full Post »

Déjà, rien que d’écrire le mot et j’en ai presque mal à la tête…

Pourtant, la dernière journée mondiale de la manie de remettre toute action (ou décision) au lendemain était le 25 mars, et, alors que cela fait des années que je dis que je vais faire mon levain-maison pour pallier à l’absence de levure fraîche de boulanger au (pas super) market local (je ne vais quand même pas aller en mendier chez le boulanger, sous-entendu je n’achèterai plus du pain parce que je vais le faire moi-même), le 14 mars j’avais pesé de l’eau et de la farine de seigle pour me lancer dans l’aventure après avoir étudié des tonnes de documentation et visionné bon nombre de vidéos !

Onze jours plus tard, soit le 25 mars je cuisais mon premier pain au levain tout bio dans mon four ménager et j’ai eu beaucoup de mal à le laisser refroidir sur sa grille, avant d’en couper une tranche 😉

Comme quoi, dans une vie, tout est possible ! Certes, il serait mieux sorti s’il avait été cuit dans un four professionnel à la sole en pierre, doté de la fonction « vapeur » et montant en température jusqu’à 250°C, mais pour mon premier au levain, je l’ai célébré et savouré comme il se doit, avec une fine couche de beurre (euh, pas maison, le beurre, mais c’est très facile à faire) et j’ai même ouvert un pot de confiture d’abricot de juillet 2020 !

Et comme il touche à sa fin, j’ai ressorti le bocal du réfrigérateur pour nourrir mon levain-chef et préparer le pain suivant 😉

Ce qu’il y a de bien, c’est que la quantité de levain obtenue est exponentielle et que l’on se retrouve avec un surplus de matière vivante à utiliser, dont les « so british » crumpets pour lesquels je vous propose la recette originale de Culinary Exploration (merci à lui)…

… toutefois, comme je n’ai pas les cercles pour leur donner de la hauteur, je les ai faits en pancakes à l’américaine (et parfumés à la livèche confite) pour mon petit déjeuner et prévois de transformer les suivants en pizzas expérimentales 😉

Prenez soin de vous, pour le plaisir, une image des iris et pivoines d’un jardin secret dont je ne peux voir que la bordure sur la rue, et seulement d’en bas… ♥

Read Full Post »

Avec le roi des fainéants au jardin, j’ai nommé Didier Helmestetter qui ne travaille pas sa terre et plante des légumes directement dans du foin, un autre jardinier permaculteur a, pour d’autres raisons, toutes mes faveurs jardinesques, c’est Damien Decarz dont j’ai sûrement déjà parlé, ici ou dans l’onglet jardin.

Lui, n’est pas en Alsace, il a quitté une première expérience avec la Graine indocile au jardin du Grand Jas, à Bras, dans le midi pour la Corrèze et, si j’en crois la date de la vidéo il y ferait pousser de la vigne… avec une production que, alors que je vis au milieu du vignoble de Cahors, mon unique cep, en place depuis au moins 5 ans, est loin d’égaler, j’ai dû rater quelque chose ! 😉

Je vais étudier la question avec beaucoup d’attention, de façon à corriger mes erreurs ! 😉

Read Full Post »

Older Posts »