Geneviève

Connue pour avoir, en son temps (451), sauvé Paris des Huns d’Attila. Elle est devenue la patronne de la ville, ainsi que celle des gendarmes, et repose à deux pas du Panthéon et de la bibliothèque qui porte son nom, en l’église Saint-Étienne-du-Mont.

Je comprends, à quelques imprécisions, que l’on n’ait pas laissé l’équipe de cette dame filmer l’intérieur. Pour qui voudrait en faire la visite virtuelle, je suggère cette vidéo où les détails illustrent au mieux la splendeur de l’édifice. Un jour, peut-être, je chercherai les rares clichés argentiques que j’ai pu en faire, je dis bien rares, parce qu’une fois à l’intérieur j’oubliais généralement pour quelle raison j’étais venue.

Quelques dames portant ce prénom sont devenues célèbres, dont une Mme de avec un chapeau et parfois un langage qui jure un peu avec la classe dont elle se voudrait une digne représentante. 😉

Au gui l’an neuf…

Avec cette pendule traditionnelle qui venait d’égrener les 12 coups tant attendus et après les 2 ou 3 pétards d’irréductibles voulant marquer de façon lumineuse et sonore, depuis leur balcon, le passage en 2022 malgré l’interdiction…

(Source de l’image : puzzle => Happy New Year!)

… voici mes vœux pour la nouvelle année avec une une vieille photo de 2012, prise sur les rives de la Loire, dans le Saumurois, parce que je n’en ai pas chez moi. C’est une plante parasite qui ne pousse ni partout (au bord du Lot, on voit plus souvent des nids de frelons), ni sur toutes des essences. Vu les circonstances actuelles, je n’embrasserai de toute façon personne sous un de ces bouquets vendus pour l’occasion ! 😉

La tradition, elle, remonterait à la lointaine époque gauloise, je n’ai pas la serpe en or d’un éventuel druide de ma famille dont je n’ai pas hérité (ni la scie ébrancheuse d’ailleurs), et n’avais pas, le jour où je l’ai photographié, le drap pour éviter qu’il ne touche le sol en tombant et perde, si par malchance il l’avait fait, tous ses pouvoirs magiques. 😉

Le bouquet dans sa maison représenterait le renouveau ou, par la suite, un engagement de mariage pour les amoureux et il porterait bonheur comme le muguet du 1er mai, alors recevez mes meilleurs vœux de santé, bonheur et prospérité pour cette nouvelle année ! ♥

La vie de la forêt

Au royaume des champignons, de très belles images de tout ce qui peut bouger autour d’eux ! 😉

Pour en savoir plus, l’atlas des champignons que l’on peut trouver sur place et, pour qui aime les oiseaux de la forêt, c’est par ici avec les nids et leurs habitants, avec plein d’autres sur la chaîne Echa Leśne ! 😉

À vos chaussures de marche ! ♥

Avis de recherche

Cerf élaphe cherche bois perdu… suite à la disparition duquel un certain déséquilibre dans mon port de tête risque de provoquer un torticolis. En cas de découverte, me contacter à Saaremaa, quelque part sur mon île, en Estonie !

Offre d’objet décoratif : si vous avez ramassé mon bois perdu et voulez le conserver, c’est possible, mais… sachez qu’il vous faudra peut-être attendre jusqu’en février pour avoir la paire ! 😉

Ces images sont des copies d’écran de la webcam => Hirvekaamera Saaremaal : (Cervus elaphus), appartenant à la chaîne de la forêt domaniale Riigimets. Belles observations à vous ! ♥

Santa Claus Village : il y faisait -5°C

… le jour où j’ai fait l’instantané et préparé ce billet, mais, où donc ? Chez le vrai Père Noël, à Rovaniemi, en Finlande, bien sûr ! 😉

Là où il faut aller avec ses enfants, pour y trouver l’emplacement de la webcam diffusée en direct, appeler les grands-parents qui gardent le chien, le chat ou même simplement la maison, et leur faire en direct un petit coucou de la main ! Comme c’est beau la technique ! 😉

