Détails

L’overdose de baies de Goji (Lycium barbarum), ce ne sera pas pour cette année, quelques fleurs isolées et rempotage avec un nouveau substrat à prévoir, les vendangeuses (Sternbergia lutea) bien situées commencent à fleurir, signe que les vendanges pourraient commencer, mais, mes 4 grains de raisin sont toujours aussi verts que les figues voisines qui tombent les unes après les autres, pas de confitures (5kg, l’an dernier au 15 août) ni de desserts en vue, une minuscule araignée, dont j’ignore le petit nom, dans les Echinacea purpurea dont la fleur, même en fin de course, reste agréable à regarder.

… et les nuits sont tellement fraîches que les fleurs des belles de nuit (Mirabilis jalapa) sont encore bien épanouies quand le soleil se lève 😉

Bonne semaine à vous, si l’heure de la rentrée a sonné (et aux autres aussi, cela va de soi), prenez soin de vous !

Me voilà bien marrie…

Vous avez pu remarquer que j’aime bien les certaines petites bestioles de mon jardin 😉

La dernière en date (voir => ici) était la belle argiope de la lavande de droite

argiope… dont je surveille quotidiennement la présence, et, si le 28 septembre au matin elle était encore bien en vue sur sa toile, l’après-midi elle avait disparu.

Le lendemain, au même endroit il y avait encore l’invitée surprise repérée la veille  mante3

… qui dormait l’abdomen bien marqué et la tête en bas. J’en ai déduit que ma huit-pattes préférée, malgré sa belle taille avait fini son existence dans l’estomac d’une redoutable carnassière, c’est la loi de la nature et je me suis résignée. Dans la journée j’ai trouvé une seconde mante, une brune cette fois, mante1

… se chauffant le ventre au soleil, puis une troisième au sol près de ma porte, verte à la taille de guêpe mante2

C’est Byzance, Noël avant l’heure, trois mantes religieuses le même jour ! Depuis 1985 où j’avais eu une mante qui avait hiverné dans mon salon quand j’avais rentré le pot de fleurs dans lequel elle avait élu domicile, et 1986 où une deuxième mante s’était installée dans le pot d’à côté (elles ont eu une fin tragique, je les ai retrouvées écrasées sur le trottoir, les gamins auxquels je les avais montrées ou mon voisin simplet, je n’ai jamais su) je n’avais croisé qu’un exemplaire de cet insecte sur un parking il y a bien 4 ou 5 ans, que j’avais sauvé de la menace des roues et lâché dans le jardin.

La première est toujours à sa place après-midi et j’examine attentivement ma lavande, à la recherche de bestioles diverses… j’y ai trouvé un papillon de nuit tout juste né papillondenuit

… plusieurs individus à la sublime livrée rayée de la Chrysomèle du romarin chrysomèle

… (que j’éradique soigneusement, tout comme les punaises vertes ponctuées du soja Nezara viridula -ici pas encore adultes mais bien affamées tout de même-punaises

car ce sont de terribles ravageurs polyphages) et, ô surprise ! que fait ici cette montgolfière renversée ? mongolfiere

… pas si bien cachée qu’on le dit d’ailleurs 😉 Vue d’en haut montgolf2

Ce sont les œufs de mon araignée perdue et elle est toujours vivante, simplement elle a refait une nouvelle toile de l’autre côté du buisson argiope0

Tournée générale ! d’inspection, je passe à la deuxième lavande, celle de gauche où je trouve quelques punaises et un cocon très curieux, recto cocon

… et verso cocon0

… qui n’est rien d’autre que l’oothèque d’une mante religieuse (vidéo d’une ponte), peut-être celle vue au sol ?

Ce qui en fait veut dire que je ne vais pas pouvoir tailler mes lavandes en boule courte cette année, les éclosions respectives sont, d’après la littérature, pour mai et juin l’an prochain…

Et si vous pensez passer inaperçue, c’est raté, on vous observe avec attention 😆

mante4

De plus, tout comme l’araignée, elle accepte les cadeaux présentés au bout d’une pique de bois, la nature n’en finit pas de me surprendre !