(Source de la copie d’écran : Santa Claus Village)

Mais, tout comme à la station de ski de Kittilä (à 150 km plus au nord) où j’étais il y a quelques jours… je n’ai pas vu les rennes ! Et pour cause ! 😉

Là… roulement de tambour, je vais casser le mythe et mettre fin à quelques illusions, les rennes du Père Noël passent à la casserole (tout comme les bisons de Pologne) et le succès grandissant de cette viande, plus saine que celle de nos élevages classiques, hors leurs frontières où sa consommation est traditionnelle, commençait à inquiéter les Finlandais déjà en 2013.

Alors… chapon, dinde, oie, chevreuil, bison ou renne, qu’avez-vous prévu à votre menu ?

Bon dimanche à vous ! ♥

Chez le Père Noël…

Les rennes auraient-ils été définitivement remplacés par des automobiles équipées de pneus prévus pour la neige ?

(Source de la copie d’écran : webcam => Zero Point Levi Finland)

Mais non, bien sûr, je blague ! 😉

C’est un morceau d’image emprunté à une webcam finlandaise que je viens de découvrir, et comme je trouvais que le décor de cette station de ski à Kittilä, (à 100km au nord du cercle polaire arctique) faisait très carte de vœux, je n’ai pas pu résister à l’irrésistible envie de broder autour… un peu de la magie de Noël et de poésie dans ce monde où l’argent est roi ! 😉

L’herbe est-elle plus verte ailleurs ?

Telle est la question que je me pose en rentrant de mon voyage, par écran interposé, vers une destination que tous les dépliants touristiques nous dépeignent toujours comme paradisiaque…

Je ne connais presque rien de la Thaïlande et, mis à part les incompréhensibles notices du géant des meubles en kit, guère beaucoup plus sur la Suède, mais les destins croisés des protagonistes qui cachent de bien lourds secrets m’ont passionnée et j’attends de pied ferme la troisième saison ! 😉

(Source de l’image : SVT / 30 grader i februari )

Je vous entends trépigner d’impatience, quel est le message et de quoi nous parle-t-elle ?

Et bien, de cette série suédoise, découverte par hasard, alors que je croyais, en regardant le premier des 6 épisodes de Dérapages (adaptation du roman « Cadres noirs » de Pierre Lemaitre), avec un Éric Cantona plus vrai que nature, visionner une mini-série inédite et m’étais aperçue que ce n’était qu’une rediffusion, d’où la recherche d’un autre programme, inédit, cette fois !

Je vous avoue que l’image mise en avant par Arte ne m’inspirait pas du tout, mais l’intelligence de la mise en scène m’a rapidement fait oublier le parasol sur la plage ! 😉

Alors laissez-vous tenter ! Même à un épisode simplement par semaine, vous aurez largement le temps de vous laisser dépayser, les 2 saisons (chacune comportant 10 épisodes de 55 minutes) seront disponibles jusqu’en septembre 2022, et c’est par ici => 30 degrés en février.

(Source : Arte)

Webcam des bisons

Cela faisait quelques semaines que j’observais en vain cette caméra dans l’espoir d’en voir un (ou plusieurs), c’est chose faite, ils se sont rapprochés (et avec des petits) de la clairière où les forestiers du parc national de Białowieża leur donnent un supplément de nourriture chaque hiver 😉

(Copie d’écran de la webcam Żubry online)
Autres vidéos de la chaîne Lasy Państwowe qui diffuse parfois le live des bisons.

L’observation nocturne est rendue possible grâce à un éclairage infrarouge qu’ils ne perçoivent pas. Lorsque les températures seront plus basses, le roi de la forêt partagera éventuellement ses petites douceurs avec des cerfs et des sangliers de passage, en plus des nombreux autres petits animaux des alentours qui se laissent volontiers tenter par l’aubaine.

Pour mémoire, tout ou presque sur l’animal et la politique de sauvegarde de l’espèce par la Société internationale pour la protection du bison, créée en 1923.

D’autres renseignements sont disponibles directement sur le site lasy.gov.pl, à la page des forêts domaniales. Les éleveurs français (et oui, les animaux en surnombre, sont exportés) ont un site (Bisons de France) où ils sont répertoriés (y compris les vendeurs de viande, il ne faut pas se leurrer).

En plein jour, on y voit quand même mieux ! 🙂

Belles observations à vous !

Théodore

… ou le Don de Dieu. Je ne crois pas en avoir croisé un, un jour !

L’humaniste le plus réputé qui portait dignement ce prénom fut, Monsieur Monod (1902-2000), l’érudit scientifique, à la fois naturaliste, biologiste et explorateur, dont la vision de nos travers d’humains peu respectueux de notre planète n’a pas pris une ride et ne nous a malheureusement pas fait grandir d’un pouce 😦

Le chanteur Alain Souchon lui avait rendu un hommage en 2005 avec l’album Le vie Théodore.

Vendre sa fille…

Attention, le documentaire Sonita ou la valeur d’une vie, de Rokhsareh Ghaem Maghami, n’est disponible en replay sur Arte que jusqu’au 6 décembre.

Le rap n’est pas mon mode d’expression préféré, question de génération, mais je me dois de reconnaître que la pièce maîtresse du portrait de cette jeune fille (originaire d’Afghanistan qui veut devenir chanteuse en Iran où elle est réfugiée) en est ce clip poignant et fort bien réalisé 😉

Laisse-moi te dire quelque chose à l’oreille,
Que personne ne m’entende parler de la vente des filles,
Que personne n’entende, c’est contraire à la charia.
La femme doit se taire, c’est une tradition chez moi,
Mais moi, je crie pour rompre ce silence,
Je crie la profondeur de mes blessures,
Je crie un corps meurtri,
Un corps cassé sous vos transactions.
Je suis une enfant, je n’ai que quinze ans,
Mais les prétendants se succèdent à ma porte,
Vos coutumes m’écœurent.
Comment peut-on vendre une fille ?
Le problème du père est de nourrir sa famille,
Il va donner sa fille au plus offrant.
Si j’avais su que mes frais étaient comptés,
Mes bouchées de pain comptabilisées,
Je me serais retirée de la table,
Ou je me serais contentée de vos restes.
Nous sommes parquées dans notre maison,
Hors de la vue des gens, comme des moutons,
Et on entend sans cesse : il est temps de la vendre.
Je suis un humain, j’ai des yeux et des oreilles,
Avez-vous vu un mouton se plaindre de son sort,
Avez-vous vu un mouton pleurer ?
Je veux crier, je ne supporte plus le silence !
Enlevez vos mains, vous m’étranglez.
Vous ne me répondez pas,
Je me demande si je suis encore en vie,
Les mots me manquent, mon âme est pleine de doutes,
Un cadavre ressent-il encore les coups ?
Les filles doivent se taire, mais que faire pour prouver que j’existe ?
La fuite ou le suicide, c’est trop bête,
Mais que faire si on n’est pas protégée ?
Vous pouvez m’arracher les cheveux un à un,
Je résisterai pour que vous vous sentiez honteux.
Si le fait de me vendre vous rend heureux,
Alors je vais mentir : tout va bien !
Je fais bonne figure,
J’offre mon sourire contre votre souffrance, Il n’est stipulé nulle part dans le Coran
Que la femme doit être vendue.
Soyez heureux et laissez-moi en paix.
Je déteste le maquillage,
Aucun fard ne peut effacer les bleus sur un visage.
Même un mécréant ne ferait jamais ça.
C’est un supplice, je vous assure,
D’être dans les bras d’un homme qu’on ne connaît pas.

Traduction des paroles de Sonita Alizadeh en français : Kaveh Naddaf et Nathalie Girard pour Innervision