 

 

 

 

 

Si jolie…

Tous les ans j’ai une nouvelle araignée dans mon jardin, ou la maison, on dirait qu’elles essaient de m’apprivoiser en douceur…

Après Tegenaria domestica, si peu farouche (dernière photo => ici), Misumena vatia, l’araignée-crabe des fleurs (à voir => ici ou par => là), mes élevages de Pisaura mirabilis, l’araignée punk à crête (à voir => ici), plus discrète cette année, l’épeire diadème rousse qui a passé l’hiver dans le bouquet de basilic (voir dans les commentaires) que je faisais sécher avant que je ne la retrouve complètement ratatinée derrière un pot de fleurs, voici la dernière merveille…

afrelon1… remarquée il y a maintenant 10 jours

afrelon2… qui chasse la tête en bas

afrelon3… toujours au même endroit dans la lavande

afrelon4… Argiope bruennichi ou épeire fasciée

afrelon5… ou aussi argiope frelon 😆

La belle n’est pas du tout impressionnée par l’APN ni mes gros sabots, contrairement à dame Pisaura qui allait toujours se cacher sous sa feuille dès que j’approchais.

Si l’identification de cette 8 pattes ne pose aucun problème, j’ai plus de difficultés avec cette jolie bestiole que je dirais être un diptère au repos (conopide, mais noir ? ou plus précisément Physocephala ?) sur une feuille de fraisier ?

diptere

 

Pisaura mirabilis

… ou Pisaure admirable, est une araignée à crête de 13 mm de long (sans les pattes), qui tisse une toile-pouponnière et y monte la garde tant que les petits n’ont pas fait leur première mue avant leur dispersion.

pisaure1.o0o.

pisaure2Comme j’ai repéré trois pouponnières distinctes dans mon jardin, je ne risque pas d’en manquer…

pisaure3.o0o.

pisaure4Autre bestiole que je revois avec plaisir sur mon pied de guimauve, une cétoine dorée (Cetonia aurata), qui aura, je l’espère la bonne idée d’aller pondre dans mon compost…

cetoinePas de souci pour les rosiers, ma première récolte a déjà été convertie en sirop et confiture 😆

rose01

Le Mas-d’Azil, 13-16 mai

C’est le week-end de la Pentecôte, et en Ariège, uniquement pour ceux qui ne travailleront pas, mais c’est aussi la première partie du déjà, on ne dirait pas, Neuvième Festival photos dessins nature des Pyrénées 😆

lemasdazilAu programme, entre autres, une conférence sur les Myxomycètes, 17h, le dimanche 15, par Anne-Marie Rantet-Poux, dont je vous avais déjà parlé plusieurs fois à propos d’araignées ou de peinture 😉

Tous les détails sont dans les liens du site (marge gauche) ou sur les réseaux sociaux.

myxo

 

Le festin de l’araignée

J’ai, sur le moment, cru ce bourdon englué dans, peut-être, une fiente de pigeon…

festin1… et j’allais l’aider à s’envoler, mais le temps de chercher une brindille, j’ai réalisé la scène d’horreur qui se tramait dans les fraisiers…

festin… l’araignée-crabe, blanche pour qu’on la confonde avec une des fleurs, avait sévi 😆

Un jour, je me ferai, moi aussi, dévorer en ramassant les fraises !

Albert Roussel : Le festin de l’araignée (The Spider’s Banquet) – Ballet-Pantomime Op. 17, par le Royal Scottish National Orchestra, direction : Stéphane Denève.

Les fleurs de muguet sont aujourd’hui sous la pluie, je vous offre celui-ci en attendant la photo 😉

Exposition

… dans le Tarn-et-Garonne limitrophe…

expo0

… il y aura les araignées et les myxomycètes photographiés par Anne-Marie Rantet-Poux, naturaliste, mais pas que 😉 puisque seront aussi présents Monique Ghiretti, plasticienne ; Michel Poux, écrivain ; Josiane Dubor, aquarelliste ; Julien Avignon, artiste graffeur ; Didier Binoist, ferronnier d’art et les jeunes sculpteurs de l’école de Monteils.

expo1… voir l’article de La Dépêche 😉